Cauchemar ou …..mes élucubrations lors de la scandaleuse campagne de vaccination !

 

 

Dernièrement , j’ai été tourmenté dans mon sommeil, je me suis vu à l’automne de ma vie :

 

 

Une fois de plus nous avons du nous déplacer. Depuis que nous sommes fugitifs, régulièrement nous nous disciplinons à cette règle, c’est le prix à payer pour rester libre !

Nous ne sommes pas très nombreux dans notre groupe mais on préfère ainsi, car cela nous permet d’être plus réactifs et plus discrets. Depuis que les espaces naturels ont été interdits, les patrouilles de l’organisation quadrillent aléatoirement tous les secteurs.

De forêts en grottes, de grottes en forêts, on résiste à l’oppresseur. Ils n’auront pas notre Liberté ! Nous sommes les derniers hommes libres, le seul germe potentiel d’espoir !

Par discrétion, nous avons réappris à vivre proche de la nature en nous fondant dans la biodiversité avec le soucis de ne laisser aucune empreinte notable de notre passage, et la nature nous le rend bien, car elle semble être notre alliée. Nous découvrons régulièrement de nouvelles ressources alimentaires et médicales indispensables à notre survie.

Dans les premiers temps, nous avions essayé de nous approcher des villes pour glaner quelques restes. Mais depuis qu’ils ont installé les « portiques », on ne peut plus y pénétrer.

Je me souviens, je m’étais placé en retrait et j’observais discrètement pour trouver une éventuelle faille. La foule entrait et sortait. Chacun passait sous le portique et à chaque passage, on entendait le « Bip » de détection. Chaque puce était ainsi captée et analysée.

J’avais imaginé un stratège pour y pénétrer, mais je compris une fois à l’intérieur que cela ne m’avançait en rien car toutes les transactions se faisaient par le biais des puces électroniques que chacun portait implanté dans sa chair. Il était impossible d’acheter ou de vendre si on n’avait pas la « Marque » de l’organisation !

 

Cela fait maintenant plusieurs années que nous résistons.

A ce propos, le calendrier a été réformé, il est formellement interdit de compter les années à partir de Jésus Christ ! Nous avons maintenant l’obligation de le faire à partir du Nouvel Ordre ! Aujourd’hui, nous sommes donc le 28 septembre de l’an 9 après le Nouvel ordre …..

L’été est fini, j’espère que l’automne sera clément et l’hiver pas trop rude cette année.

Je me sent vieux et fatigué, ce n’est plus de mon âge de bourlinguer tout le temps mais je le ferai jusqu’au bout, je remporterai la course, je partirai en homme libre !

Je suis un des rares témoins de notre passé et avant que l’histoire ne soit réécrite, je me dois de raconter, d’expliquer notre fourvoiement, de dénoncer le chemin qui a permis à une minorité d’hommes d’assujettir tous les autres :

 

Au commencement, au milieu de nulle part, il était une petite planète bleue.

Sur cette dernière, contrairement aux autres, on y trouvait la Vie.

Une vie riche et abondante. Une vie sous toutes ses formes, mais une espèce particulière avait pris la dominante sur les autres «  L’espèce Humaine ».

L’homme qui avait la conscience de soi, se demandait comment il pouvait en être ainsi.

La Vie un grand mystère !  L’homme une grande énigme !

Fruit du plus grand des hasards ou bien héritier du plus grand créateur, il était bien là, debout sur ses deux pieds, regardant l’horizon avec mélancolie, se posant bien des questions sans chercher à vraiment y répondre !

Il trouva vite de multiples préoccupations et oublia rapidement le suprême cadeau qu’il avait reçu. Il découvrit à ses dépends l’ambivalence de son cœur :

Capable du meilleur mais plus souvent du pire ….

Il considéra son semblable comme un rival avec lequel il fallait coexister par le biais de compromis : Limiter sa liberté là où commence celle des autres …

Par sagesse ou intérêt, on s’organisa en société.

Pour avoir la meilleure place, il fallait s’imposer. Pour s’imposer, il fallait être puissant.

La force physique laissa vite la place au stratège et à la manipulation.

On utilisa la supériorité numérique en concluant des alliances afin d’avoir , derrière le prétexte d’un grand peuple, de grandes armées.

Pour subsister et garder son indépendance individuelle, il fallait que chacun travaille afin de gagner son pain. Le fruit du labeur engendrait pour chacun sa propre richesse.

Le fastidieux troc primaire laissa sa place à diverses valeurs d’échanges :

Le sel, les épices, le cuivre, l’argent, l’or……

Chacun produisait et conservait ses propres richesses.

Mais un jour, un esprit malin, eut l’idée d’instaurer une valeur virtuelle « La monnaie » !

 

Dés lors, nous travaillions, nous produisions des richesses et nous les « échangions » en les confiant à un système bancaire. Sous couvert d’un pragmatisme sociétal, nous abandonnions nos richesses contre une valeur virtuelle qui n’était en fait que du vent.

Nous avions donné notre pouvoir d’indépendance à un système bancaire qui ne cessait de s’accroître par le biais de spéculation.

En se confiant délibérément  ainsi, nous lui avions inconsciemment donné le « Pouvoir ».

En retour, pour continuer à nous leurrer, on nous avait « accordé » un semblant de  liberté : « La démocratie » qui n’était en fait qu’une belle prison dorée !

Production et profit étaient le maître mot …..

Un peu de social, pour que la « machine » ne coince pas !

Pas mal de distractions médiatiques débiles pour abrutir les masses !

Beaucoup de stress organisé, de peurs artificielles afin que nos esprit n’arrivent plus à réfléchir et tout ce petit monde était bien docile et bien gardé….

Dans un système pyramidal, les places au sommet étaient bien protégées et les « élites », du moins ceux qui se définissaient ainsi, veillaient grâce à leur sphère d’influence à préserver leurs privilèges.   

Ils étaient très puissants, ils en avaient du pouvoir puisqu’on leur avait aveuglement offert !

Ils tiraient les ficelles en coulisse, tenant en laisse les plus grandes puissances politiques en infiltrant toutes les structures de la société.

Sans scrupule, ils affamaient les uns, provoquaient des conflits armés chez les autres.

Par un chaos organisé et entretenu, ils contrôlaient les nations !

 

La croissance démographique exponentielle et l’augmentation de la connaissance collective furent analysées  comme un facteur à risque.

Comment allaient-ils s’y prendre pour contrôler une masse croissante d’individus aspirant à un niveau de vie toujours supérieur, assoiffés de connaissances et de liberté ?

Des siècles de consommation outrancière finirent par mettre en péril l’équilibre écologique de notre planète nourricière. Les ressources énergétiques commençaient à s’épuiser et à ce rythme de consommation, elles allaient probablement bientôt faire défaut. 

On entendit alors parler de changement radical indispensable et inévitable. Il faudrait trouver d’autres alternatives. Le système bancaire fut critiqué. On osa parler de contrôle, de moralisation des marchés, de répartitions des richesses ….

La mutation était annoncée, elle devait avoir lieu !

Allaient-ils perdre leur pouvoir ? Allait on les démasquer ?

 

 

La situation avait été anticipée et ils avaient organisé et planifié graduellement leur plan…

Ils leur avaient été facile de s’accaparer toutes les cartes maîtresses. Tous ce qui avait valeur marchande avait été progressivement corrompu et œuvré directement ou indirectement à leur cause. Toutes les technologies de pointes et leur application pouvaient être mise en œuvre pour les servir. Ils avaient toutes les clefs nécessaires à leur machiavélique organisation. Ils tenaient sous tutelle les plus grands laboratoires pharmaceutiques, les médias étaient dans leurs poches et les plus innovantes technologies leur étaient acquises. Le moment était venu de prendre le pouvoir, de profiter du désordre général pour tenter d’imposer un nouvel ordre mondial. Sur commande, à maintes reprises, les laboratoires concoctèrent quelques virus qui une fois disséminés causèrent le trouble dans les populations. Mais on fabriquait également le vaccin qui allait de pair. Quelques uns dénoncèrent la pratique, mais l’opinion publique ne voyait qu’un juteux « bisness pharmaceutique », sans jamais imaginer la face cachée de la manœuvre. On élabora une organisation mondiale « O.M.S » (Organisation Mondiale de la Santé),une sorte de cheval de Troie qui permettrait de prendre, sans résistance majeure, le contrôle global des nations. Graduellement l’O M S imposa des règles sanitaires strictes et finit par persuader les nations à signer des accords de gestion dans le cas de crise, se réservant l’opportunité de prendre les commandes en cas de pandémie mondiale. Elle réussit à faire admettre une vaccination générale obligatoire dans le cas ou elle décrèterait la mesure nécessaire !

Des voix s’élevèrent dénonçant l’irresponsabilité des états d’avoir donné tant d’autorité à une seule entité. Les gouvernements se justifièrent en rétorquant qu’ils avaient le devoir de nous protéger et que le pouvoir accordé à l’OMS n’était que virtuel.

Pourquoi craindre une organisation dont le but était de préserver notre santé ?

On qualifia les septiques de paranoïaques !

Mais le Cheval de Troie était bel et bien entré dans la cour du pouvoir !

 

Il fut déplorablement aisé, avec le soutien des médias, de déclencher délibérément une crise sanitaire ….. Un nouveau virus allait inévitablement engendrer une pandémie mondiale !

Les nations prisent de psychose se tournèrent vers l’OMS réclamant ses conseils.

On ordonna la fabrication de vaccin en quantité suffisante pour pouvoir traiter toute la population. Les brevets pharmaceutiques des vaccins étaient classés « SECRET DEFENSE »

ce qui rendait impossible la vérification de la nature des substances injectables.

La vaccination se ferait par vague successive.

D’abord, le personnel de santé et le personnel indispensable aux structures fonctionnelles

 ( militaires, policiers, de multiples fonctionnaires …..)

Puis la population civile volontaire et ensuite en dernier ceux qui refuseraient le vaccin mais qui devraient obtempérer si son obligation était décrétée.

La campagne de vaccination serait faite par du personnel militaire dans des centres spéciaux.

La traçabilité des personnes serait également organisée.

 

La première vague de vaccination fut mise en œuvre, pour cela on sortit, des laboratoires, un premier « cocktail »injectable.

Ce dernier contenait des substances neuroleptiques inertes et une micro puce mais aucune base virale virulente. Le personnel ainsi « piqué » n’eut aucun effet néfaste notoire ce qui rassura une majorité de la population. 

La deuxième vague de vaccination fut facilement entreprise. On sortit des laboratoires un deuxième « cocktail »injectable. Mais cette fois-ci, il contenait un virus très virulent qui ne s’attaquerait qu’aux personnes fragiles, les plus résistants lui échapperaient.

Le résultat fut dramatique, des milliers de personnes furent touchés dans leur chair et il y eut d’innombrables victimes. L’OMS annonça que le virus avait muté et qu’il allait probablement devenir mortel si sa prolifération n’était pas enraillée. La pandémie mondiale fut déclarée et la vaccination rendue obligatoire. Les forces de l’ordre furent réquisitionnées et la loi martiale instauré. Pour s’assurer du suivi général et afin d’éviter toute résistance aux ordres, on activa 

les micro-puces qui avaient été préalablement injectées et les substances neuroleptiques furent activées rendant impossible tout esprit critique et supprimant toute rébellion éventuelle.

La troisième vague de vaccination fut enfin lancée. On sortit des laboratoires, une troisième substance injectable. Sa composition était mortelle. A l’aide de milices hystériques, les résistants furent traqués, injuriés, traités de criminels irresponsables …..

On les « piqua » tous, sans état d’âme !

 

Dés que l’hécatombe survint, l’OMS déclara qu’elle avait eu raison, qu’effectivement le virus avait mortellement muté et que les victimes récoltaient le fruit de leur obstiné refus.

Fustigés en coupable victimes leur disparition ne provoqua pas d’émoi particuliers au sein de la population rescapée. Lorsque le génocide fut parachevé, quel était la situation ?

 

Un nouvel ordre mondial était établi !

 

Toutes les structures fonctionnelles étaient en place !

 

Les représentants de l’autorité étaient « docilement » au service de cette organisation !

 

Tous les rebelles, les insoumis, les critiques ou simplement les esprits libres avaient pratiquement été exterminés !

 

Toutes les personnes physiquement faibles avaient succombé aux virus !

 

Seules les personnes crédules, soumises, malléables, disciplinés mais physiquement robustes

étaient sauves !

 

De parfaits petits esclaves des temps modernes aux services d’un nouvel ordre mondial….

 

L’organisation fut autoproclamée Maître du Monde, reconnue comme salvatrice sa « Tête » fut adulée et on lui voua un véritable culte ! Toutes les autres références religieuses furent proscrites et formellement interdites sous peine de condamnation.

Une économie très rigoureuse fut mise en place et le niveau de vie radicalement nivelé par le bas. Mais la population ne se plaignait nullement car elle se considérait comme privilégiée d’avoir été épargnée et de pouvoir participer à l’instauration d’un ordre nouveau.

Les libertés individuelles furent supprimées et on implanta des puces électroniques à chaque individus. Ces puces étaient multifonctionelles, elles mémorisaient tous les renseignements relatifs à l’état civil, à la santé, à la profession etc…. Elles avaient surtout la particularité d’être repérable par satellite (GPS) mais également de remplacer les cartes bancaires et la monnaie papier qui fut supprimée !

 

La population sous contrôle total était devenue servile. Pour enfoncer le clou, une campagne de propagande flatteuse avait été lancée. On déclara que ce peuple était le fruit de la sélection naturelle, ils avaient été « élus » par l’Evolution. Ils avaient résisté au mortel virus, ils avaient l’hérédité des élites! Régulièrement, un « Bilan de santé » était rendu obligatoire, on ne pouvait pas y échapper car les puces devaient être mises à jour et si on dépassait l’échéance, les autorités étaient automatiquement alertées et les individus localisés par GPS.

A chaque « visite médicale », on prenait  soin de vérifier, par une analyse psychologique manipulatrice, le degré d’obédience de chacun, en cas de doute on inculquait, par des séminaires obligatoires et des traitements médicamenteux, la soumission.

Cette dernière était censé être le canal d’une plénitude et d’un bonheur absolue….

 

Sous prétexte de régler le problème écologique, les espaces naturels étaient interdits, on confina la population dans des mégapoles pour faciliter leur contrôle mais surtout pour éviter tout éventuel contact avec les rebelles que nous étions.

La réduction globale de la population, avait fait oublier la fatidique échéance concernant l’épuisement des ressources énergétiques.

Tous les « avoirs » des disparus avaient été saisis et comme en même temps tous les engagements bancaires envers ces dits clients étaient caduc, les dettes financières étaient épongées. De plus, la rigueur de la nouvelle économie faisait que l’on parlait plus de crise financière.

Le problème des flux migratoires avait disparu par la combinaison de la diminution de la population et de son niveau de vie nivelé par le bas. Le temps des économies parallèles était également révolu grâce à la disparition de la monnaie.

 

Du haut de sa Tour de Babel, la « Tête » trônait en despote !

 

Nous ? On avait été dépouillé de notre Humanité ….

 

Un grand nombre avaient payé de leur Vie et la majorité restante avait perdu sa Liberté.

 

Le plus dramatique, c’est que nous n’avions même pas la consolation de pouvoir nous considérer en victimes. Nous étions responsables de notre triste sort !

Nous étions coupables d’avoir oubliée notre premier amour, ce cadeau magnifique que le Destin nous avait offert : La Vie avec pour panache le Libre arbitre !

Coupables d’avoir oublié et méprisé ce don !

Coupables d’avoir courtisé et finalement épousé d’autres valeurs !

Coupables d’avoir confondu Richesse avec Sagesse !

Coupables d’avoir été nos propres fossoyeurs !

 

Finalement, il n’y avait rien de nouveau dans ce constat…..

 

Notre Cupidité avait tout naturellement fini de s’installer à la place qu’on lui avait donné depuis déjà bien longtemps !

Seulement, maintenant, c’était sans appel !

Elle était pleinement souveraine !

 

 

 

Je me suis réveillé trempé de sueur et j’ai irrésistiblement transcrit ma vision….

J’espère seulement une chose, que demain ne me trempera pas de larmes !

 

 

 

 

 

Vues : 55

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Perrine Coccinelle le 30 octobre 2012 à 21:37

merci!

très beau texte!

Commentaire de Mortier Jacques le 25 février 2011 à 11:09
Frère Jacques. J'apprécie ton écriture et tes propos. J'utilise parfois des mots identiques (l'automne de ma vie, élucubrations,...) et il m'est souvent arrivé aussi d'écrire au futur, notamment dans cette émission "Rêves et Chemins d'Humanité"  http://jackdesendets.free.fr/RS/RS26.htm . Bon vent à toi.
Commentaire de Pipioot le 24 février 2011 à 22:30
concis, précis...merci.

Activité la plus récente

Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Le précédent atelier a eu lieu le Samedi 11 janvier  à Ponson-Dessus…"
Il y a 4 heures
Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Atelier Plantes Sauvages "Des plantes utiles au quotidien" Nous nous retrouvons une fois…"
Il y a 4 heures
Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Atelier Intelligence Collective L’intelligence collective sert à renforcer la…"
Il y a 4 heures
Henriette Gloriès a commenté le groupe LES FÊTES DE LA PAIX de Henriette Gloriès.
"Atelier de la Paix Les Ateliers de la Paix sont une invitation à se…"
Il y a 4 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation