Comptage hivernal des oiseaux de jardins

Bonne nouvelle : le bruant zizi, revient dans nos jardins !

Ce passereau tient son joli nom de son chant (non, pas de son anatomie, vous confondez avec le "Oulala"). Il semble apprécier la douceur climatique de notre région, il s'y installe de plus en plus, et ça c'est chouette. Comment le sait-on ? C'est l'ORA qui le dit, grâce à ses comptages annuels, vos comptages. L'Observatoire Régional de l'Avifaune, regroupant Bretagne Vivante et le Groupe d'Etudes Ornithologiques des Côtes-d'Armor organise son désormais traditionnel comptage hivernal des oiseaux de jardins. Prenez une heure, dimanche et comptez les oiseaux que vous voyez, en les identifiant correctement. 

Ce type de comptage participatif existe depuis 2009 dans les Côtes-d'Armor, et 2012 pour l'ensemble de la Bretagne. Il s'étend à tout le territoire depuis 2013, coordonné par la Ligue pour la Protection des Oiseaux. En janvier dernier, l'opération a comptabilisé 4568 jardins dans 865 communes de Bretagne, et plus de 52000 jardins au niveau national. "Il y a deux avantages à ce type d'opération" nous dit Yann Février. "Dans le milieu scientifique, il y a encore une quinzaine d'années, les sources participatives étaient plutôt dénigrées. “C'est scientifique, laissez donc les scientifiques s'occuper de ça” entendait-on. Or aujourd'hui, on se rend compte que les informations collectées sont pertinentes, avec des études et des résultats robustes, qui permettent d'indiquer des évolutions, des changements, des tendances".


Et puis c'est aussi simple que ça : On ne peut pas envoyer 4500 ornithologues professionnels aux quatre coins de la Bretagne. Qui plus est, ce n'est pas utile, les compteurs bénévoles y sont déjà, c'est une formidable ressource. Le deuxième avantage, continue Yann Février, c'est de sensibiliser le public à la biodiversité. "L'équation est assez simple, d'abord on observe et on compte, puis on se responsabilise et on protège. On se met à protéger les oiseaux parce qu'on apprend à les connaître, c'est vertueux". La surface totale des jardins en France représente un million d'hectares, c'est trois fois plus que l'ensemble de nos réserves naturelles. "C'est une force de frappe considérable, chacun, à son niveau, peut faire beaucoup."

Les oiseaux se rapprochent des centres urbains. Moins de biodiversité amène certaines espèces à décliner, au profit d'oiseaux opportunistes. "Dans la campagne bretonne, on compte de plus en plus de Choucas des Tours, une espèce très peu appréciée des agriculteurs. C'est en partie le déséquilibre de la biodiversité qui les fait proliférer, ils occupent un espace laissé vacant par d'autres espèces en difficulté". Apparaissent également des espèces exotiques, des Ibis, ou des perruches à collier, "une espèce bien jolie, mais plutôt agressive, qui déniche les oiseaux des parcs" regrette Yann Février.

Van Wassenhove

Vues : 69

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 26 janvier 2020 à 7:06
Commentaire de JF@ le 26 janvier 2020 à 7:06

JF@

Activité la plus récente

David M s'est joint au groupe de Philippe Le Tallec
Il y a 59 minutes
David M s'est joint au groupe de dubocq jean françois
Miniature

Colibris autour de Lorient, Morbihan, Bretagne

Colibris indépendants sur Lorient et ses environsPlus
Il y a 1 heure
David M s'est joint au groupe de Caroline-Etsamanga Piers
Miniature

TNT Bretagne

Bienvenus Colibris bretons, ce groupe est dédié aux initiatives de synergie concernant la Bretagne…Plus
Il y a 1 heure
Événement publié par Henriette Gloriès

Atelier "Plantes Sauvages" : A la salade ... à chez Françoise à Marciac

22 février 2020 de 10 à 17
Ce samedi on déguste ! ! ! !Apportez vos paniers, couteaux de poche et/ou ciseaux, chaussez vos…Plus
Il y a 6 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation