Climat : où en sont les négociations pour limiter le réchauffement planétaire ?

Bonjour
Plus grand monde n'en parle...et pourtant. 
Voici un article écrit pour Basta qui fait le tour des dernières news sur le réchauffement climatique, les négociations, le marché carbone européen, etc...
 
N'hésitez pas à diffuser. 
Amicalement
MAxime
--
Maxime COMBES
maxime.combes@gmail.com // 
Twitter : MaximeCo 
+33 6 24 51 29 44 // skype : maxime.combes
------------------
Nouveau Livre d'Attac France sur les enjeux de Rio+20 : La nature n'a pas de prix, les méprises de l'économie verte, en librairie le 30 mai.  
------------------
 
Un système a bout de souffle?

EFFET DE SERRE

Climat : où en sont les négociations pour limiter le réchauffement planétaire ?

PAR MAXIME COMBES (31 MAI 2012)

Un nouveau record d’émissions de gaz à effet de serre a encore été battu en 2011. Plusieurs instituts de recherche annoncent un réchauffement de plus de 3,5 °C d’ici à la fin du siècle. Malgré cela, de nouvelles négociations climatiques viennent de se terminer, dans l’indifférence générale, à Bonn. Toujours pas d’accord en vue. Les États continuent de se renvoyer la balle, le marché du carbone est en pleine déconfiture, et les promesses des grandes négociations tombent dans l’oubli. Le chaos climatique, lui, n’attend pas.

Lire la suite sur Basta

http://www.bastamag.net/article2439.html



Maxime Combes

Photos : source (Une), source

Notes

[1] Le Climate Analytics, Ecofys et l’Institut de Potsdam sur la recherche climatique.

[2] Le protocole de Kyoto est à ce jour l’unique instrument juridique imposant des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre à 37 pays développés.

[3] Notamment Arcelor Mittal et Lafarge. Lire notre article Et pourquoi pas une taxe carbone européenne ?

 

Un système a bout de souffle?

 La question de la sortie du capitalisme n'a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d'une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu'externe qu'il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales
 

On a beau accuser la spéculation, les paradis fiscaux, l'opacité et le manque de contrôle de l'industrie financière – en particulier des Hedges funds –, la menace de dépression, voire d'effondrement qui pèse sur l'économie mondiale n'est pas due au manque de contrôle ; elle est due à l'incapacité du capitalisme de se reproduire. Il ne se perpétue et ne fonctionne que sur des bases fictives de plus en plus précaires. Prétendre redistribuer par voie d'imposition les plus-values fictives des bulles précipiterait cela même que l'industrie financière cherche à Éviter : la dévalorisation de masses gigantesque d'actifs financiers et la faillite du système bancaire. Chaque jour ou presque voit l'eau monter d'un ou deux centimètres supplémentaires... sans que l'ordre d'évacuation soit donné. La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu'au niveau micro-économique..
 
 
 
Il sera question de l'asyémtrie d'information ( , c'est-à-dire Désinformer signifie communiquer sciemment de l'information fausse destinée à tromper Synonyme : manipuler) des indices  boursier
 
L'asymétrie d'information permet d'analyser des comportements et des situations courantes de l'économie de marché. (...) cf L'asymétrie d'information - CREG
 
 
Les indices, thermomètre du système économique mondialisé :  
 
 Très intéressant pour montrer la déroute de la financiarisation de l'économie dont les indices boursiers sont le sommet de l'iceberg :
 
 
 
 « 
▪ Qui tire les ficelles de manière aussi grossière ?
▪ Les rumeurs sur le sort des banques espagnoles n'en finissent plus
▪ Espagne : créances douteuses et ruines saisies
 ▪ Les indices américains font de l'équilibrisme, attention aux coups de vent
).
 
 
1 et 2 tiré Succession de mauvaises nouvelles ? - blog Citoyenactif
de Une manipulation des cours : S'agit ils  d'une seconde tentative de manipulation éhontée des marchés en l'espace de 24 heures ?.S'il a fallu recourir à deux reprises à l'expédient de la désinformation pour faire grimper artificiellement les cours, il est facile d'imaginer  quelle est la pente naturelle des indices, thermomètre des économies néolibérales !
▪ Qui tire les ficelles de manière aussi grossière ?
▪ Les rumeurs sur le sort des banques espagnoles n'en finissent plus
▪ Espagne et créances douteuses et ruines saisies  (...) C'est bien là le problème : .
▪ Les indices américains font de l'équilibrisme, attention aux coups de vent
En Europe et  Aux Etats-Unis aussi, Enchaînement  les mauvais chiffres...!
 

 Un système a bout de souffle?
 
3 - Crise économique et écologique généralisé - La révolution énergétique ? -blog Citizen Khane :La « restructuration écologique » ne peut qu'aggraver la crise du système. Il est impossible d'éviter une catastrophe climatique sans rompre radicalement avec les méthodes et la logique économique qui y mènent depuis cent cinquante ans. Si on prolonge la tendance actuelle, le PIB mondial sera multiplié par un facteur trois ou quatre d'ici à l'an 2050. Or selon le rapport du Conseil sur le climat de l'ONU, les émissions de CO2 devront diminuer de 85 % jusqu'à cette date pour limiter le réchauffement climatique à 2°C au maximum. Au-delà de 2°C ( ...) Preuve numéro un : le Japon ! Le Japon a connu suite au Krach de la bulle immobilière et financière, une récession et déflation longue et douloureuse. puis la catastrophe nucléaire de Fukushima a fini de les achevés.,
 
 
Batailles pour l'énergie - Le Monde diplomatique : « Prix du pétrole, pénuries électriques, ruée sur les ressources renouvelables, géopolitique des gazoducs

Vues : 50

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Eko le 4 juin 2012 à 15:17

 

Le Plateau du Colorado au Nouveau-Mexique porte toujours les douloureux stigmates de l'exploitation d'Uranium du siècle dernier – déchets de piles radioactives, eaux contaminées, ainsi que des centaines de mines abandonnées sur les terres des Navajos par des compagnies minières qui recherchaient un profit rapide. Malgré cette contamination massive, les entreprises veulent recommencer une nouvelle phase d'exploitation minière dans cette région !





Je le sais parce que je suis un Diné (Navajo), et j'habite à Church Rock, Nouveau-Mexique - et je vis à quelques mètres à peine d'une future mine d'uranium. En tant que résident et ancien mineur, j'ai d’abord expérimenté moi-même les effets de l'exploitation d'uranium. Beaucoup de mes proches et de mes voisins, moi inclus, ont été atteints de problèmes de santé aussi bien en tant qu'anciens mineurs, que comme vivant à proximité des mines. En fait, une étude a montré que le taux de cancer chez les Navajos vivant à proximité des mines est beaucoup plus élevé que la moyenne nationale. 


 

Ayant connaissance des risques liés à ce type d'industrie, je me sens concerné sur les effets à long-terme et les dangers que cela représente pour la sécurité et la santé de notre peuple, de notre eau, des plantes de notre région, et des animaux. Une école élémentaire se trouve juste à coté de la future implantation d'une mine d'uranium, et je me sens concerné pour la santé et la sauvegarde de notre communauté.





En 1989, l'Agence de protection pour l'environnement (EPA) a donné à Hydro Resources, Inc. une "exemption aquifère". Ce permis autorise Hydro Resources à détruire une partie de la nappe phréatique sous les pieds même de notre Communauté, pour pouvoir extraire l'uranium à travers le in situ leach processing (ISL). L' EPA l’avait déjà fait à notre Communauté en sachant ce que cela impliquait.



Récemment, quelque chose d'inédit est arrivé : l’ EPA a accepté de revoir sa décision de 1989. Avec de nouvelles preuves de la manière dont ce procédé, le ISL mining, contamine la nappe phréatique, et de récentes études sanitaires, nous espérons que l’EPA va réexaminer l’ensemble des faits et révoquer l’exemption sanitaire dont bénéficie Hydro Resources . Dans une région où de nombreuses familles Diné vivent encore sans eau courante, l’eau c’est la vie !


La révocation de ce permis d'exploitation pourrait signifier notre dernière chance de protéger notre communauté des mines d'uranium.

 Nos communautés ont déjà bien trop souffert psychologiquement et ont été durement impactées au niveau sanitaire à cause de l'exploitation minière. Comment l'EPA peut-elle permettre que ce poison qu'est l'uranium puisse contaminer notre eau alors que notre peuple dépend de l'eau pour notre futur ?



 

L'EPA a une rare opportunité de réparer une terrible erreur avant qu'une nouvelle catastrophe n'advienne. S'il vous plaît, aidez-nous à protéger les ressources en eau de notre communauté en forçant l'EPA de retirer immédiatement l'autorisation d'exploitation avant que la compagnie minière n'ait la moindre chance de commencer à contaminer notre nappe phréatique avec de l'uranium.





Merci, Larry J. King

 

http://www.change.org/petitions/epa-don-t-sacrifice-navajo-water-fo...#

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation