Des milliers de pompiers luttant contre les flammes, des populations dévastées par la destruction de leurs maisons, des canadairs déversant de la poudre rouge ignifuge : ces images sont devenues presque banales en Californie, sur la côte ouest des Etats-Unis qui connaît chaque été des incendies ravageurs !

Rien qu’au mois d’août, la radio locale KPCC a recensé près de 50 feux dans l’Etat. Le plus important, le Blue Cut Fire, a ravagé près de 15 000 hectares de forêts, provoquant l’évacuation de plus de 80 000 personnes par précaution. «Le changement climatique est un facteur aggravant, expliquait début août Scott Stephens, professeur de sciences des incendies à l’université californienne de Berkeley, à une radio locale. Il entraîne de la chaleur et rend les sécheresses peut-être un peu plus fréquentes.»

Comme lui, beaucoup de scientifiques estiment depuis plusieurs années que l’augmentation des incendies est liée au réchauffement climatique. Lundi, une étude publiée par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), est la première à quantifier cette affirmation. Selon ses auteurs, depuis 1984, la sécheresse et les températures à la hausse ont étendu les régions touchées par les feux de forêt, dans l’Ouest, de 41 500 km2, soit 30 fois la superficie de Los Angeles. Cela a donc «à peu près doublé la zone des feux de forêt dans l’Ouest américain par rapport à ce qui était attendu des variations normales de climat sur la période 1984–2015», selon l’étude.

Les auteurs admettent eux-mêmes «sous-estimer» la réalité de l’impact du réchauffement climatique. Le document ne prend, en effet, pas en compte certains facteurs secondaires issus du réchauffement climatique et susceptible d’être à l’origine d’incendies dans le Grand Ouest américain. Les auteurs citent l’exemple de «l’impact de millions d’arbres morts après avoir été infestés par des insectes» et du «changement de l’humidité des sols dû à une fonte des neiges prématurée», ou encore du «potentiel de plus d’orages avec foudre».

L’an dernier, le gouvernement fédéral a dépensé 2,1 milliards de dollars pour lutter contre ces incendies. Un chiffre qui devrait continuer à augmenter. «Nous devrions nous préparer à des feux encore plus gros que ceux qu’ont connus les générations précédentes», avertit l’un des auteurs et bioclimatologue à l’université de Columbia, Park Williams.

Pattée

Vues : 79

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 13 octobre 2016 à 7:20
Commentaire de JF@ le 13 octobre 2016 à 7:17

Activité la plus récente

Billet de Yves Robert

Une transition bénéfique et indispensable, pas une indignité de plus

L’écologie s’inscrit nécessairement dans des pratiques sociales et politiques radicalement…Plus
Il y a 2 heures
BRUNET Isabelle a publié un statut
"Un bon geste pour la planète : l'action d (vidéo)…"
Il y a 15 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Héliantis cacahuète sarrasin radis Vegan…"
Il y a 15 heures
Billets de JF@
Il y a 19 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation