Discours cité dans le film BOBBY " http://www.bobby-the-movie.com"

On Mindless Menance Of Violence

 
"Aujourd'hui est un temps de honte et de chagrin. Ce n'est pas un jour pour la politique. Je saisis cette opportunité afin de vous parler de la menace non-réfléchie de la violence en Amérique qui a nouveau entache notre pays et à nouveau chacun de nos vies.
Ce n'est pas une question de race. Les victimes de la violence sont noires et blanches, riches et pauvres, jeunes et vieux, célèbres et inconnues. Elles sont, avant tout, des êtres humains que d'autres êtres humains aiment et dont ils ont besoin.
Aucun méfait n'a jamais été réglé par une émeute ou un désordre civil. Un tireur d'élite n'est qu'un lâche, pas un héros; et une foule non-contrôlée et incontrôlable n'est que la voix de la folie, pas la voix de la raison.
 
A chaque fois que la vie d'un Américain est ôtée par un autre Américain sans nécessité - que cela soit accompli au nom de la loi ou en défiant la loi, par un homme ou par un gang, de sans froid ou par passion, dans une violente attaque ou en réponse à la violence - à chaque fois que nous déchirons ce tissu qu'est la vie qu'un autre homme a difficilement, et du mieux qu'il peut, cousu pour lui et ses enfants, la nation toute entière est dégradée.
Trop souvent nous honorons les parades et les éclats et les exercices de force; trop souvent nous excusons ceux qui ont la volonté de construire leurs propres vies sur les rêves anéantis des autres. Certains Américains prêchent la non-violence à l'étranger, mais oublient de la pratiquer ici, chez eux. Certains cherchent des boucs-émissaires, d'autres cherchent des conspirateurs, mais ce qui est clair, c'est que : la violence engendre la violence, la répression amène les représailles.
Parce qu'il y a un autre genre de violence, plus lente mais tout aussi destructrice qu'un tir ou une bombe dans la nuit. C'est la violence des institutions; indifférence et passivité et lent déclin. C'est la violence qui est affligée aux pauvres, qui empoisonne les relations entre les hommes parce que leur peau ont des couleurs différentes. C'est la lente destruction d'un enfant par la faim, des écoles sans livres et des maisons sans chaleur en hiver.
C'est briser l'esprit d'un homme en lui niant la chance d'être un père et un homme parmi d'autres hommes.
Nous apprenons, finalement, à regarder nos frères comme des étrangers, des hommes avec lesquels nous partageons une ville, mais pas une communauté; des hommes liés entre eux par un domicile commun, mais pas par un effort commun. Nous apprenons uniquement à partager une peur commune, un commun désir de se replier loin de l'autre, uniquement dans une pulsion commune de faire face aux désaccords avec force. Pour tout ça, il n'y a pas de réponses finales.
Nos vie sur terre sont trop courtes et le travail à accomplir trop grand pour laisser cet esprit encore se propager sur cette terre. Bien sûr, nous ne pouvons pas le vaincre avec un programme, ni avec une résolution.
Mais nous pouvons peut-être nous souvenir, même si ce n'est que pour un instant, que ceux qui vivent avec nous sont nos frères, qu'ils partagent avec nous ces mêmes courts instants de vie; qu'ils cherchent, tout comme nous, rien d'autre que la chance de vivre leur vie avec résolution et bonheur, en obtenant ce qu'ils peuvent de satisfaction et d'accomplissement".
Discours cité dans le film BOBBY http://www.bobby-the-movie.com que je vous conseille d'aller voir. Plus d'infos sur le film www.ascot-elite.ch
Sur Robert (Bob ou Bobby) Kennedy : http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Kennedy
 
__________CES DERNIERS MOTS ________/Tout cela s'est déroulé sous les yeux du journaliste vétéran Alistair Cooke de la BBC, qui se trouvait à seulement quelques mètres de distance. Il entendit les derniers mots de Kennedy qui furent: "Is everyone allright?" ("Tout le monde va bien ?). Kennedy ne reprit jamais conscience et décéda le matin du 6 juin 1968 à l'âge de 42 ans.
 
________Ce 5 juin 1968, ce n’est pas seulement le candidat démocrate à la Présidence des Etats-Unis qui est frappé mortellement par les balles de Sirhan Bechara Sirhan, son meurtrier présumé.
Robert Kennedy, comme son frère, représentait un symbole : celui de l’Amérique éprise de justice et de liberté.

Vues : 42

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation