je vous propose la lecture de ce texte portant sur l' expérience pour l'instant unique en france de commune autogérée, sachant que cela dure depuis 40 ans

A diffuser autour de soi, pour démontrer qu'à petite échelle tout du moins la démocratie directe n 'est pas si utopique que cela.

Le Jura, c'est comme le nord de la chanson, c'est d'abord un gros coeur, depuis longtemps. Ce haut lieu d'expérimentation sociale, qui a vu naître le théoricien anarchiste Proudhon et les coopératives ouvrières, a gardé, au fond de son âme, le goût de l'initiative et de l'innovation sociale. Souvenons nous de la lutte héroïque des LIP et des tentatives autogestionnaires. Pas très loin de Peugeot/Sochaux, niché à quelques centaines de mètres d'altitude, un village sans doute très peu différent de beaucoup de villages français, avec son église et sa mairie, Vandoncourt. Ce petit village du Doubs, pourtant, expérimente le pouvoir réel aux citoyens, la démocratie directe, depuis quarante ans, et ça marche ! Là se joue sans doute, à l'insu des protagonistes peut-être, une des plus formidables expérimentations d'avenir : la reprise en main du pouvoir global par la population, en un mot, la vraie démocratie. Petit cours d'utopie pratique.
En 1970, « 68 » n'est pas très loin, et il va laisser un parfum libertaire qui va se répandre entre des habitants du cru, lassés de la somnolence municipale, et deux personnes, de retour de Madagascar, et tombées amoureuses là-bas des célèbres « conseils des sages » sous les arbres à palabres. La rencontre entre une effusion qui va bouleverser la France pour longtemps et une pratique authentique millénaire va être détonnante. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, dans un village aseptisé par manque de projets, un sondage est organisé, un programme élaboré, une liste déposée, un slogan diffusé : on est plus intelligents à plusieurs que seul ! La liste l'emporte. Elle se donne en plus une contrainte majeure : on fonctionne au consensus, pas à la majorité, comme à « Mada » ! Dame, les pauvres auraient-ils quelque chose à nous apprendre ?
Une fois en place, la nouvelle équipe met en pratique les principes qui l'ont fait élire : information libre et transparente, aucun sujet tabou, commissions extra-municipales en place sur divers sujets (enfance, bâtiments, budget...) ouvertes à tous, réunions publiques mensuelles informant ceux qui ne peuvent se rendre aux réunions préparatoires, conseil des jeunes, des anciens, des associations ! Les structures démocratiques se multiplient, et provoquent une libération de l'expression. Le village devient un village sans maire, sans hiérarchie, autonome. Démocratie directe va de pair avec autogestion et contrôle populaire...On essaie de donner à cette démocratie que l'on réinvente toute sa dimension émancipatrice. Ainsi, Vandoncourt est la seule commune de France où les électeurs, français et étrangers, peuvent participer dès l'âge de 15 ans. Ensuite, le projet final chiffré est présenté au conseil municipal qui valide les décisions prises par les diverses commissions, le tout dans les formes légales imposées par la loi. Quelques exemples parmi d'autres : la commission du budget pose la problématique suivante, après avoir affiché tous les postes de dépenses : faut-il reporter certains travaux, ou augmenter les impôts ? Solution mitigée, on fait un peu des deux, après débat général. D'autres fois, des solutions sortent du cadre strictement marchand : pour la décoration du village, la mairie achète des fleurs, mais ce sont les habitants qui s'en occupent toute l'année. Les fontaines du village sont en mauvais état : on organise un chantier participatif avec les associations locales, voire internationales. Pour le POS, création de  collèges d'élus, d'agriculteurs, de propriétaires résidents...Des représentants sont désignés pour discuter avec les autres partenaires (DDE, services techniques de l'Etat...). Plus les avis divergent, plus le débat est riche. Un parmi les sujets qui ont le plus fâché : le remembrement ! Et une des solutions originales trouvées : s'échanger l'usage plutôt que la propriété.
 
ECOLOGIE SOCIALE
Vandoncourt n'est pas en reste en ce qui concerne l'un des problèmes majeurs de notre temps, l'écologie. C'est là que fut créé le premier tri sélectif des déchets il y a trente ans, c'est là que l'on commença à s'opposer à l'enrésinement, c'est là que l'on prit position très tôt dans les grandes luttes nationales (Larzac, canal Rhin-Rhône, fusées pluton, nucléaire...). Localement, un chauffage collectif des bâtiments communaux à base de bois déchiqueté a été installé, bois provenant de la forêt communale de 300 ha qui appartient au village, exemple typique de développement de circuits courts. Mairie, école, foyer, salles communales, distillerie de cidre, pompiers, bibliothèque, 5 logements collectifs et un atelier communal bénéficient ainsi de la chaufferie, et économisent non seulement les finances, mais aussi les énergies fossiles. Les tailles des arbres fruitiers resservent sur place sous forme de BRF, un verger pédagogique, un projet pour relier à pied ou en vélo plusieurs villages alentour, développement d'habitat léger...Il y a autant de projets que d'habitants. On peut recenser 20% des habitants qui participent ainsi activement à cet essai réussi de démocratie générale, et la moitié de la population qui fait partie des 28 associations qui préparent la vie communale. Qui dit mieux ? L'avancée régulière des travaux est inscrite dans la « Damassine », publication trimestrielle, et relayée dans les deux publications locale et régionale. L'école participe activement à la mise en place des actions des commissions, offrant ainsi aux enfants, dès le primaire, les moyens de s'impliquer dans la vie démocratique de la commune ainsi qu'aux actions des associations...Nul doute, si l'on se projette dans le futur, que des citoyens ayant pratiqué une telle démocratie dès le plus jeune âge, dans des projets de développement locaux, ne puisse construire, dans la même logique, une société plus à même de répondre aux gigantesques défis qui nous attendent. Peut-être est ce là même la seule issue. Dès lors qu'il y a débat et contrôle populaire, alors le circuit des décisions est neuf : on pèse, on argumente, on teste, mais on se laisse pas imposer les solutions d'ailleurs. La gestion populaire remet forcément en cause les paradigmes de la croissance et de la représentation obligée servis à longueur d'antenne par un questionnement permanent : est-il normal que l'eau de la piscine soit au même prix que celle de la cuisine ? Entre la gratuité des parkings ou celle de la cantine, que choisir ? Les structures de démocratie directe, par le fait même qu'elles prennent du temps, aident à construire une société différente où la décision n'est pas subie mais construite, en même temps qu'elles instaurent entre les participants l'attention, le respect, le dépassement du conflit. La Loi n'est-elle pas l’expression de la volonté générale, comme le stipule la déclaration des droits de l'homme et du citoyen (art VI), et ceux-ci n'ont-ils pas le droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation ?
Joël Feydel

Vues : 841

Y répondre

Réponses à cette discussion

Certes, un exemple à suivre.

C'est drôle, on ne parle pas de ce genre de communes dans les médias !

Autre très belle expérience : Loos-en-Gohelle, participation habitante (plutôt que la galvaudée démocratie participative) et développement écologique pour cette ancienne ville minière ressuscitée.

Tu parles d'un collectif sur La Rochelle : quelque chose à voir avec Graines d'Aunis en transition ?

A bientôt, peut-être en chair et en os.

RSS

© 2017   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation