Pour le 50e anniversaire du Forum de Davos, son emblématique président, Klaus Schwab, semble avoir définitivement changé de camp !

Au fil des ans, il est passé de la promotion d'un capitalisme orthodoxe à celui des grandes causes humanitaires. Cette année, il a promu l'égérie des activistes du climat, Greta Thunberg, au même rang que Donald Trump. Une fillette de 17 ans, sans véritable légitimité démocratique, aux côtés du plus puissant président de la planète. Pendant ce temps, des manifestants marchent sur Davos pour dénoncer l'incurie criminelle de cette économie mondiale qui menace dorénavant la survie de la planète. Pas de souci, Klaus Schwab a appris à jouer avec les contradictions. Lui et son équipe ont compris qu'il fallait tout intégrer et le plus vite possible. Pour amortir la contestation, il suffit d'inclure les contestataires dans la réflexion. C'est un signe d'ouverture et cela n'engage à pas grand chose.

Au fil des ans, Davos s'est paré d'un tel vernis humanitaire, qu'on pourra bientôt le confondre avec la fondation Mère Teresa... Aller au forum, c'est comme se rendre dans un salon de philanthropie. Cette année, sept thèmes sont au programme, avec des titres comme «Comment sauver la planète», «Un business plus juste», «La technologie pour le bien de tous»... Que de louables intentions. 

Sur son site, on lit que le Forum s'est associé à la Banque mondiale et à la Croix-Rouge «pour investir dans les économies fragiles» ou qu'il milite pour l'égalité hommes-femmes en Amérique du sud. Au plan international, il a lancé un Partenariat pour l'égalité LGBTI. Il travaille pour le recyclage des déchets électroniques au Nigeria, pour la protection de la forêt amazonienne au Pérou ou pour la réduction des plastiques à usage unique au Vietnam. Enfin, il va faire planter «des centaines de milliards d'arbres dans les dix prochaines années». 

Mais où sont passés les hommes d'affaires ? Les banquiers, les financiers ? Les fabricants d'armes ? Où sont passés les vendeurs d'avions, de charbon et de diamants ? Où sont les marchands d'huile de palme et les rois du pétrole ? Disparus, comme par enchantement. On n'en parle plus. Reste Greta Thunberg promue comme une idole, qui occupe les médias et les esprits. C'est un alibi parfait.

FELLEY

Vues : 58

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 23 janvier 2020 à 7:12
Commentaire de JF@ le 23 janvier 2020 à 7:12

JF@

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation