Agriculture biologique: ce qu'il faut dire et redire........

Les principales caractéristiques de l'agriculture biologique sont l'utilisation d'engrais d'origine naturelle tels que le fumier enrichi en carbone plutôt que celle d'engrais fabriqués à partir de nitrates et de phosphates, l'utilisation parcimonieuse de pesticides d'origine biologique plutôt que l'application régulière de composés synthétiques et toxiques et, surtout, la préservation des sols et de la matière organique grâce aux cultures antiérosives, aux engrais verts, à la rotation des cultures et au compostage.

Selon une étude comparative sur le long terme menée par le Rodale Institute entre 1981 et 2002, les systèmes biologiques présentent un rendement équivalent à celui des méthodes classiques. Mais lorsque les précipitations sont inférieures de 30% à la normale, c'est à dire en période de sécheresse, on obtient un rendement de 24 à 34% plus élevé avec les méthodes biologiques. Les chercheurs attribuent cette différence à une meilleure rétention de l'eau de la part des sols riches en carbone.

Cette étude a également permis d'apprendre que les sols des exploitations biologiques pouvaient stocker chaque année environ 0,41 kg de carbone par mètre cube. Cela équivaut à 4118 kilogrammes de dioxyde de carbone par hectare et par an pris dans l'air et séquestrés dans la matière organique du sol. On a aussi appris que les méthodes biologiques utilisaient de 28 à 32% d'énergie en moins et étaient plus rentables que les méthodes industrielles. L'agriculture biologique est donc très prometteuse en matière de réduction des besoins en combustibles fossiles et des émissions de gaz à effet de serre. Et, toujours selon cette étude, si l'on convertissait à l'agriculture biologique les 64 millions d'hectares de terres étasuniennes consacrées aujourd'hui à la culture du maïs et du soja, on séquestrerait 264 millions de tonnes de dioxyde de carbone; cela reviendrait au même que de fermer 207 centrales au charbon de 225 mégawatts chacune, soit environ 14% du parc étasunien ou chinois."

dans "Comment sortir de la société de consommation" aux éditions de La Martinière

Vues : 90

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Jean-Charles Martinet le 29 mai 2012 à 11:19

merci pour l'info sur le Festival des résistances et des Alternatives

Peux-tu mettre un compte-rendu sur le réseau?

Commentaire de Eko le 26 mai 2012 à 20:52
 

Lundi 28 mai : Ecologie Radicale, Jardin d’Alice, 40 rue de la Chapelle, Paris 18ème. M° Marx Dormoy.
15h : Exposé critique sur les sommets environnementaux + discussion
16h : en parallele : Projection"Les insurgés de la Terre" (Philippe Bordel: Les insurgés de la Terre (1) - YouTube) sur des luttes écolos. Jeu de la ficelle sur l’alimentation dans le monde, jeu de rôle pour 25-35 pers.
18h30 : Débat avec un membre de la Confédération Paysanne sur la lutte contre le productivisme agricole au niveau mondial et local, le mouvement altermondialiste et les alternatives et avec Serge Latouche (à confirmer) sur la décroissance, la sortie du productivisme et la relocalisation de la production.
20h : Concert avec les chansons écolos de Guyom Tousseul

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation