S’accoupler à tort et à travers n’est pas toujours une bonne solution pour perpétuer son espèce : le crocodile de Cuba pourrait être victime de son appétit sexuel, rapporte Courrier international !

Des chercheurs canadiens et cubains ont publié en octobre dernier une étude démontrant que le crocodile de Cuba, à force de s’accoupler avec toutes les dames crocodiles qui passent, dilue son patrimoine génétique. La principale coupable est la femelle crocodile américaine, une autre espèce qui vit à Cuba, et dont les gènes prendraient le dessus sur celui du crocodile cubain.

Il n’existe aujourd’hui que 4.000 crocodiles de Cuba, qui vivent à deux endroits précis: les marais de Zapata et l’île de la Jeunesse, à Cuba. En analysant les marqueurs génétiques de 227 crocodiles sauvages, les chercheurs ont constaté que 49,1% d’entre eux étaient issus d’autres espèces. Cette hybridation pourrait conduire à l’extinction de l’espèce cubaine, mais les chercheurs ne sont pas unanimes. Le crocodile américain pourrait lui aussi avoir récupéré des gènes du crocodile cubain il y a 2.000 ans environ. Ce qui reviendrait à un mariage entre cousins, «mais, effectivement, les croisements que nous observons menacent la spécificité de chacune de ces espèces», explique George Amato, directeur de l’Institut Sackler pour la génomique comparative.

Les crocodiles cubains vont pouvoir continuer à batifoler avant que les scientifiques ne les en empêchent.

ACH

Vues : 142

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 23 décembre 2014 à 18:10

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation