A quel moment, l’espèce Canis lupus (le loup) s’est-il différencié de Canis lupus familiaris, sa sous-espèce qu’elle a réussi à supplanter dans de nombreux pays, à commencer par la France ?

Une vaste étude, majoritairement conduite par des chercheurs chinois, et publiée le 15 décembre dernier dans la revue scientifique Cell Research, apporte une première réponse précise. Tout d’abord, elle confirme une affirmation supposée par les scientifiques : le chien n’est pas apparu en Afrique ou en Europe mais bien en Asie du Sud-est. Pour le savoir, ils ont examiné le génome de 58 canidés, des loups et des chiens réputés anciens par leur ressemblance génétique avec leur ancêtre. C’est bien dans cette région que les deux animaux se ressemblent le plus.

Le processus de domestication est supposé comme tel : les premiers humains préhistoriques délaissent les carcasses des animaux chassés près de leur campement. Les loups, attirés par un peu de chair fraîche, viennent faire les ‘’poubelles’’ des Homos Sapiens. Au cours des années et des siècles, certaines meutes finissent par suivre naturellement les groupes humains et l’interaction est inévitable. Peu à peu, le loup devient moins méfiant et certains hommes décident d’adopter certains louveteaux. Le temps fait encore son affaire et hommes des cavernes entretiennent leur lignée de loups en sélectionnant les plus dociles, génération après génération. Une étude suédoise de l'université d'Uppsala affirme ainsi que le véritable passage du loup au chien est lié à la capacité de l’animal de digérer l’amidon, consommé dans les déchets humains, chose que le loup ne fait pas.

Peu à peu, le chien prend un rôle social de plus en plus important. Dans un premier temps, il prévient les campements de la présence de prédateurs ou au contraire la présence de gibier. Puis, plusieurs milliers d’années plus tard, il devient ‘’le meilleur ami de l’homme.’’ Quand le passage s’est-il fait ? Autour de 33 000 ans dans le passé, affirme l’étude chinoise. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont retracé le ‘’trajet’’ génétique du chien. Chaque génome est effectivement associé à celui d’à côté, il suffit de donc de remonter la pelote pour arriver au plus ancien qui colle avec celui que possède le loup gris. Ils ont même pu déterminer que la première population de chiens se composait, à l’époque de 4600 animaux qui se sont rapidement dispersés à travers le monde.

En -15 000, on les retrouve au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe. Un groupe retourne vers la Chine puis vers le continent américain. Une fois installés, les groupes de chiens vont continuer leur diversification génétique mais de façon bien plus retreinte. Ainsi, le mastiff tibétain est très proche de ces anciens chiens, les races européennes ont ‘’considérablement réduit leur diversité génétique’’ affirme l’étude. En 33 000 ans, le chien s’est donc fait un nom.

atlantico

Vues : 145

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 19 décembre 2015 à 8:01

Activité la plus récente

Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Le précédent atelier a eu lieu le Samedi 11 janvier  à Ponson-Dessus…"
Il y a 17 minutes
Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Atelier Plantes Sauvages "Des plantes utiles au quotidien" Nous nous retrouvons une fois…"
Il y a 20 minutes
Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Atelier Intelligence Collective L’intelligence collective sert à renforcer la…"
Il y a 24 minutes
Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Atelier de la Paix Les Ateliers de la Paix sont une invitation à se…"
Il y a 31 minutes

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation