Entete de la Lettre d'informations


Revue Kokopelli n°5

Nous avons le plaisir de vous proposer la Revue Kokopelli n°5 que vous pouvez soit télécharger gratuitement sous forme de PDF, à partir de notre site internet, soit commander la version papier pour la somme de deux euros. Cette année, notre revue fait 56 pages.



Promotions de fin d'année.

Comme chaque année, l'Association Kokopelli vous propose des cadeaux fertiles pour les fêtes de fin d'année :

- l'ouvrage "Semences de Kokopelli" de 848 pages + 12 sachets de semences bios pour le prix de 74 euros, hors port.

- un lot de 12 sachets de semences bios pour le prix de 24 euros, hors port.



Actualités de Kokopelli

Nous venons de créer une nouvelle rubrique Actualités sur le site de Kokopelli. Vous y trouverez les divers communiqués de l'association, divers clips télé ainsi que les émissions de Radio-Zinzine sur le thème des semences.




Festival Kokopelli de 2013

Nous avons le plaisir d'annoncer la tenue d'un second Festival Kokopelli "Rencontres autour de l'Autonomie Semencière et ... qui, cette fois-ci, aura lieu dans le sud de la France du 8 au 21 juillet 2013.



Nouveautés 2013.

Nous vous proposons, également, un très beau calendrier Kokopelli pour le prix de 5 euros (hors port) ainsi que des autocollants à 1 euro (hors port) permettant d'accoler un peu de poésie et d'humour sur tout objet industriel roulant ou non roulant.

Vues : 2420

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Dujardin Richard le 8 novembre 2014 à 6:19

Nouvelles de Kokopelli - Novembre 2014


Nouveautés

Campagne de soutien aux petits producteurs Français

L'Association Kokopelli est heureuse d’annoncer le lancement d’une campagne de soutien aux petits producteurs français.

De nombreux producteurs, travaillant avec des valeurs éthiques, écologiques et respectueuses de la Terre et de ses habitants, sont très souvent confrontés à une absence de points de ventes pour les fruits de leur travail - de par la prévalence des produits agro-industriels. Nous avons donc décidé de lancer cette campagne de soutien afin de donner un coup de pouce à des petits producteurs français.

Le principe est simple. Nous proposons, pendant un certain temps, sur notre site internet et sur nos stands, un ou plusieurs produits de producteurs que nous souhaitons soutenir. En échange de cette vitrine, sur chaque produit vendu, 1 euro est reversé à la campagne “Semences sans Frontières” de Kokopelli destinée à aider les populations rurales des pays les plus pauvres. En achetant un de ces produits, vous soutenez à la fois le producteur et la campagne “Semences sans Frontières”.

* * *

À la découverte du “Jardin Lauriane et Colin Atlan”

Nous commençons donc cette aventure avec une jeune famille vivant de la petite paysannerie : Laurianne, Colin et leurs deux, bientôt trois, petits enfants. Installés à Lamelouze dans la Vallée du Galeizon, vallée Cévenole sauvage et préservée, ils y ont acquis des terres peuplées de châtaigniers depuis des siècles.

Toute la famille

Ils restaurent, petit à petit, leurs vergers qui ont quelque peu souffert du temps et de l'empreinte de l’homme. Ils récoltent néanmoins, déjà, des variétés anciennes traditionnelles et originaires de la vallée, la Figarette et la Pellegrine reconnues pour leurs qualités culturales et gustatives.

Lauriane et Colin travaillent en tenant compte des besoins de leur environnement proche : chaque arbre a son importance. Ils sont profondément convaincus de l’importance des produits locaux et de la nécessité de faire redécouvrir la petite paysannerie qui, assassinée par l’agro-industrie, a tendance à disparaître de nos campagnes.

Ayant fait le choix de l’agriculture biologique, les produits du “Jardin Lauriane et Colin Atlan” sont tous certifiés par Nature et Progrès.

Nous avons donc le plaisir de vous proposer, sur notre boutique en ligne et sur nos stands, une crème de marron de variétés anciennes préparée à Lamelouze dans une petite ferme familiale ! Une crème de marrons évoquant l’émerveillement gustatif d’une crème “maison”. Merci Lauriane et Colin !

Colin trie les chataignes Colin trie les chataignes

Jardin Lauriane et colin Atlan
la montadette
30110 Lamelouze
09 60 51 26 82
atlan.colin@orange.fr





Actualités

Les Maïs pour l’Afrique du CIMMYT: Mythe ou Réalité ?

Un article de Dominique Guillet, sur le blog de Kokopelli, concernant un article de la Revue Nature vantant l'introduction de nouvelles variétés de maïs supposément résistantes à la sécheresse pour l'Afrique et dévoilant les nombreux rideaux de fumée cachant le rachat des semenciers africains, la dissémination de nouvelles variétés chimériques et l'intensification de la présence de toutes les multinationales des nécro-technologies sur ce continent - en complicité avec USAID, AGRA, les fondations eugénistes Rockefeller, Bill Gates, etc...

L'équipe de Kokopelli.

Commentaire de Dujardin Richard le 18 octobre 2014 à 6:42

Nouvelles de Kokopelli - Octobre 2014


Nouveautés


Le Calendrier 2015 de Kokopelli est arrivé !

Magnifique calendrier mural en couleur, illustré de photographies et de dessins Kokopelliens. Vous y retrouverez les influences lunaires pour le jardinage et un double poster détachable (au recto, le dessin couverture en grand format et, au verso, un grand calendrier de semis).

Disponible sur notre boutique en ligne



Actualités

A quand la dissolution du GNIS ?

Le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences) est intervenu récemment, deux fois, relativement à l’arrêt de la Cour d’Appel de Nancy concernant le procès Kokopelli-Baumaux. Une première fois, le 25 septembre 2014, avec son communiqué de presse intitulé “Vente de semences : l’arrêt de la Cour d’Appel de Nancy clarifie la situation!” ; une seconde fois, lors d’une conférence de presse à Paris, le 26 septembre 2014, au Pied de Cochon. Le premier communiqué a, depuis lors, discrètement disparu du site officiel du GNIS, par un coup de baguette magique et virtuelle: faut-il en déduire que la situation de la vente de semences n’a pas été aussi clarifiée que cela par l’arrêt de la Cour d’Appel de Nancy ?

La suite de notre communiqué sur le blog de Kokopelli.


Les Multinationales des Nécro-technologies à l’assaut des Semenciers Industriels Africains

Un article de Dominique Guillet, sur le blog de Kokopelli, concernant une nouvelle vague de rachat des semenciers industriels en Afrique par les mutinationales des nécrotechnologies: Monsanto, Limagrain, DuPont, Syngenta. Existerait-il quelque corrélation avec le nouveau syndrome "Pétrolébola" en Afrique de l'Ouest ?


Monopole des Multinationales des Nécro-Technologies dans les Catalogues Nationaux du GNIS, Potagères et Grandes Cultures.

Nous complétons, dans ce dossier, le travail d’analyse que nous avons effectué et renouvelé depuis de nombreuses années, à savoir le décryptage du Catalogue National du GNIS afin de mettre en valeur que – contrairement aux mensonges éhontés du GNIS et des lobbies semenciers – il n’existe pas de centaines de petites et moyennes entreprises qui constitueraient le fleuron « innovateur » de l’Industrie Semencière Française.

La suite de notre analyse sur le blog de Kokopelli.



Librairie


Ceux qui sèment – Graines de résistance

Direct, documenté et énergique, ce voyage de jardin en jardin dans le sud des Etats-Unis mêle botanique, sociologie et politique avec beaucoup d’humanité pour comprendre pleinement l’importance de l’autonomie alimentaire. Pour comprendre et agir aussi, avec ou sans jardin. Dans Ceux qui sèment, Janisse Ray met en lumière les enjeux de la guerre des semences actuellement en cours entre quelques méga-entreprises qui entendent standardiser et privatiser le vivant et des millions de paysans, fermiers et jardiniers qui tentent d’empêcher cette catastrophe. Car comme l’eau, l’air et le feu, les semences font partie du patrimoine commun de l’humanité. Un ouvrage en grand format de 238 pages à 12€. 1€ par vente de livre sera partagé et versé aux associations Kokopelli (France) et Navdanya (Inde)

Disponible aux Editions Sepia.

L'équipe de Kokopelli.

Commentaire de Dujardin Richard le 19 septembre 2014 à 6:27

Nouvelles spéciales du 18 Septembre 2014

Procès Kokopelli c. Graines Baumaux :
Après presque 10 ans de procédure, la Cour d’Appel de Nancy donne enfin raison à Kokopelli !

Dans l’affaire nous opposant, depuis près de 10 ans, à la société Graines Baumaux, le délibéré de la Cour d’Appel de Nancy a été prononcé le 9 septembre dernier et l’arrêt, dans son entier, vient de nous être communiqué.

A notre grande satisfaction, la Cour rejette l’essentiel des demandes de la société Graines Baumaux, et en particulier celle fondée sur une prétendue faute de concurrence déloyale liée à l’absence d’enregistrement des variétés distribuées par Kokopelli.

Le jugement de 1e instance, qui condamnait Kokopelli, est donc infirmé !!!

La Cour considère en effet que la société Graines Baumaux, qui reprochait à l’association de proposer à la vente une gamme plus élargie de variétés anciennes que la sienne, « ne se trouve aucunement empêchée de proposer à la vente les mêmes produits que l’association KOKOPELLI et donc d’offrir la même gamme élargie de semences à sa clientèle de jardiniers amateurs à la seule condition d’inscrire les variétés qu’elle entend commercialiser sur liste officielle de « variétés dont la récolte est principalement destinée à l’autoconsommation » sur laquelle l’inscription est libre et d’un coût modique par rapport à l’enjeu commercial, soit un montant de 125 euros par variété comme elle l’indique elle-même. Il lui est également loisible d’étoffer son catalogue en commercialisant davantage de variétés de graines sélectionnées parmi les 14 500 variétés que compte selon elle le catalogue officiel européen ».

C’est l’argument que nous lui avions suggéré. La société Graines Baumaux, qui prétendait que l’enregistrement au Catalogue était simple et peu coûteux, et que la biodiversité se trouvait déjà fort bien protégée et représentée par celui-ci, se trouve ainsi prise au piège de ses propres affirmations.

Toutefois, cela ne signifie pas que l’activité de Kokopelli se trouve officiellement avalisée par la Cour d’Appel. Bien au contraire. En effet, l’argument selon lequel la vente de semences à des jardiniers amateurs ne faisant pas une exploitation commerciale de celles-ci ne serait pas soumise aux exigences d’enregistrement au Catalogue, a été rejeté par la Cour.

Cet argument peu ambitieux – car ne faisant aucune place à l’agriculture professionnelle dans la lutte pour la sauvegarde de la biodiversité – avait été avancé, en dernier recours, après la décision défavorable prise par la Cour de Justice de l’Union Européenne en juillet 2012. Bien qu’il soit abondamment utilisé par de nombreuses associations de préservation des semences en Europe, il n’avait jamais été soumis à l’examen d’une juridiction.

C’est maintenant chose faite, mais la décision de la Cour d’Appel de Nancy, sur ce point, est très décevante. En effet, la Cour considère, à l’issue d’une leçon de grammaire particulièrement byzantine, que « la formulation de l’article 2 de la directive permet de retenir que sont soumises à ses prescriptions la vente ou l’offre de vente de semences ainsi que les autres formes de cession réalisées dans le cadre d’une exploitation commerciale, ce qui exclut les cessions de semences à des tiers dans un but autre, comme de réaliser des expérimentations et permet d’écarter du champ d’application du texte les échanges de graines entre particuliers amateurs de jardinage qui ne font pas commerce de leurs semences potagères. »

La Cour n’exclut donc du champ d’application de la législation que les échanges de semences entre jardiniers amateurs. Tout transfert de semences, à titre onéreux ou gratuit, réalisé non pas « en vue d’une exploitation commerciale », comme le dit le texte, mais « dans le cadre d’une exploitation commerciale », comme le dit la Cour, tombe sous le coup de la loi et son obligation d’enregistrement des variétés.

Cette interprétation, pour le moins aventureuse, aura vraisemblablement des répercussions dans toute l’Europe et nous espérons qu’elle sera corrigée par le législateur européen lorsqu’il devra voter sur le projet de réforme de la législation actuelle.

En tout état de cause, dans le litige particulier nous opposant à la société Graines Baumaux, la décision de la Cour d’Appel de Nancy signifie donc que s’il est vrai que Kokopelli commet des actes illicites par la vente de variétés non inscrites au Catalogue officiel, ces agissements ne sont pas générateurs de responsabilité vis-à-vis de la société Graines Baumaux et « n’ont pas pour effet de fausser le jeu de la concurrence ». Ces considérations nous mettent hors de danger vis-à-vis de Graines Baumaux et de l’industrie semencière, et c’est évidemment l’essentiel.

Quant aux accusations réciproques de dénigrement, la Cour renvoie les parties l'une contre l'autre et chacune est condamnée à payer 5 000 € de dommages-intérêts à l’autre. Si, par ce volet de sa décision, la Cour semble vouloir ménager la chèvre et le choux, il ne faut toutefois pas oublier que c'est bien la société Graines Baumaux qui poursuit Kokopelli depuis presque 10 ans et qu'elle souhaitait voir ordonnée la cessation pure et simple de nos activités. On peut donc dire que son initiative a simplement échoué... A l’évidence, l’association Kokopelli sort gagnante de ce long combat.

Si enfin l’on se souvient que la Cour de Justice de l’Union Européenne, statuant contre l’avis de son Avocat Général, avait désavoué Kokopelli et considéré que la législation européenne sur le commerce des semences, permettant supposément une augmentation de la productivité agricole, n’était pas critiquable, il faut saluer un exploit dans notre défense et une victoire inespérée de Kokopelli, qui maintient le cap de la biodiversité, contre vents et marées…!

Commentaire de Dujardin Richard le 29 août 2014 à 7:15

Nouvelles de Kokopelli de Août 2014

La ferme de la campagne "Semences sans Frontières" de Kokopelli

Vers l'autonomie semencière des populations

Cher(e)s ami(e)s de Kokopelli,

La collecte de fonds, pour le financement de l’installation de la ferme de production de semences pour la campagne “Semences sans Frontières”, est déjà une réussite, et ce n'est pas terminé !

Tout cela, c'est grâce à vous !

L'enthousiasme de tous, les encouragements, les dons de matériel, les participations financières, etc. nous rappellent que nous ne sommes pas seuls dans ce combat pour la vie ! En 40 jours, nous avons atteint sur kisskissbankbank plus de 200% du premier objectif (12 000€ afin d'installer un tunnel de stockage pour le matériel agricole). Le budget global du projet est de 77 000€, il reste encore 3 jours pour soutenir le projet et nous aider à nous approcher le plus possible de cet objectif. Parlez-en autour de vous, soutenez le projet si vous ne l'avez pas déjà fait, faites circuler l'info dans vos réseaux, etc. Nous avons besoin de votre mobilisation.

Quelques avancées du projet :

- Nous avons profité de cette saison extrêmement humide pour faire de nombreuses rotations d'engrais verts sur les premières buttes destinées à la production de semences. Trèfle, luzerne, phacélie, lupin, sarrazin, vesce, mélilot, moutarde, pois, bourrache, etc. La terre étant très argileuse, et assez pauvre, nous devons, dans un premier temps, nous concentrer sur l'amélioration du sol. Nous récolterons, malgré tout, les semences de quelques espèces cette année.

- Nous avons commencé, cette semaine, la pose de la clôture anti-sangliers !

- Nous accueillerons bientôt des brebis ; celles-ci auront quelques hectares de prairie bien verte à pâturer - nous évitant ainsi un important travail d'entretien.

- Nous posterons prochainement, sur le site de "Semences sans Frontières", les photos de la charbonnière "à l'ancienne" que nous allons bientôt allumer. Nous prévoyons, en effet, l'utilisation d'une importante quantité de charbon dans les buttes de culture afin d'aérer les sols, technique inspirée de la "Terra Preta".

Agissez à nos côtés afin d'envoyer des Semences de Vie gratuitement partout sur la planète :

- Envoyez-nous le surplus de vos récoltes de semences

- Soutenez la campagne en faisant un don

- Amenez avec vous des semences lors de vos voyages dans les pays les plus pauvres

Nous vous remercions pour votre confiance.

L'équipe de Kokopelli.

* * * * *


Pollinisation manuelle de courgettes.
Commentaire de Dujardin Richard le 25 juillet 2014 à 13:42

Nouvelles de Kokopelli de Juillet 2014

Vers l'autonomie semencière des populations

Cher(e)s ami(e)s de Kokopelli,

Nous avons le plaisir de vous présenter les nouvelles dynamiques de notre campagne “Semences sans Frontières”.

Campagne “Semences sans Frontières”

Elle a pour mission de répondre à l’appel des communautés rurales des pays les plus pauvres, par l’envoi de semences biologiques de variétés potagères libres de droits et reproductibles. Elle à permis depuis son lancement en 2000 la création de centaines de projets de banques de semences, de jardins de productions de semences, de jardins ouvriers autonomes, d'exploitations vivrières communautaires, etc.

La création d’un site internet dédié à la campagne :

Vous y trouverez des témoignages, les actualités de “Semences sans Frontières”, des galeries photos, etc. La grande nouveauté est la suivante : vous avez désormais la possibilité de déposer une demande de soutien directement en ligne.

Le site est tout neuf, n'hésitez pas à nous envoyer vos commentaires par mail !

L’installation d’une ferme de production pour “Semences sans Frontières” :

Afin de répondre à la demande toujours croissante des requêtes de soutien que reçoit Kokopelli, l’association a installé récemment une ferme de production de semences pour la campagne “Semences sans Frontières” en Ariège, à quelques kilomètres de ses nouveaux locaux. Les toute premières cultures ont été mises en place cette année malgré la précipitation et le manque de matériel. Nous aurons quand même de belles récoltes de semences de côtes de blettes, de maïs, de haricots, de courgettes, etc. Pour l’année prochaine, deux serres tunnel (en cours de montage) accueilleront les cultures les plus sensibles à l’humidité ainsi que plusieurs parcelles de buttes surélevées inspirées des méthodes de la permaculture.

Le lancement d’une campagne de financement participatif :

Plus que jamais, la campagne “Semences sans Frontières” à besoin de votre soutien ! Afin de lancer dans les meilleures conditions la ferme de production de semences pour la campagne, nous devons acheter du matériel agricole (petit tracteur, broyeur pour le BRF, table densimétrique pour le tri des semences, etc.) Nous vous invitons donc à découvrir notre campagne de financement participatif en cliquant ici.

Avancez avec nous vers l’autonomie semencière des populations !

L'équipe de Kokopelli.

* * * * *


Semences de betteraves de la ferme prêtes à être récoltées.
Commentaire de Dujardin Richard le 17 juillet 2014 à 6:54

Nouvelle spéciale de Kokopelli : Avaaz, bas les masques ! : Juillet 2014

ATTENTION : Kokopelli dénonce la campagne frauduleuse d'AVAAZ concernant une prétendue "bourse aux graines" mondiale

Cher(e)s ami(e)s de Kokopelli,

L'organisation américaine AVAAZ a lancé il y a quelques jours une nouvelle campagne de levée de fonds, intitulée « La meilleure manière d’arrêter Monsanto », et diffusée largement sur Internet et par mail, visant supposément à créer le « tout premier eBay pour semences à but non lucratif ».

L'association KOKOPELLI n'est absolument pas à l'origine de cette campagne et ne connaît aucune organisation française ou européenne qui y participerait.

De plus, le courriel faisant la promotion de cette campagne prétend que « une coalition de 20 groupes et personnalités de l’agriculture durable tels que le Center for Food Safety et l’activiste Vandana Shiva sont prêts à lancer le projet. » Nous ne connaissons pas ces groupes, qui ne sont pas nommés, mais nous avons contacté Vandana Shiva à ce sujet et elle nous a répondu ceci : “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it.” (je ne suis pas engagée dans cette initiative, et n'ai jamais été contactée ou consultée à son sujet) !!! Elle a également manifesté son indignation face à la récupération de ses nom et notoriété sur son blog SeedFreedom.

Si, sur ce blog, l’organisation américaine Center for Food Safety endosse ces manœuvres grotesques et parle « d’erreur » et de « malentendu », nous n’y croyons pas du tout. De quel type d’erreur peut-il s’agir lorsqu’il est question de lancer une campagne mondiale, dans 17 langues, pour récolter plusieurs centaines de milliers de dollars, voire des millions – car les sommes globales récoltées sont soigneusement occultées, mais ce sont déjà plus de 55.000 personnes qui ont donné - ?

Nous remarquons, de plus, que le texte de présentation de la campagne est très mal rédigé ; que ses termes sont particulièrement évasifs ; qu'il n'existe aucun site Internet relatif au projet évoqué ; que les “fermiers” et “organisations” partenaires ne sont pas nommés ; que les éventuels fournisseurs et bénéficiaires des semences ne sont pas identifiés ; que les actions projetées ne tiennent aucun compte des contraintes réglementaires qui nous obèrent depuis 60 ans, etc.

Tout cela n'est pas sérieux, et il semble donc que cette campagne soit une nouvelle imposture de l'organisation AVAAZ - dont nous-même, et d’autres, avons déjà dénoncé le caractère plus que douteux par le passé - destinée seulement à récolter des fonds auprès d'internautes généreux mais bien trop crédules.

Nous demandons donc le retrait immédiat de cette campagne - ou bien le détail exact et complet du projet évoqué dans celle-ci, s’il existe - et la transparence la plus totale sur l’utilisation des sommes récoltées, ou leur restitution aux donateurs trompés !

Nous vous recommandons donc la plus grande prudence vis-à-vis de cette campagne, et, de manière générale, vis-à-vis de l’organisation AVAAZ, et vous invitons à faire circuler ce message au plus grand nombre de destinataires possible.

L'équipe de Kokopelli - le 16 juillet 2014.

* * *

Special news from Kokopelli: AVAAZ, pull the veil away !

BEWARE: Kokopelli denounces AVAAZ’s fraudulent campaign concerning a so-called global “seed exchange”

Dear friends of Kokopelli,

A few days ago, the american organisation AVAAZ has launched a new fundraising campaign called “the best way to stop Monsanto”, widely circulated on Internet and by e-mail, and supposedly intended to create “the first ever, non-profit “eBay” of seed”.

The association KOKOPELLI is absolutely NOT the initiator of that campaign and knows no French or European organisation participating in it.

Moreover, the e-mail promoting this campaign pretends that “a coalition of more than 20 groups and leaders in the field of sustainable agriculture like the Center for Food Safety and activist Vandana Shiva are standing by ready to launch the project.” We don’t know these groups, which are not designated, but we have contacted Vandana Shiva on this topic and here is what she answered: “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it”!!! She has also expressed her indignation at the hijacking of her name and reputation on her SeedFreedom blog.

On this blog, the US organisation Center for Food Safety takes responsibility for these grotesque tactics and talks about “error” and “misunderstanding”, but we don’t believe a word of it all. What kind of error can it be when it is about launching a worldwide campaign, translated into 17 languages, in order to collect several hundreds of thousands of dollars, if not millions – because we have noted that the global amounts collected are carefully blanked out, but already more than 55.000 persons have donated -?

We also note that the text presenting the campaign is very poorly drafted, that its terms are very evasive, that no Internet website exists for the project mentioned, that the partner “farmers” and “organisations” are not designated, that the potential suppliers and beneficiaries of seeds are not identified, that the proposed actions have no consideration for the regulatory constraints which undermine our action since 60 years, etc.

All of that is not serious, and it seems therefore that this campaign is a complete sham of the organisation AVAAZ – of which we have already denounced the dubious character in the past (only in FR) – intended only to raise money at the expenses of generous but far too credulous web users.

We therefore ask for the immediate withdrawal of this campaign – or the exact and complete details of the project mentioned in it, if it exists – and full transparency on the use of collected sums, or complete refund to the deceived donors!

In any case, we recommend the utmost prudence concerning this campaign and, in general, concerning AVAAZ, and invite all of you to circulate this message to the largest possible number of recipients.

Kokopelli’s team – 16 July 2014

* * *

Noticia especial de Kokopelli: ¡AVAAZ, quítate la máscara!

ATENCIÓN: Kokopelli denuncia la campaña fraudulenta de la organización AVAAZ respecto a un supuesto «mercado de semillas» mundial

Estimad@s amig@s de Kokopelli,

La organización norteamericana AVAAZ lanzó hace algunos días una nueva campaña de levantamiento de fondos, llamada «la mejor manera de frenar a Monsanto», difundida ampliamente en Internet y por correo electrónico, pretendiendo supuestamente crear “el primer mercado de semillas sin ánimo de lucro de Internet”.

La asociación KOKOPELLI advierte que NO es la iniciadora de esta campaña y que no conoce a ninguna organización francesa o europea que participaría de ella.

Además, el correo electrónico promoviendo esta campaña afirma que “una coalición de más de 20 grupos y líderes en el ámbito de la agricultura sustentable, como el Centro para la Seguridad Alimentaria (con base en EU) y la activista Vandana Shiva están listos para lanzar el proyecto”. No conocemos a estos grupos, que no están nombrados, pero hemos contactado a Vandana Shiva al respecto y esto es lo que nos ha contestado: “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it.” (no estoy involucrada en esta iniciativa y nunca he sido contactada o consultada a este respecto)!!! También manifestó su indignación frente a la recuperación de su nombre y notoriedad en su blog SeedFreedom.

Si bien, en ese blog, la organización norteamericana Center for Food Safety (Centro para la Seguridad Alimentaria) asume la responsabilidad de estas maniobras grotescas y habla de “errores” y “malentendidos”, no le creemos nada. ¿Que tipo de error podría ser cuando se trata de lanzar una campaña a nivel mundial, traducida en 17 idiomas, para recaudar varios cientos de miles de dólares, o tal vez millones – ya que las sumas globales recaudadas quedan cuidadosamente ocultadas, pero ya tienen a más de 55.000 donadores-?

Notamos además que el texto de presentación de la campaña está muy mal redactado, que sus términos son particularmente evasivos, que no existe ninguna página web asociada al proyecto mencionado, que los “campesinos” y “organizaciones” asociados no están designados, que los eventuales proveedores y beneficiarios de las semillas no están identificados, que las acciones proyectadas no toman en cuenta los varios obstáculos reglamentarios que nos perjudican desde hace 60 años, etc.

Todo eso no es muy serio, y parece que esta campaña es una nueva impostura de la organización AVAAZ – cuyo carácter más que dudoso ya denunciamos en el pasado (solo en FR) – destinada solo a levantar fondos a costa de internautas generosos pero demasiado crédulos.

¡Pedimos entonces el abandono inmediato de esta campaña – o bien el detalle exacto y completo del proyecto mencionado en ella, si existe – y la más completa transparencia sobre el uso de los fondos recaudados, o su restitución a los donantes engañados!

Les recomendamos la mayor prudencia respecto a esta campaña y, en general, respecto a la organización AVAAZ, y les invitamos a circular este mensaje al mayor número de destinatarios posible.

El equipo de Kokopelli – el 16 de Julio del 2014.

Commentaire de Dujardin Richard le 7 juin 2014 à 21:13

Nouvelles de Kokopelli : Juin 2014

Les Semences de Kokopelli - 13ème éditions

Cher(e)s ami(e)s de Kokopelli,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la 13 ème édition de l'ouvrage de Dominique Guillet, "Les Semences de .... Cette 13 ème édition contient toujours 848 pages et 1300 photos mais elle est totalement restructurée par rapport aux trois précédentes. Cette édition 2014 inclue 300 nouvelles photos, 70 nouvelles pages d'articles et 60 nouvelles pages de variétés potagères dont une collection d'une vingtaine de tomates bleues, de très nombreuses laitues, des courges… Bonne lecture.

“Semences de Kokopelli” est, sur 621 pages, un manuel de jardinage et de production de semences pour le jardin familial avec des informations très détaillées permettant, à tous les jardiniers et maraîchers, de produire leurs propres semences en toute pureté variétale. L'ouvrage présente ensuite 227 pages d’articles sur la biodiversité alimentaire, l’agro-écologie, l’apiculture alternative, le recouvrement de dynamiques de co-évolution avec la Terre-Mère, mais aussi sur la confiscation du vivant, la folie des chimères génétiques, les nuisances agricoles dont les catalogues nationaux de variétés, l’imposture des nécro-carburants, la disparition des abeilles mellifères, la désertification de la planète, la tromperie des pratiques agricoles dites “sans labour”, le problème primordial de l’eau, l'imposture du réchauffement climatique dit “anthropique”, la confiscation des plantes médicinales, le scandale de l'interdiction des plantes sacrées et enthéogéniques, la pollution radioactive de la chaîne alimentaire planétaire suite à Fukushima…

Son prix est de 55 euros (plus le port en collissimo) avec en cadeau trois sachets de semences.

Cliquez ici pour aperçu de quelques pages de l'ouvrage

* * *

Les “Journées internationales de la Semence” : un festival plein de couleurs

Comme nous l’avions annoncé, les “Journées internationales de la Semence” se sont déroulées, du 1er au 4 mai dernier, en nos nouveaux quartiers ariégeois au Mas d’Azil.

Avec beaucoup de succès !

Nous y avons reçu la “Caravane Internationale de Solidarité pour les Semences”, qui venait de Grèce et nous a rejoints en passant par l’Italie. Lancée à l’initiative de nos amis de Peliti, elle rassemblait une grande diversité d’activistes, d’artistes et de musiciens, tous amoureux des semences et de la Terre mère.

La caravane Grecque nous amenait de plus l’équipe de Navdanya, présidée par l’écologiste, écrivain, et féministe indienne Vandana Shiva, internationalement reconnue pour sa lutte en faveur des semences libres et reproductibles. Cette grande activiste, lors de sa conférence sous le grand chapiteau de cirque que nous avions installé pour l’occasion, a rassemblée plus de 500 personnes.

Nous avons également, pour le bonheur de tous, allègrement dansé et fêté la biodiversité dans une ambiance extrêmement chaleureuse, sur des rythmes grecs, brésiliens, afro-jazz et folk.

Les différents intervenants que nous avions invités, depuis l’Inde, le Chili, le Brésil et la France, bien sûr, ont aussi dispensé de passionnants ateliers d’apiculture alternative, d’agro-écologie et de production de semences. Pour que les savoirs, nouveaux et ancestraux, circulent et enrichissent nos connaissances…

Enfin, nous avions préparé et imprimé 10.000 sachets de semences de toutes sortes pour l’occasion, que nous avons distribués gratuitement, lors de la grande bourse aux semences, à tous les jardiniers enthousiastes qui se sont présentés.

De bien belles réjouissances, en vérité…

La suite de ces bonnes nouvelles au prochain numéro !!!

* * *

Les Power-Point d'Annadana en Inde

Kokopelli a le plaisir de vous présenter quelques-uns des Power-Points élaborés par Stéphane Fayon - qui fut le directeur d'Annadana, l'antenne de Kokopelli en Inde du sud, pendant 12 années.


Ces Power Points ont pour sujets, avant tout, la production de semences et l'agro-écologie en milieu tropical et sub-tropical.

Cependant, certaines des techniques agro-écologiques qui y sont présentées sont applicables dans un milieu tempéré.

Nous en profitons pour remercier de nouveau Stéphane pour l'excellence didactique de ses Power-Points, le fruit de ses nombreuses années de pratiques agro-écologiques au service de la prospérité des petits paysans de l'Asie du sud-est.

Cliquez ici pour accéder à la page "Documentations" du site de Kokopelli

* * *

Semis de fin de printemps.

À l’approche de l’été, il est encore temps de semer. Les semis en godets étant pour la plupart déjà repiqués, il est possible de semer directement en pleine terre certains légumes-fruits (sauf pour les régions froides ou en altitude) : courgettes, melons, concombres, courges pepo, tomates cerises, haricots, etc.

Vous pouvez sans problème semer tous les légumes racines et les légumes feuilles jusqu’à fin juin (certaines laitues ou encore certains radis se sèment durant toute la saison estivale).

Durant le mois de juin, vous pouvez également semer du persil, de l’oseille, du basilic, de la ciboulette, de la ciboule orientale, de la roquette, du cresson, du mesclun, du tétragone et encore bien d’autres merveilles.

N’oubliez pas de prévoir, dans votre jardin, quelques plantes portes-graines afin de garantir votre autonomie en semences et de participer à la sauvegarde des variétés libres de droits et reproductibles. De plus, vous obtiendrez, au fil des années, des plantes mieux adaptées à votre région et donc plus productives.

L'équipe de Kokopelli.

Commentaire de Dujardin Richard le 5 avril 2014 à 6:12

Nouvelles de Kokopelli : Avril 2014

Journées Internationales de la Semence

Cher(e)s ami(e)s de Kokopelli,

La date des « Journées Internationales de la Semence » approche et c’est avec grand plaisir que nous vous tenons informés du programme, maintenant établi, de ces 4 jours destinés à célébrer l’amitié en lançant une nouvelle coordination européenne des organisations dédiées à la sauvegarde de la diversité semencière, ainsi qu’à fêter la fertilité et l’abondance semencière que nous offre, de manière toujours renouvelée, la Terre Mère.

Nous aurons l’honneur d’accueillir à ce festival Vandana Shiva - célèbre militante internationale pour la liberté des semences et fondatrice de l’organisation Navdanya - de même que quelques-uns de nos amis latinoaméricains du grand réseau des gardiens de semences de ce continent (Red de Semillas Libres), ainsi que certains des meilleurs experts en production de semences, techniques d’agroécologie et apiculture alternative, en provenance d’Inde et d’ailleurs, afin d’animer conférences, discussions et ateliers fertiles.

Programme

HORAIRES JEUDI 1 VENDREDI 2 SAMEDI 3 DIMANCHE 4
TOUTE LA JOURNÉE Journée réservée aux organisations de gardiens de semences Journée réservée aux organisations de gardiens de semences Atelier :

- Production de semences bios animé par Didier Meunier

- Apiculture alternative animé par Francisco Valenzuela

- Apiculture alternative animé par Maurice Chaudière

- La Terra Preta animé par Bernard Declercq

- EM (micro-organismes bénéfiques) animé par Marc Pézeril

BOURSE AUX SEMENCES

Atelier :

- Production de semences bios animé par Didier Meunier

- Apiculture alternative animé par Francisco Valenzuela

- Apiculture alternative animé par Maurice Chaudière

- La Terra Preta animé par Bernard Declercq

- EM (micro-organismes bénéfiques) animé par Marc Pézeril
SOIRÉE
Conférence de Vandana Shiva pour les organisations de gardiens de semences

Conférence publique de Vandana Shiva
(inscription gratuite ici)

Concert

Clôture


Programme Musical

Nous avons les plaisir de vous convier à un concert Samedi 3 mai (entrée prix libre). Vous pourrez y apprécier les douceurs musicales de différents groupes de musique et les rythmes passionnés d'une Batucada Ardèchoise.

Venez nombreux !

Soulaÿrès

Soulayres

Soulaÿrès s’est formé il y a environ 9 ans. Il est issu de la rencontre de 3 musiciens venus de trois univers musicaux radicalement différents. Mimi, aux percussions, rejoindra la formation en 2009 et permettra au groupe de renforcer son identité.

Au fil des scènes communes, et des créations, se sont dégagées des affinités musicales et une attirance commune pour travailler sur un répertoire acoustique, dont la texture serait un mélange de compositions et l’exploration de musiques populaires de différentes cultures.
Un reel irlandais endiablé, un tango, une milonga sont autant de portes qui nous permettent de sortir du formatage ambiant.

« L’amour, la peur du noir, la passion, les ruptures, le besoin de l’autre sont autant de chemins que nous empruntons chaque jour et que nous aimons chanter. »

Ce quatuor aux influences riches et diverses nous transporte vers des paysages nocturnes et lointains, vers des contrées imaginaires aux parfums méditerranéens. Leurs mélodies sont nourries de traditions argentines, irlandaises, andalouses et parfois teintées d’accents folk.

LEZARYTHMIK

Lézarythmik

Alors que la châtaigne ardéchoise fait rage au Brésil, Lézarythmik décide d’importer la Batucada en Ardèche. Cette mission débute en 2009, alors qu’un groupe d’amis, en mal de rythme, cherche de nouvelles expériences pour défrayer la chronique.

Les rudiments de cet art ancestral leur furent transmis par de grands maîtres Batucadeurs, Antonio Cozar et Benoit Sperazza. Cette alliance leur permit d’acquérir de grandes connaissances rythmiques, dont la samba, le reggae ou encore le funk.

AfroJazz Sound

Le mélange de Jazz et de musiques d’Afrique est à la source de ce projet ,inspiré par la rencontre entre Linda et Francois Gallix et Siaka Dembelé, griot burkinabé, qui porte avec lui la tradition du djembefola, chanteur et danseur, épaulé par Nicolas Thé, ils forment une section percussive détonante.



Logement

Kathleen et Dominique vous accueillent dans leur camping implanté au coeur du parc naturel Ariègois. Vous pourrez camper sur des espaces plats et ombragés au bord de l'eau. Vous profiterez d'un espace de vie spacieux, calme et convivial. Vous pourrez rejoindre le lieu des Journées Internationales de la Semence (5mn de marche) et la petite ville du Mas d'Azil (15mn de marche) par un chemin de balade. Les sanitaires sont neufs, frigo et congélateur communs gratuits, barbecue, wifi...

Vous pourrez également loger en mobil home ou en petit chalet. Les reservations sont à faire directement en ligne sur leur site internet : www.campinglepetitpyreneen.com


“D'Argile et d'Abeilles”

Pour une apiculture douce

de Maurice Chaudière

“D’Argile et d’Abeilles. Pour une apiculture douce”, le nouvel ouvrage attendu de Maurice Chaudière, relate les réflexions d’un apiculteur visionnaire à l’écoute des abeilles. De ses réflexions sont nées des alternatives apicoles dont l’Héliante et l’Extensible, présentées ici, furent les premières applications pratiques, Aujourd’hui, les murs d’abeilles nous laissent rêver d’un avenir meilleur pour cet insecte si précieux. Maurice Chaudière, dans un récit d’expérience, à la fois poétique et philosophique, nous ouvre l’esprit sur une nouvelle forme d’apiculture, plus respectueuse de l’abeille domestique, donc plus respectueuse de l’homme et de son environnement. Une urgence !

Editions de Terran.

Disponible sur notre boutique en ligne.

L'équipe de Kokopelli.

Commentaire de Dujardin Richard le 21 décembre 2013 à 6:16

Nouvelles de Kokopelli de Décembre 2013

Visite suspecte de la Répression des Fraudes dans les locaux de Kokopelli

Le mardi 10 décembre dernier, nous avons eu l’honneur d’accueillir, dans nos nouveaux locaux du Mas d’Azil en Ariège, deux fonctionnaires de la Répression des Fraudes : Monsieur Doresse et Madame Guérin, dans les rôles, authentiques, de Dupont et Dupond. Ils s’étaient déplacés de Lille et Montpellier, respectivement, et faisaient prétendument une « enquête nationale sur la tomate ». Nous les avons eus entre les pattes pendant pratiquement 10 heures et il faut dire qu’ils se sont illustrés par une ignorance crasse du dossier des semences : ils ne savaient pas ce que signifiait « semences standard », nous ont demandé benoîtement où il était possible de se procurer le Catalogue Officiel français, s’interrogeaient sur les mobiles de l’Etat français pour nous harceler judiciairement, prétendaient vouloir assouplir la législation à notre bénéfice, etc.

De plus, bien au delà des enjeux de la tomate, ils voulaient TOUT savoir sur TOUT : chiffre d’affaires de Kokopelli, produit des adhésions, relations de l’association avec le Réseau Semences Paysannes, etc. etc. Hallucinant. Les Renseignements Généraux étaient passés quelques semaines plus tôt et ils ne s’étaient pas montrés aussi indiscrets. Quant à la tomate, elle s’est retrouvée relayée au rang de vulgaire prétexte à leur démarche inquisitoriale. Tout cela pour nous faire signer, en toute fin de journée, un torchon sans aucune portée, dans lequel nous avons dû corriger d’innombrables fautes d’orthographe.

Mais quel projet fumeux mijotent encore nos bons fonctionnaires publics ? Vont-ils encore une fois nous harceler, pour les beaux yeux du GNIS ? Et si la tomate représente un quelconque intérêt à leurs yeux, pourquoi ne s’intéressent-ils pas aux myriades de fausses tomates anciennes qui inondent les étals de marchés et supermarchés de France et de Navarre, en toute tromperie pour les consommateurs ? En voilà, un dossier intéressant… C’est, à notre avis, là qu’il faut porter l’attention et cette petite visite impromptue de la Répression des Fraudes a stimulé notre envie de lancer une campagne sur le sujet, à laquelle nous allons avoir le plaisir de vous inviter à participer. Suite, donc, au prochain numéro, pour les réjouissances de l’été…



* * *

Il n'est jamais trop tard pour offrir la biodiversité !

Les "Carte Cadeau" Kokopelli

20 €

 

50 €

 

75 €

 

100 €

     

Carte cadeau offrant un avoir applicable sur toute commande passée sur le site internet de Kokopelli. Chaque carte porte un code unique vous permettant de l'utiliser. Ces cartes sont envoyées par courrier à votre adresse habituelle ; si vous souhaitez qu'elles soient envoyées directement à son bénéficiaire, merci de préciser "de la part de…" ainsi que l'adresse de ce bénéficiaire dans les notes de livraison. D'autre part, si vous souhaitez l'obtenir rapidement, nous vous proposons de vous l'envoyer par e-mail afin que vous puissiez l'imprimer vous-même.



* * *

Point d’étape sur la réforme de la législation européenne sur le commerce des semences

Nous vous avions déjà informé(e)s : une réforme de la législation européenne sur le commerce des semences est en cours depuis plusieurs mois à Bruxelles. La Commission Européenne a publié sa proposition de Règlement, désastreuse, le 6 mai dernier. Celle-ci est actuellement en discussion au Parlement Européen, et plus particulièrement au sein de ses commissions Agriculture et Environnement, et au Conseil de l’Union Européenne.

Le député italien Sergio Silvestris a publié récemment son projet de rapport et a ainsi fait connaître ses propositions d’amendements. Elles tentent de parfaire un texte écrit à la hâte, très incomplet et encore beaucoup trop confus. Mais elles ne changent pas l’économie générale du projet et ne font encore aucune place réelle à la biodiversité semencière. Les autres députés membres de la commission Agriculture du Parlement Européen avaient jusqu’au 11 décembre dernier pour déposer leurs propres amendements. Il y en aurait plus de 1000, et ce bien qu’ils n’aient été déposés que par les quelques députés et assistants qui ont pu étudier, un tant soit peu, ce dossier particulièrement touffu. Les autres, en effet, sortent d’un train de mesures législatives et réglementaires établissant le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC) pour les 7 prochaines années. Le Ministère de l’Agriculture français, quant à lui, continue de jouer dans ce dossier un rôle particulièrement pernicieux : il a préconisé aux députés français des amendements visant à éliminer, purement et simplement, les très timides dérogations proposées par la Commission Européenne pour autoriser la mise sur le marché des variétés pour « marchés de niche » et du « matériel hétérogène », c’est-à-dire les variétés non destinées à l’agriculture industrielle. Nous en appelons à Stéphane Le Foll : la biodiversité alimentaire mérite un sursaut de bon sens politique, qui se démarque des positions officielles de l’administration française, gangrénée par la présence du GNIS !

En tout état de cause, l’agenda, très serré, qu’avait établi la Commission Européenne ne laissait aux députés européens que 15 jours pour examiner ce projet de réforme sur le commerce des semences. De plus en plus de députés se sont donc exprimés récemment, y compris le Parti Populaire Européen (parti du député chargé d’établir officiellement le rapport parlementaire sur le texte) pour rejeter le texte dans son ensemble, d’une part parce que celui-ci ressemble plus à un brouillon de travail qu’à une proposition législative, et, d’autre part, parce qu’ils n’ont pas le temps matériel de faire un travail législatif sérieux. Il s’agirait, à notre avis, d’une sage décision de la part du Parlement Européen. Si elle était adoptée, ce serait le nouveau Parlement, élu après les élections européennes de mai 2014, qui serait chargé d’examiner la nouvelle proposition que la Commission Européenne serait, elle, sommée d’élaborer. Le Règlement ne serait donc pas adopté avant l’année 2015.

Nous nous réjouissons de cette perspective qui nous donnera l’occasion d’interroger et de mobiliser les candidats aux élections européennes pendant leur campagne et de vous informer des positions prises par chacun sur le thème de la biodiversité alimentaire.



* * *

"Ceux qui sèment - Graines de résistance"

Kokopelli a le plaisir de vous présenter la proposition des éditions Seepia pour la traduction et la traduction de l’ouvrage remarquable de Janisse Ray, "The Seed Underground".

Janisse Ray est un écrivain US, naturaliste et activiste écologiste. Elle a une passion pour les semences et pour les potagers, pour les gens et leurs histoires, qui sont aussi des histoires de graines et de jardins, des récits de connections entre des lieux et des personnes.

Dans cet ouvrage, Janisse raconte l’érosion tragique de la diversité des semences, comment des réseaux de gardiens de semences se trouvent détournés de leur objectif initial, comment Monsanto & Co déploient leurs stratégies infernales pour s'emparer et modifier ce qui est le fondement même de la survie humaine. Mais elle insiste surtout sur les façons de résister dans nos jardins à ce drame en cours. Son style mélange botanique, socio-politique et beaucoup d’humanisme, ce qui rend le sujet accessible à tous.

Les éditions Seepia proposent actuellement de faire ce livre en français au moyen d'une co-édition. Le titre sera "Ceux qui sèment - Graines de résistance". Leur campagne de levée de fonds s'achève dans 8 jours. Plusieurs partenaires soutiennent déjà ce projet dont Vandana Shiva et Kokopelli.

Pour les aider, voici la page de leur campagne ici

Commentaire de Dujardin Richard le 17 octobre 2013 à 5:31

SOS - la réforme de la législation sur le commerce des semences est une catastrophe !

Chers adhérents, chers sympathisants, che(è)r(e)s ami(e)s,

Voilà maintenant pratiquement deux ans qu’une réforme de la législation européenne sur le commerce des semences est ‘dans les tuyaux’ à Bruxelles. Après plus de 50 ans d’application d’un carcan législatif autoritaire et préjudiciable à la biodiversité, l’enjeu est important.

Après des mois de discussions internes, la Commission Européenne a finalement publié sa proposition de Règlement, le 6 mai dernier.

Le dossier se trouve maintenant entre les mains du Parlement Européen et du Conseil de l’Union Européenne.

Au Parlement Européen, c’est la Commission Agriculture qui est chargée d’examiner ce dossier, sous le rapport du député italien Silvestris, du parti de Berlusconi. Celui-ci doit avoir déposé son rapport pour le 24 octobre. Le 26 novembre, il devrait être présenté en séance publique et le vote des députés, au sein de la Commission Agriculture, devrait intervenir le 4 décembre prochain.

Nous avons donc très peu de temps pour faire connaître nos positions par rapport à ce texte.

Sur le fond, la proposition de réforme est tout à fait inacceptable au regard de la préservation de la biodiversité et de la libération de nos semences de variétés anciennes, patrimoine de tous. Vous trouverez nos explications ci-dessous.

Nous vous sollicitons tout spécialement aujourd’hui pour faire connaître à nos députés français siégeant à la Commission Agriculture du Parlement Européen notre rejet de ce texte et nos propositions.

Si vous adhérez à nos positions, en totalité ou en partie seulement, vous êtes invités à leur écrire. Les modalités de votre participation sont expliquées ici.

L’Équipe de Kokopelli

* * *



La législation européenne sur le commerce des semences :
une réforme écrite par et pour l’industrie semencière

Les variétés anciennes appartenant au domaine public toujours interdites de cité

La Commission Européenne (DG SANCO), le 6 mai dernier, a finalement fait connaître sa dernière proposition de réforme (la 4e version) de la législation sur le commerce des semences. C’est le Collège des Commissaires Européens qui a fini par trancher, dans un contexte difficile où la DG SANCO était soupçonnée de couvrir une situation de conflits d’intérêts (participation de l’ancienne Directrice des Relations Internationales du GNIS, Groupement d’intérêt de l’industrie semencière française, en tant qu’« expert national », à la rédaction de la proposition), et où les DG Agriculture et Environnement, directement concernées par les mesures proposées, s’opposaient à l’adoption du texte en l’état.

Le compromis trouvé n’a rien d’une simplification ou d’un progrès et la proposition législative aggrave le cadre normatif actuel. Il n’y a pas de refonte du système en profondeur : il s’agit du même cadre normatif actuel, assorti d’un chapelet de facilités offertes à l’industrie semencière, selon un modèle proposé par ses représentants.

✔ Pourquoi une aggravation du cadre normatif actuel ?

La définition de la « commercialisation » des semences s’élargit, pour inclure désormais les transferts de semences non destinées à une utilisation commerciale.

Or, actuellement, la définition de la commercialisation est la suivante :
« Commercialisation: on entend la vente, la détention en vue de la vente, l'offre de vente et toute cession, toute fourniture ou tout transfert, en vue d'une exploitation commerciale, de semences à des tiers, que ce soit contre rémunération ou non.
Ne relèvent pas de la commercialisation les échanges de semences qui ne visent pas une exploitation commerciale de la variété »
La référence à une « exploitation commerciale de la variété »
, dans la définition actuelle de la législation, permettait d’exclure de son champ d’application les échanges de semences entre jardiniers amateurs, mais aussi la vente de semences à des utilisateurs non professionnels, en général.
Cette exception, d’importance majeure, disparaît dans la proposition de la Commission.

✔ Des facilités nouvelles pour l’industrie semencière ?

  • Un subtil changement dans la définition de la « variété » et du critère de « distinction », pour faire maintenant référence au « génotype », et non plus seulement aux « taxons botaniques », va permettre à l’industrie semencière de créer des centaines de variétés « nouvelles » absolument identiques entre elles sur le plan botanique, mais « différentes » sur le plan génétique.

  • L’obtention de Droits de Propriété Intellectuelle (COV : Certificat d’Obtention Végétale) sur les variétés va donner un accès direct au Catalogue Officiel, ce qui va finir d’opérer la confusion totale entre régime de Droits de Propriété Intellectuelle et régulation du marché des semences.

  • L’industrie semencière aura la possibilité de réaliser les examens et tests officiels obligatoires elle-même (pour l’enregistrement des variétés au Catalogue et la certification des semences), sans avoir à passer par l’administration, au moyen d’une « habilitation officielle » préalable.

✔ Les variétés anciennes : toujours dans le collimateur du législateur

Deux pseudo brèches sont ouvertes dans le système :

  • « le matériel pour marchés de niche » (art. 36) : Il s’agit d’une minuscule niche pour la vente de petits sachets de semences (aujourd’hui non concernés par la législation). Aucun enregistrement obligatoire au Catalogue Officiel n’est prévu les concernant, mais cette niche est réservée aux MICRO entreprises (un maximum de 10 salariés et pas plus de 2 millions d’€ de chiffre d’affaires). Et pourquoi pas les PETITES entreprises, ou bien même les MOYENNES entreprises, s’il s’agit de petits sachets ??? Ces dispositions visent à évincer du marché tous les opérateurs qui, en Europe, diffusent une large collection de variétés anciennes, et, qui, par conséquent, ont besoin de plus de personnel. Ex : Kokopelli, association de plus de 20 salariés.

  • « les variétés avec description officiellement reconnue » (art. 57) : leur enregistrement sera obligatoire, mais sans application des critères DHS.

    Problème : les variétés doivent être reproduites dans leur « région d’origine » !!! Mais QUI a les moyens d’avoir des agriculteurs-mainteneurs dans toutes les régions d’origine d’une vaste collection ??? La « rose de Berne » à Berne, la « tomate Marmande » à Marmande, le haricot « tarbais » à Tarbes, la « cornue des Andes » dans les Andes ???

    Ce genre d’obligation, posée dans le but de conserver leurs caractéristiques d’origine aux variétés anciennes, doit être assumé par des conservatoires botaniques publics, pas par des petits opérateurs privés !!! Ces dispositions viseraient-elles en fait à évincer, ici encore, les acteurs dont la collection dépasse la dizaine de variétés ?

    Autre problème : il faut payer des frais d’inscription, alors que les variétés anciennes sont le patrimoine de tous et appartiennent au domaine public ! Voilà de quoi dissuader les opérateurs aux vastes collections.

Ce que nous demandons :

La législation européenne sur le commerce des semences s’applique, depuis 50 ans, à dérouler le tapis rouge aux variétés modernes protégées par des droits de propriété intellectuelle. Elle n’a jamais concerné nos variétés du domaine public. Et quand elle ne les a pas ignorées, elle les a rendues illégales.

Nous demandons donc que les variétés appartenant au domaine public sortent purement et simplement du champ d’application de cette législation. Pour la régulation de certains paramètres essentiels comme la faculté germinative ou la qualité sanitaire, les garanties applicables aux « semences standards » suffisent largement.

Subsidiairement, l’exception créée pour les « marchés de niche » doit être applicable également aux petites et moyennes entreprises, dès lors qu’il s’agit de petites quantités de semences, qui ne seront diffusées, vraisemblablement, qu’aux jardiniers amateurs.

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation