Je vais y aller de ma petite histoire si vous me le permettez . Ados, j'étais un gros viandar. En effet issu d'une famille de bouffeur de viande invétéré ou n'était pas considéré un repas s'il n'y avait pas de viande à chaque repas et ce tout les jours de la semaine. Oui oui je pouvais m'avaler une cote à l'os d'un kilo au barbeuc sans broncher. Le jour ou ma mère a vu ça elle m'a dit quand je pense que lorsque tu était petit c'était la croix et la bannière pour t'en faire manger , heureusement que l'on a insisté >> Puis un jour à fin je fut obliger de travailler et pas d'autres choix que de travailler au tout venant, je me suis retrouver à travailler dans un abattoir . Je devait normalement être l'emballage. Mais en faite je fut surpris de me retrouver à la tuerie en bout de chaine à extraire la trachée ...je vous passe es détails. Et la j'ai vu les animaux ce faire abattre . Il arrive deja dans le camion ils ont les pattes cassés, ils sont souvent trainé au sol avec des chaines. J'ai alors peu contempler la frayeur dans leur regard. Lorsque les carcasses sont découpé et le cuire enlevé si l'on passe les mains sur la carcasse les muscles bouges encore. J'ai fait 3 jours la bas . J'en ai fait une dépression . Tout les jours je revoyais leur regard, et voir qu'ils avaient une âme. Durant 6 mois je ne pouvais plus passer devant le rayon boucherie sans avoir envie de vomir , et tout la dimension du mot cadavre prenait son sens. Il m'a fallut ensuite près de 2 ans pour arrêter d'en manger et deux de culpabilité. Un jour j'ai croisé une personne qui me dit: Connecte toi au près de l'esprit de l'animal et demande lui de t'aider à arrêter, tout en t'excusant que tu ne peu pas faire autrement pour l'instant>> . Ce que je fit . Mais je me demandais pourquoi c'était si dur d'arrêter. Jusqu'au jour ou je suis tombé sur études qui parler de la dépendance psychologique et de la sécrétion d'endorphine dans le cerveau. La conclusion très bien documenter et faite par un laboratoire suisse disait ceci : " La protéine animal notamment de boeuf, de vache... provoque une dépendance neurochimique au mm titre que la nicotine . Il est donc logique que lorsque l'on parle à un viandar d'arrêter la viande cela le place dans une réaction souvent d'agressivité comme une personne fumeuse à qui l'on exprime le fait qu'il serait bon qu'il arrete. Tout les anciens fumeurs le savent lorsqu'ils ont parfois des odeur de cigarette qui tournent autour d'eux cela ravive la mémoire du plaisir lié a cela. Ce ne donc pas un besoin physiologique et important pour le corps mais une dependance neurochimique. Donc une Addiction. Une addiction qui au final coute cher à la planète, aux animaux, à nous même. D'un point de vue énergétique, pour ceux qui connaissent un peu les histoire de taux vibratoire en unite de Bovis. Le taux vibratoire moyens des gros consommateurs de viande et de ses dérivés et de 15 000 unité bovis contre 30 000 à 40 000 unité bovis pour un végétarien/talien frugivore. Et je ne parle pas de nos intestin qui ne sont pas équipé pour dont la viande se putréfie car notre estomac possède avant tout un milieux alcalin et non acide . Il faut donc manger des aliments avec un ph de 7 voir plus. On peut donc en conclure, que le fait de manger de la viande et de tuer des animaux relève plus d'un besoin de plaisir psychosomatique que d'un besoin physiologique réelle .

Vues : 300

Réponses à cette discussion

Bonjour Richard, merci de ce témoignage !! 

Pas de sushi ^^

 Salut!!

Super merci pour cette histoire enrichissante. L'échange d'expérience est une source d'enrichissement pour tous, elle nous permet de sentir que nous ne sommes pas seuls.

Moi, je suis en train de devenir végétarienne. Et mon problème n'est pas tellement la dépendance, je pourrais très bien me passer de viande et dès que je peux c'est ce que je fais. Ce pendant, je vis dans une famille qui a du mal à accepter mon engagement et mon envie de changer ce monde afin d'en construir un qui soit plus respectueux du vivant et par conséquent moins cruel envers les animaux.

Jeune militante de 17 ans, je suis un jour allé dans un parc aquatique dans le cadre d'un week end découverte avec mon centre éducatif pour les handicapés visuels.

On regardait le spectacle des orques, et d'un coup j'ai ressenti quelque chose d'étrange. Comme si elles m'appelaient au secour et qu'elles savaient que nous, êtres humains, êtions les seules à pouvoir les aider. La captivité, qu'on se le dise, les tuent, les rend malades et mentalement et physiquement, on leur en demande toujours plus. J'avais là la preuve que l'esclavage existe encore.

De retour chez moi, je commençais à m'intéresser aux choses que je pouvais faire pour lutter contre la captivité.

Alors je me rapprochais des collectifs de protections animales, et compris que pour tous les animaux, c'est la même chose: surexploitation, mort audieuse, et j'en passe... Je me suis donc informé sur tout ça, sur les conditions de production de la viande puisse que j'avais compris que mon action devait englober tout le vivant, que la vie toute entière était une oeuvre d'art de notre terre mère qui avait un prix inestymable.

J'ai pris conscience de cette horreur ces tueries et chaque fois que je mangeais de la viande les regrets m'envahissaient.

C'était une perriode où je m'interrogeais sur beaucoup de chose, sur le fonctionnement de la société et ma seule volonté était d'être de ceux qui agissent et changent le monde

au lieu de se contenter d'être spectateur.

Ma famille, n'acceptait pas et d'ailleurs ça n'a pas bougé aujourd'hui cette volonté qui grandissait en moi de devenir le haut parleur de la voix animale. Pour eux, c'était pas normal: à mon âge je dois me préoccuper de mon apparance, et des petits potins. comme toutes les autres

Mais je continue,  je ne laisse pas tomber. La viande, la fourure c'est la torture et ça je l'ai bien compris. Et au moins si pour le moment je ne peux pas devenir complètement végétarienne, je partage et difuse des actions en faveur de la protection animale, j'essaye à faire prendre conscience aux jeunes de ma génération que les animaux ont une conscience au même titre que nous, et que comme tu le disais si bien, la viande n'est pas besoin vital.

Par ailleurs, je crois sincèrement que ce besoin de dominer la nature, de tuer les animaux que ressent l'Homme vient du fait qu'il ne sait plus se dominer lui-même, qu'il se connaît plus et que par conséquent, il éprouve une certaine haine envers ce qu'il est, un mépris envers lui même. alors comme pour se prouver qu'il est "fort", il détruit la vie. Quelque part c'est aussi de l'autodestruction. Puisse que toutes les espèces sont interdépendantes, tous les enfants de la Terre ont besoin les uns des autres pour vivre.

Voilà c'est que mon avis, mon histoire et je suis heureuse de le partager avec vous, heureuse d'échanger avec vous

Paix à vous tous

Si tu ne connais pas je te recommande ceci :

e Jugement est un court métrage de 30 minutes qui souhaite faire prendre conscience aux gens des dérives de notre société et tente ainsi de faire changer de vision sur le monde. Le Jugement est réalisé par le lyonnaisMaxime Ginolin et met en scène un procès contre l'être humain dans lequel il est jugé et puni sur trois sujet dans lequel il a fauté : la santé publique, l'environnement et l'éthique. Un court métrage sur le spécisme, la discrimination fondée sur le critère d'espèce.

Après la quasi-totale disparation de l'espèce humaine, dans un tribunal d'animaux, animé par l'excentrique juge MagiCJacK, un homme, David Carniste, choisi pour représenter l'humanité se fait juger pour les conséquences des actes de son espèce. S'engage alors un long procès où l'être humain est pour la première fois jugé par une autre espèce que la sienne.

Oui je l'ai vu ce lien je connais mais merci :)

Pas de sushi . A bientôt 

a bientôt! au plaisir d'échanger avec toi

Namasté !   Très heureuse de sentir que les jeunes générations prennent le relais ! C'est vous qui allez faire bouger notre monde, avec le soutien des plus "anciens"  (rires !!).. Alors courage, persévérance et tout mon respect  jeune demoiselle pour cette belle âme...

Bien à toi.

Ouuuuuhhh jeune ^^je sais pas si c'est de moi dont tu parle mais je le prends comme un compliment depuis mes 38 ans ^^  Enfin bon je suis jeune dans la tête et, est plutôt 18 ans dans celle-ci  :D

Et c'est incroyable ce que l'on peut me confondre avec une femme hahahaha! Si encore un fois c'est de moi que l'on parle.

Mais la aussi je le prends comme un compliment dans la mesure ou je suis très connecté à ma part féminine.

 

Et ça fait plaisir de sentir qu'on est soutenu ce monde changera car la vie est avec nous

Bien sur Julien et tu peux d'ailleurs le signer Richard Est d'un  c'est mon pseudo facebook . ;) 

Ce n'est pas un groupe Julien mais tout simplement ma page ^^

Mais je n'y vas plus beaucoup . En effet j'ai fait le choix de ne plus cautionné  comme sur bien d'autres choses. Mais tu y trouvera j'espère matière à tes lectures, ou informations. 

RSS

Activité la plus récente

Événement publié par Jean Luc Perrière

A la Ste Catherine tout arbre prend racine! à salle de l'Orangerie, à Ste Fortunade (19),

24 novembre 2019 toute la journée
Date: 24 nov (Dimanche) 10:00A la Ste Catherine tout arbre prend racine!Rassemblement de tous ceux…Plus
Il y a 1 heure
GAWELIK Katy a publié un statut
"Lentilles à la crème pour cuisiniers pressés >…"
Il y a 13 heures
Billets de JF@
Il y a 15 heures
Denyse Carrère s'est joint au groupe de Isabelle Annycke
Samedi

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation