Je vais y aller de ma petite histoire si vous me le permettez . Ados, j'étais un gros viandar. En effet issu d'une famille de bouffeur de viande invétéré ou n'était pas considéré un repas s'il n'y avait pas de viande à chaque repas et ce tout les jours de la semaine. Oui oui je pouvais m'avaler une cote à l'os d'un kilo au barbeuc sans broncher. Le jour ou ma mère a vu ça elle m'a dit quand je pense que lorsque tu était petit c'était la croix et la bannière pour t'en faire manger , heureusement que l'on a insisté >> Puis un jour à fin je fut obliger de travailler et pas d'autres choix que de travailler au tout venant, je me suis retrouver à travailler dans un abattoir . Je devait normalement être l'emballage. Mais en faite je fut surpris de me retrouver à la tuerie en bout de chaine à extraire la trachée ...je vous passe es détails. Et la j'ai vu les animaux ce faire abattre . Il arrive deja dans le camion ils ont les pattes cassés, ils sont souvent trainé au sol avec des chaines. J'ai alors peu contempler la frayeur dans leur regard. Lorsque les carcasses sont découpé et le cuire enlevé si l'on passe les mains sur la carcasse les muscles bouges encore. J'ai fait 3 jours la bas . J'en ai fait une dépression . Tout les jours je revoyais leur regard, et voir qu'ils avaient une âme. Durant 6 mois je ne pouvais plus passer devant le rayon boucherie sans avoir envie de vomir , et tout la dimension du mot cadavre prenait son sens. Il m'a fallut ensuite près de 2 ans pour arrêter d'en manger et deux de culpabilité. Un jour j'ai croisé une personne qui me dit: Connecte toi au près de l'esprit de l'animal et demande lui de t'aider à arrêter, tout en t'excusant que tu ne peu pas faire autrement pour l'instant>> . Ce que je fit . Mais je me demandais pourquoi c'était si dur d'arrêter. Jusqu'au jour ou je suis tombé sur études qui parler de la dépendance psychologique et de la sécrétion d'endorphine dans le cerveau. La conclusion très bien documenter et faite par un laboratoire suisse disait ceci : " La protéine animal notamment de boeuf, de vache... provoque une dépendance neurochimique au mm titre que la nicotine . Il est donc logique que lorsque l'on parle à un viandar d'arrêter la viande cela le place dans une réaction souvent d'agressivité comme une personne fumeuse à qui l'on exprime le fait qu'il serait bon qu'il arrete. Tout les anciens fumeurs le savent lorsqu'ils ont parfois des odeur de cigarette qui tournent autour d'eux cela ravive la mémoire du plaisir lié a cela. Ce ne donc pas un besoin physiologique et important pour le corps mais une dependance neurochimique. Donc une Addiction. Une addiction qui au final coute cher à la planète, aux animaux, à nous même. D'un point de vue énergétique, pour ceux qui connaissent un peu les histoire de taux vibratoire en unite de Bovis. Le taux vibratoire moyens des gros consommateurs de viande et de ses dérivés et de 15 000 unité bovis contre 30 000 à 40 000 unité bovis pour un végétarien/talien frugivore. Et je ne parle pas de nos intestin qui ne sont pas équipé pour dont la viande se putréfie car notre estomac possède avant tout un milieux alcalin et non acide . Il faut donc manger des aliments avec un ph de 7 voir plus. On peut donc en conclure, que le fait de manger de la viande et de tuer des animaux relève plus d'un besoin de plaisir psychosomatique que d'un besoin physiologique réelle .

Vues : 302

Réponses à cette discussion

Prise de conscience, merci pour ton témoignage, je suis végétarienne depuis plus de 3 ans, pas encore végan, mais cela va se faire également tout naturellement avec le temps.... je suis très heureuse de voir que nous sommes de plus en plus nombreux à "voir" enfin que les animaux sont des êtres vivants, sensibles, avec une âme comme nous et qu'il n'est plus tolérable de les faire souffrir, de les asservir, et de les manger.... respect pour tout ce qui vit !

Bonne soirée à toutes et tous.

Merci pour ton petit commentaire Marie-Hélène Voila maintenant plusieurs année que je suis Végan. 

Cela c'est fait crescendo, pour aujourd'hui être de plus en plus crudivore et frugivore . 

A tout bientôt 

C'est effectivement ce qui se passe pour moi également, frugivore, crudivore de plus en plus .... et ce qui fait plaisir, c'est de voir qu' un nombre croissant de personnes se dirige vers cela.... nous sommes en bonne "voix"

:)

Belle journée

RSS

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation