Appel à la création, à la préservation et à l'extension de ceintures vivrières autour des agglomérations.

A l'initiative du collectif "relocalisons"

54 000 ha de terres agricoles disparaissent, chaque année, en France, soit l’équivalent d’un département tous les 7 ans. Ces terres sont remplacées, à 50%, par des maisons individuelles et, à près de 20%, par le développement du réseau routier, accompagnant cette expansion.

Cette délocalisation de la production par rapport à la consommation favorise ainsi la spéculation immobilière, un étalement urbain anarchique, le «tout voiture»,  l'hyper concentration des terres et aboutit à une perte de sens pour les générations présentes et futures.

Les anciennes ceintures maraîchères ont, quant à elles, laissé place à des grandes cultures (céréales), destinées aux marchés mondiaux. Ces dernières se trouvent d’ailleurs, en grande partie, aux portes des villes qu’elles ne nourrissent plus.

Ce constat est le résultat, au niveau national, européen ou mondial, de choix clairs et renouvelés, depuis plus de 50 ans, parmi lesquels :

Le choix d’une politique sacrifiant massivement l’emploi,  privilégiant la chimie et la mécanisation.

Le choix, pour l’Europe, d’une politique de subventions massives orientée vers le productivisme.

Le choix d’une politique de mise en compétition internationale.

Face à ces  politiques foncières et agricoles, conduisant à la remise en cause de notre liberté et de notre sécurité alimentaire, nous invitons à mener une campagne nationale en nous adressant à la fois aux responsables politiques, aux agriculteurs et aux citoyens, pour préserver et étendre l'agriculture vivrière, particulièrement autour des agglomérations.

Nous demandons ainsi aux responsables politiques de prendre des mesures efficaces et immédiates pour protéger durablement les zones agricoles.

Les terres préservées doivent être affectées à l'alimentation des populations locales par une agriculture paysanne et biologique diversifiée. Elles doivent également permettre l’installation de paysans sans terre, par la location de terres achetées par les Départements, les Régions et des coopératives d’achat.

De plus, nous  demandons l’élaboration d’un projet de développement pérenne de l'agriculture vivrière qui viserait l'objectif de 30% de terre urbaines et péri-urbaines des collectivités dédiées à l'agriculture nourricière, ainsi que la création d’une recherche publique agricole indépendante.

Nous demandons à chaque agriculteur de céder ou mettre à disposition une ou plusieurs de ses parcelles qu’il ne peut / ne veut pas exploiter à une réserve foncière (régie municipale, départementale ou Régionale ou coopérative) dans le but d'installer de nouveaux /nouvelles paysan(s)-(nes) favoriser, dans la mesure du possible, les circuits courts, pour l’écoulement de sa production.

Nous demandons à chaque citoyen  de participer à cette campagne en sollicitant dans chaque ville ses élus, et en appuyant en initiant et en soutenant par ses achats, partout où cela est possible des initiatives locales favorisant l'agriculture et l'alimentation de proximité.

Vues : 48

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Dorothée Poinsotte le 30 avril 2011 à 9:14
J'essayerai de faire ce que je peux à mon niveau: en tant que parent d'élèves élue pour l'approvisionnement de la cantine et en tant que conseiller de quartier (politique participative) auprès des conseils de quartier de ma ville.
Commentaire de Isaure POUSSIELGUE le 23 avril 2011 à 23:04

Signé merci

 

Commentaire de MARISKAIA le 23 avril 2011 à 16:28
Merci pour le lien ... l'Appel est signé et surtout je découvre une association de mon département... à suivre.

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation