La Concession Bakel-Grésigne

Réseau informel entre membres d'une même ONG à Bakel et en France depuis 15 années, posé en acte en Juillet 2019 suite à une dernière rencontre en Mai 2019 ;Association la Grésignole (France), UPHORBAK (Sénégal).

Objectif principal ;

Créer les conditions de fonctionnement d'un double espace militant une réelle migration de sens.

Missions principales ;

  • Animer un réseau de compétences entre Bakel dans le Bassin du Fleuve Sénégal et la forêt de la Grésigne dans le Tarn.

  • Organiser et/ou soutenir toute initiative humaine d'échange de compétences et de savoirs entre le BFS (Bassin du Fleuve Sénégal) et la Région Occitanie.

L'UPHORBAK développe des actions précises en la matière, accompagne, forme et tente d'organiser au mieux le marché localement.

La Grésignole entend profiter des compétences de son partenaire pour mettre en vie son projet de micro-ferme agroécologique.

Moyens économiques pour conduire les projets et partenaires financiers éventuels ;

Rattachement au réseau des COLIBRIS pour développer un vaste réseau de compétences et d'échanges, demandes de fonds associatifs, réponses à d'éventuels appels à projets en lien à l'objet de la Concession, dons, prêts, emprunts bancaires...

Actions menées avec des références éventuelles ;

Développement d'une activité de conserverie solidaire et de production de spiruline pour participer à l'auto-financement de nos démarches et actions, à Bakel et en forêt de Grésigne.

Création d'une résidence d'artistes aux deux couleurs de notre Concession.

Vente de prestations d’accueils (séjours d'inclusion, formations courtes, stages découvertes, aide aux aidants, séjours de répits...) en lien à l'objet de la Concession ; une migration de sens dans les deux sens...

Les personnes qui la composent et leurs compétences ;

Les membres de l'UPHORBAK et leurs réseaux locaux à Bakel, les membres de l'association La Grésignole et leurs réseaux en forêt de Grésigne, les membres des COLBIRIS qui voudront bien nous rejoindre, les réseaux associatifs et ESS de la Région Occitanie auxquels nous adhérons.

CONTEXTE TERRITORIAL

Territoire concerné par le projet ;

Le BFS (Bassin du Fleuve Sénégal), département de Bakel, la commune de Puycelsi (Tarn) en Région Occitanie.

Atouts ;

Reconnaissance et bonne implantation de l'UPHORBAK à Bakel.

Personnes ressources et liens forts avec les ONG, les élus, les animateurs de développement, les confréries à Bakel.

Ferme et terrains en pleine propriété pour deux membres co-fondateurs de la Grésignole en forêt de Grésigne et métiers en lien à l'objet de la Concession (agriculteur-éleveur, cuisinier, formateurs...).

Membres de la Grésignole très proches des réseaux associatifs et ESS de la Région Occitanie (anciens permanents Éducation populaire, formateurs, éducateurs).

Contraintes ;

Manque de moyens de développement à Bakel dues au fait de l'éloignement des centres d'intérêts de bailleurs pour faire intervenir les ONG historiquement en place.

Absence d'implication de la diaspora et des flux financiers de la migration en direction du domaine de l'agroécologie et de la formation en agriculture.

Aucune compétence directe en agroécologie pour les membres de la Grésignole.

Manque des moyens initiaux de l'association la Grésignole pour démarrer les activités rémunératrices afin de financer les actions d'échange du projet.

Les deux territoires sont complémentaires dans leur isolement géographique, leur intérêt touristique de découverte, le travail effectif à fournir pour s'y maintenir et vivre au Pays... Les deux terres présentent des atouts et des limites (présence de l'eau, agroforesterie possible, éloignement des réseaux de distribution et ventes directes...).

Les deux territoires sont habités par des militants de la solidarité, d'une idée de la migration comme vecteur de sens si elle est encadrée et à double sens.

Les deux entités porteuses sont socialement et politiquement investies localement dans l'idée qu'une autre forme de coopération est possible et qu'il faut passer à l'acte à notre échelle pour « donner à penser autrement ».

Les membres des deux entités sont engagés, localement, en politique ou adhérents à des réseaux citoyens.

Les individus concernés par la démarche sont convaincus qu'un autre mode de vie est nécessaire à militer, localement, à son échelle « exemplaire au titre de l'exemple à s'approprier chacun, sans modélisation possible ». Ces mêmes individus sont conscients des motivations sociales, politiques et religieuses qui les réunissent et décident conjointement que leurs différences sont autant de forces à montrer pour construire, entre humains, d'un continent l'autre.

LE PROJET

La Concession Bakel-Grésigne est avant tout une démarche expérimentale entre individus qui décident que les problématiques de migration, au Nord comme au Sud doivent être envisagées non comme un problème mais bien une solution aux évolutions de notre planète (réchauffement, luttes de pouvoir ou maintien au pouvoir, institutions sclérosées, pouvoir du capital argent sur le capital humain, consumérisme comme mode de vie au Nord et expectative d'une vie rêvée au Sud, fuite des cerveaux au Sud, appât du gain au Nord, violence établie comme mode de communication dans la gestion de la migration entre autre...) . Les deux points d'appuis de cette démarche sont Bakel dans le BFS et Puycelsi dans le Tarn. Ce sont les deux lieux d'habitat des membres fondateurs qui décident, ensembles, d'unir leurs moyens pour s'entraider localement en échangeant leurs compétences et leurs savoir-faire et savoir-être. Les membres fondateurs n'ont pas vocation à changer le monde mais changer celui de leurs proches et de leurs réseaux en s'appliquant à montrer le chemin qu'ils décident conjointement d'emprunter sans connaître l'issue de la démarche. Ils décident de coopérer différemment, en-dehors des politiques des bailleurs pour faire un pas solidaire vers « plus de prise en compte du capital humain » dans la gestion des échanges entre continents.

Objectifs ;

  • Expérimenter, à l'échelle des membres, une autre façon de coopérer entre l'Afrique et l'Occident.

  • Organiser en parallèle deux sites d’accueil et de formation du citoyen en matière de cultures partagées ; l'agroécologie et l'esprit critique.

  • Financer les actions au travers la vente de produits dérivés de l'objet social ; des conserves à nos deux couleurs mêlant des productions de Bakel et de la Grésigne, des productions artistiques et culturelles finalisées à diffuser.

  • Animer les deux lieux simultanément en organisant, au fil de l'eau et en fonction des besoins et envies, des séjours de courtes durée permettant la découverte, favorisant la rencontre, l'apprentissage et le transfert de savoir-être et savoir-faire.

  • Le projet est issu des expériences et parcours de vie des membres, à Bakel et en forêt de Grésigne ; culture expérimentale et solidaire de spiruline à Bakel, organisation coopérative des producteurs horticoles à Bakel, création d'une tontine de poulets de chair à Dakar et gestion d'une ferme avicole et production de mangues pour des membres de la Grésignole, voyages solidaires au Burkina pour soutenir dispensaires et écoles dans le Sud-Est, engagement au sein d'une ONG (GRDR)...

    État d'avancement actuel

  • Une année de mise en place du projet pour permettre à Bakel de continuer de produire et développer son activité commerciale dans de bonnes conditions et permettre à la Grésignole de tracer les plans et réfléchir aux solutions les plus efficientes pour démarrer sa propre production agroforesterie et agroécologie. Nous espérons pouvoir commercialiser nos premières conserves aux deux couleurs dans un délais de trois ans avec des points de vente organisés en réseaux tant au Sud qu'au Nord.

  • A Bakel comme en Grésigne, nous travaillons sur les solutions d’accueil et des conditions d'échanges de formation, de productions artistiques et culturelles pour les trois années à venir.

    Bénéficiaires directs ;

  • Les membres de la Concession qui s'engagent à donner de leur temps et leurs moyens humains à la réussite du projet tout en sachant que seul le cheminement compte et que la réussite ne sera qu'un élément d'évaluation dans une démarche où tout reste à inventer. La prise de risque et le « lâcher prise » sur nos habitudes conjointes sont les seules garanties de notre réussite.

    Bénéficiaires indirects :

  • Le réseau de personnes que nous saurons mobiliser autour de cette démarche expérimentale et les « émules » que nous saurions mobiliser dans l'envie de s'essayer à leur tour à faire autrement et passer à l'acte.

    Suivi et évaluation du projet :

  • L'année à venir est consacrée, sur les deux sites, à rédiger les objectifs opérationnels concernant la démarche globale et les objectifs secondaires pour chaque activité envisagée (culture vivrière, maraîchage aromatique, spiruline, conserverie solidaire, résidence d'artistes, accueils en séjours et formations pour la Grésignole) et ( développement du marché de l'horticulture, formation agroforesterie et agroécologie, organisation de la coopérative, spiruline solidaire, mise en places accueils en séjours et formation pour Bakel). Tous ces objectifs feront l'objet d'une traduction en indicateurs d'évaluation d'impact et de réalisation. Ce système conjoint d'évaluation est notre meilleure assurance de pouvoir capitaliser et soumettre la démarche aux bailleurs et partenaires afin de présenter une méthodologie d'ONG 2,0, nouvelle formule de coopération où les hommes et femmes des doubles espaces décident du sens à donner à leurs migrations communes sans attendre un appel à projet ou la notification d'un intérêt sur un programme Européen ou autre.

Points d'amélioration visés  avec la mise en place du projet :

  • Montrer que les dynamiques inter-relationnelles, d'un continent à l'autre, entre deux cultures sont des éléments fondateurs d'une autre façon de voir le monde. C'est en mêlant nos différences que nous seront entièrement dans le monde, un monde qu'il est urgent d'éduquer à une autre approche des relations entre l'homme et la nature. C'est en se « retroussant les manches », entre citoyens du monde, que l'on peut espérer avancer, sans rien attendre de plus des politiques actuellement en œuvre en matière de coopération, d'échanges et de productions solidaires.

    Échéances du projet:

  • La Concession Bakel-Grésigne est une expérimentation à échelle humaine, elle ne saurait donner de « timing » aux conditions de sa réussite, elle se veut seulement pionnière dans l'idée que tenter de faire autrement c'est déjà réussir à être autrement en s'avisant que travailler l'interculturel nécessite de travailler dans le même temps la culture de la Terre et celle de l'Esprit, d'où son positionnement en terme de permaculture humaine qui ne saurait ambitionner d'autres résultats que ceux constatés au fil de l'eau, au fur et à mesure que l'expérience se développe dans son double espace. Les productions effectives, en matière d'agroécologie et de produits culturels et artistiques seront certainement des balises à prendre en compte mais ne constituent aucunement une finalité transférable et modélisable à l'infini. Nous tentons de mettre à disposition du plus grand nombre notre seule énergie à « passer à l'acte collégialement »...

    Attentes des porteurs de projet :

  • Pour Bakel ; la prise en compte des besoins de production exprimés dans le dossier ad-hoc et très complet (du fait de la spécialisation et de l'expertise des membres).

  • Pour la Grésignole ; un accompagnement à l'étude de faisabilités de nos objectifs de production sur la site de la micro-ferme agroécologique, un appui à la (les) formation(s) des membres, un conseil et une mise en réseau pour négocier les fonds adéquats et les aides dédiées (maraîchage aromatique, spiruline, culture vivrière, agroforesterie, élevage dédié...).

  • Pour la Concession Bakel-Grésigne, nous attendons un soutien méthodologique pour borner nos habitudes de fonctionnements en les traduisant en véritable plan de capitalisation d'expérience.

  • Nous aurons la même demande/démarche auprès d'ONG œuvrant dans la problématique d’intervention de plusieurs espaces ainsi qu'en direction des réseaux régionaux de l'ESS et de l'économie circulaire.

  • Enfin, nous ne ferons rien sans les représentants des diasporas et associations de migrants concernées en Occitanie ni les partenaires occidentaux présents à Bakel (Ville de Apt, notamment) mais aussi les ONG Sénéglaises avec qui nous sommes en contacts (ACAPES, ENDA...).

Vues : 8

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation