Balistes capriscus mordeur en Méditerranée

Mystère élucidé !

On sait enfin qui est le poisson mordeur de Méditerranée. Pascal Romans, responsable du service mutualisé d’aquariologie de l’Observatoire océanologique de Banyuls, l'a formellement identifié grâce à des photos envoyées par une personne, victime du féroce poisson, dans la baie d'Agay à Saint-Raphaël. Il s'agit d'un baliste commun, de son nom scientifique Balistes capriscus. C'était l'une des hypothèses évoquées par les pêcheurs interrogés par Nice Matin sur la plage de Saint-Raphaël où ont été recensées la majorité des morsures. Un cas a également été recensé à Leucate dans l'Aude. Un Toulousain a fait le récit de sa mésaventure à nos confrères de La Dépêche du Midi. 

Interpellés par l'article paru sur Midilibre.fr ce 28 juillet, un couple d'Héraultais nous a fait parvenir des photos et vidéos du fameux poisson après avoir été mordu au large de Saint-Raphaël. C'était en juin dernier. Carole et Tony font du bateau puis en fin de journée décident de se baigner dans la baie d'Agay à Saint-Raphaël. Un baliste d'un beau calibre s'approche de l'embarcation et commence à leur mordiller les pieds. "Il est resté en bas de l'échelle si bien qu'il était impossible d'aller se baigner sans se faire mordre". C'est ce qui arrive à Tony. "Il s'est fait mordre jusqu'au sang", relate Carole. "Heureusement que nos petits-enfants n'étaient pas là car le poisson n'était pas rassurant."

Conservateur du Biodiversarium, Pascal Romans explique que le baliste est une espèce méditerranéenne non invasive. "C'est un poisson très curieux qui n'a peur de rien. Il est assez intelligent. Quand il a faim, il peut devenir agressif pour défendre son territoire." Le baliste peut mesurer jusqu'à 60 cm, sa taille moyenne étant plutôt de 30 à 45 cm. Sa bouche étroite bordée de grosses lèvres est garnie de dents très solides qui lui permettent de casser les coquilles de mollusques ou les carapaces de crabes. "Il se nourrit d'oursins et possède des incisives très puissantes au bout du bec", ajoute Pascal Romans.

L'océanologue avance plusieurs hypothèses pour expliquer son agressivité. "Il peut être en période de reproduction. Dans les eaux tropicales, il est impossible d'approcher d'un nid de baliste... Si l'eau est plus chaude, son métabolisme augmente et il doit se nourrir davantage." La solution ? "Il faut les capturer avec une épuisette et les éloigner de la côte." Le baliste se pêche et se mange, malgré sa peau rugueuse. Un peu à l'image de son tempérament, sourit Pascal Romans : "Il est très individuel, familier... et caractériel !".

En conclusion, si vous le trouvez sur votre passage, laissez-lui la priorité.

SOUN

Vues : 67

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 2 août 2020 à 7:00
Commentaire de JF@ le 2 août 2020 à 7:00

JF@

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation