"Quand il ne manque que l'amour

Tu es la proie de l'amour des autres, de leurs attentions, de leurs intentions à ton égard. Un amour qui ne vient jamais assez, bien mal à ton goût ou pas du tout.

La culpabilité fait le reste te tenant dans ses serres, remplissant sans cesse la coupe de ton être qui se vide tout aussi vite et sans fin. La culpabilité est la carotte qui fait avancer l'âne bâté que tu es devenu avec le poids des années à ne pas savoir marcher par toi-même, léger..

Tu accordes tes pas de danse, tes pas de vie, ton quotidien, au rythme des sentiments qui vont et viennent autour de toi comme autant de vagues dans un océan sans limites où tu te perds et ne trouves jamais rien.

Tu es la proie de ton destin qui de matin en matin suit une voie qui n'est jamais vraiment la tienne, détournée par ces panneaux indicateurs signalant plus ou moins d'affection à sentir, à venir, comme autant de promesses d'un amour en réalité toujours reporté au lendemain.

Et pour cause. Quand il ne manque que l'amour, il manque tout au monde et tout semble toujours ou trop fade ou trop piquant pour que tu puisses t'étirer plus longtemps jusqu'à la pointe de tes propres racines.

Tes pieds fourmillent déjà et cherchent d'autres territoires où te débattre pour espérer sentir enfin la sève vraie qui en toi fera pousser la foi et la joie de vivre simplement pour ce que tu es.

Quand il ne manque que l'amour, tu te saoules de chansons qui te disent et te font croire tout l'inverse pour t'aveugler encore plus sur ce chemin du retour à la maison que tu remets sans cesse à demain.

Car tu crois alors que lorsque l'on a que l'amour, de l'autre à soi ou de soi à l'autre à partager comme unique pitance, cela sauve de toutes les souffrances. Et tu oublies, en toute bonne conscience avec ce sentiment d'une charité toujours plus grande à développer, que le seul amour véritable qui soit est le noyau dur de ton être.

Quand il ne manque que l'amour et que tu te fais la proie de tout, de l'autre et même de toi perdu dans cette quête et cette soif, tu oublies juste à quel point tu es ce que tu cherches.

Tu es Amour. Tu es lumière de l'âme.

Quand il ne manque que l'amour, ne va pas mendier la lumière qui manque à ta vie à l'extérieur de toi.
Laisse-la briller de l'intérieur.

Laisse tomber tous les voiles qui retiennent son passage. Vois ces voiles, identifie-les et dénude-toi simplement de tes conditionnements, tes questionnements, tes doutes.

Retrouve le chemin de ton excellence, celui qui donne la préséance à ton âme, au souffle de vie qui t'anime.

Laisse chauffer, laisse créer, laisse briller ce souffle pur de vie qui t'a fait et te berce encore à chaque respir.

A le laisser être, à le laisser faire, à le laisser rayonner pour ce qu'il est, tu sentiras sans même avoir besoin de le nommer qui il est.

Tu sauras et tu sentiras que tu connais enfin Amour, cette énergie que tu es quand tu veux bien simplement t'y abandonner entièrement.

Et tu comprends alors ce que signifie "rentrer à la maison" et qu'il n'y a pas plus belle aventure, plus belle escapade que de s'être à ce point perdu au loin pour retrouver dans les lignes de tes propres mains le chemin qui mène à ce festin sans fin..

..Quand on est que l'Amour que l'on a toujours été. "

Sa*Ra
23 décembre 2016

Copyright © SA*RA 2016

Au plaisir de vous laisser découvrir d'autres écrits sur ma page qui leur est dédiée: Facebook Le Peuple de l'Homme / Sandra Rabec (Sa*Ra)

Vues : 8

Y répondre

© 2017   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation