Appel à une reprise en main par la collectivité

En trébuchant sur la pandémie de coronavirus, l'économie mondiale entre dans une zone de perturbations fortes, assorties d'une tendance de fond à la baisse de l'activité. Lourds de remises en cause financières et politiques, ces évènements ouvrent une ère de réflexion sociale de fond.

Il est très peu probable que la production non réalisée, durant la longue période des confinements en Asie, en Europe et dans le reste du monde, ne soit pas compensée à la reprise de l'activité économique. Ce qui fonde pourtant les stratégies dirigeantes actuelles...

Du fait de l'échelonnement des perturbations, qui ont débuté en janvier 2020 en Chine, impactant déjà sensiblement les pays non encore touchés par la contagion, l'incidence directe sur l'économie mondiale va couvrir une période d'au moins six mois; soit la moitié de l'exercice 2020. Par ailleurs, il est probable que l'engouement pour la consommation ne retrouvera même pas son niveau antérieur; particulièrement si les salaires sont - même partiellement- impactés.

Enfin, le peu de sang-froid, dont les autorités ont fait preuve, laisse à penser que l'anticipation d'évènements fortement impactant, dépasse leur capacité de prévision, leur attention étant complètement obnubilée par la continuation de ce qui est en cours; alors que le contexte, s'est, à leur insu, radicalement transformé sur le plan écologique et social.

Une conséquence, paradoxale et symptomatique, d'un début de récession économique est la guerre qui s'est engagée entre les principaux producteurs de pétrole, qui voient leurs commandes chuter très sensiblement. Au lieu d'accompagner ce mouvement d'inflexion de la demande - ce qui irait dans le sens d'une régulation minimisant les pertes à termes - l'Arabie Saoudite et la Russie se sont engagé dans un combat fratricide, anéantissant l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole "fondée à l’issue de la conférence de Bagdad le 14 septembre 1960 par l’Arabie saoudite, le Koweït, l’Irak, l’Iran et le Venezuela". (Source: https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/opep)

Or, toute la géopolitique actuelle reposait sur l'économie du pétrole. Cette épisode, déjà amorcé par les différentes formes de transition énergétique dans les pays importateurs d'énergie fossiles, va redistribuer, très sensiblement, les cartes dans des directions pour le moment incertaines.

La conjonction d'une attitude politique attentiste et de réflexes économiques agressifs risque de rendre non maitrisable les perturbations à venir. Des décisions politiques hors de propos - car dogmatiques - et une déstabilisation de fond de l'économie  - car jusqu'alors fondée sur le marché régulé du pétrole- sont les éléments saillant d'une crise que la pandémie ne fait que catalyser.

A termes, c'est la stabilité sociale qui peut être menacée par le désordre politico-économique qui pointe, si aucune perspective collective ne vient donner un nouveau sens -et, à termes, une nouvelle cohérence- aux activités et enjeux individuels.

Cette perspective commune existe pourtant d'ores et déjà: elle est éminemment sociale et écologique. Au mieux, cette période, à la fois de remises en cause et de ralentissement propice à la réflexion de fond, devrait en faire jaillir la pertinence.

Les erreurs de gestion de la santé publique en France, poursuivies sous le prétexte des politiques d'austérité, maintenues depuis l'entrée dans l'Union Européenne, ne sont compensables, dans la crise sanitaire actuelle, et, de l’avoue même des autorités, que par le dévouement des personnels de santé, mis à très rude épreuve. Si cela tient; la démonstration sera faite que les politiques menées mettent en danger les populations qui finalement trouvent, en elles-mêmes, les ressources pour faire face, à un coût certes exorbitant; mais en dépits des incohérences flagrantes des décisions prises au nom de la collectivité. La prise de conscience sociale s'affirme vers la contestation des dogmes et ouvre la voie de l'autodétermination.

Par ailleurs, la crise écologique, à laquelle tout le mode pense, mais dont presque personne n'a vraiment profondément conscience, est remise en perspective de manière également totalement imprévisible. La baisse contrainte de la production mondiale a infléchi de manière significative certains des principaux indicateurs écologiques, des plus critiques. Il s'agit notamment de la pollution atmosphérique, qui en Chine a connu, à l'épicentre de la contamination par le coronavirus, une baisse de près de 30 %.

Ce qui était, aux yeux de tous, impensables, s'est produit... A notre corps défendant, à notre détriment, même, et, en parfaite contradiction avec l'idéologie de l'économie destructrice actuelle.

Une décroissance contrainte s'est amorcée; et, les moyens de la juguler semble faire défaut. Pourquoi ne pas prendre le parti, sensé, de l'accompagner, plutôt que de la combattre? Mettant en perspective des changements indispensables dans la vie sociale et économie, que les remous actuels invitent à prendre en considération.

Cela comporte au moins trois volets décisifs:

- la poursuite de la "décarbonisation" de l'économie mondiale, dans les remous de la crise pétrolière,

- la transition, qui tarde trop à se faire, de l'agriculture et de la foresterie, agro-industrielle, chimique et mécanisée à outrance,

- la transition des modes de vie, de consommation et donc de production, amorcée, bien malgré nous.

Cela implique une complète réallocation des capitaux, des emplois, des activités et des manières de faire politique et économique. Cela ne pourra se faire sans une transition politique, forte, introduite en Islande, lors de la crise des subprimes; et qui n'a pu se traduire économiquement, car ce pays est insuffisamment influant de ce point de vue.

Mais, l'intervention directe de la société civile dans la vie politique collective, par la mise en place d'instances adaptées, a montré la voie de la transition politique indispensable, pour catalyser toutes les autres.

Vues : 23

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Yves Robert le 22 mars 2020 à 12:29

Merci pour ta précision!

D'ailleurs, il s'agit d'une sorte de psychose -au moins un manque d'enracinement dans le présent,- qui entraine beaucoup de désorganisation autour de la pendémie.

Je suis apiculteur; et, je poursuis mon activité, comme à l'habitude.

Ce qui change, par contre, n'a rien avoir avec la pandémie actuelle; mais est liée au changement climatique: au moins trois semaines d'avance dans le calendrier des floraisons et du développement des colonies, avec des gros risques de désynchronisation et de rupture même d'adaptation de la flore en plaine.

Et, que ce soit lié directement, ou non, aux activités humaines qui déversent des gaz à effet de serre; ce n'est pas le sujet principal. Et, il nous faut composer avec cette réalité.

Et, effectivement nous mobiliser, comme tu le rappelles justement pour continuer à vivre avec la nature; et assurer notre subsistance. Les réponses sont dans nos pratiques et dans l'économie locale.

C'est parfaitement clair.

Commentaire de Bolidoman le 22 mars 2020 à 11:55

Alors je suis d'accord avec toi sur bcp de points, juste les trois volets, sont dans la perspective futur, et je suis dans le présents et il est temps de faire de la promotion de ce que nous connaissons déjà, et de le mettre en place maintenant malgré le confinement il faut proposer déjà, de revenir au local faire vivre nos agriculteurs car la nature ne va pas s'arrêter, je ne dis pas de prendre de mesure d’hygiène mais approvisionnement devra se faire autant qu'il se fasse localement.

Activité la plus récente

Billets de JF@
Il y a 1 heure
Événement publié par Denis
Miniature

Denis à Terres de rencontres - association Yemaya

4 juin 2020 de 19:30 à 23
KOPEAUAteliers créatifs boisJeudi 4 JuinDe 19h30h à 23h.Tarif : 45 euros / persLes outils et le…Plus
Il y a 14 heures
Sébastien Vanzieleghem a publié un statut
"Bonjour à tou-te-s, je suis ravi de vous rejoindre sur ce groupe. @trèsvite !"
Il y a 17 heures
Événement publié par Oasis de Léotoing

Chantier participatif Pierre Sèche à Léotoing

19 juin 2020 à 9 au 20 juin 2020 à 16
Dans le cadre du Printemps de la Pierre, venez participer à un chantier participatif sur les belles…Plus
Il y a 19 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation