Et si on ne nous avait pas tout dit sur les retraites...

Je relaie un message de Philippe Derruder sur les retraites qui a le mérite de voir plus loin que le bout de son nez. Je vous encourage vivement à prendre 5 minutes pour le lire et le diffuser si le coeur vous en dit...

 

Bonjour à tous,

Je vous envoie ce message avec bcp de retard mais des évènements imprévus ne m'ont pas permit de le faire quand je le souhaitais. Peu importe, la question est d'importance et même avec du retard je pense qu'elle vaut le coup d'être abordée.

 

Voilà, la loi est votée; on peut passer à autre chose... à la sécu par exemple dont "le trou" ne manquera pas la prise de nouvelles "décisions courageuses et responsables"...
N'a-t-on plus qu'à se résigner ?


Mais me direz-vous, de toute manière, il fallait bien faire quelque chose, la réforme des retraites était incontournable car c'est vrai quoi; on meurt bien plus vieux et on ne peut pas imaginer que les actifs supportent de plus en plus le poids des inactifs en raison du vieillissement de la population.


Si tel est votre conviction c'est que vous vous êtes laissé berner par les arguments en apparence pleins de bon sens de nos gouvernants; mais en apparence seulement :

 

  • Allongement de la durée de vie, oui, mais n'aurait il pas fallu considérer l'état de santé ? Car si vivre plus vieux est bien, vieillir en bonne santé est mieux encore. Nul doute que les conditions de travail actuelles auront un impact négatif  sur la santé des personnes en fin de carrière, d'autant plus sensible que leur travail sera éprouvant soit psychologiquement soit physiquement, soit les deux !
  • Quant à l'actif qui paie pour les inactifs, voilà bien l'arbre qui veut cacher la forêt. Car on oublie de dire qu'une personne aujourd'hui  produit 5 fois plus de richesse qu'il y a une quarantaine d'années.  Voyons, pouvez-vous m'expliquer pourquoi notre système de retraite par répartition a pu être mis en œuvre au sortir de la guerre, à une époque où le pays était ruiné et pourquoi on le déclare en faillite à la nôtre alors que la richesse nationale traduite dans le PIB est infiniment plus élevée ? Le financement de nos retraites ne poserait aucun problème, pas plus que celui de notre système de santé si l'on acceptait de prendre pour assiette de recouvrement la richesse produite et non le revenu du travail.  Car celui-ci a fondu de 10 points sous les effets bénéfiques de la mondialisation, bénéfiques seulement pour ceux liés au capital.


Je le dis tout net, derrière tout cela il y a une volonté délibérée de saboter l'édifice social de notre pays qui a été conçu par le Conseil National de la Résistance. Pourquoi ? Par la foi du charbonnier que la classe politique européenne, dans une forte majorité, voue à l'égard du consensus de Washington, autrement dit de l'idéologie néolibérale, parce que cette idéologie favorise, pour ce pas dire garantit, l'argent  et le pouvoir à ceux qui le détiennent déjà

Cette idéologie repose sur quatre piliers :

 

  • La libre circulation des capitaux accompagnée de la dérèglementation de la finance. C'est fait! Fabuleuse avancée pour l'humanité qui ne peut que se réjouir des résultats dont elle profite à plein en ce moment...
  • La mondialisation des échanges. C'est fait! Quel bonheur de pouvoir manger des fraises discount st sans goût en toute saison; d'assister à ce bel élan de solidarité internationale où des gens "laissent" leur emploi pour que d'autres, plus loin, plus pauvres puissent en avoir un, payé des queues de cerises même pas bio! Quel ravissement d'assister à l'élégant ballet des camions, bateaux et avions qui sillonnent la planète pour nous apporter à prix réduit ce que l'on savait faire à notre porte (mais plus cher).
  • Le désengagement de l'État dont la seule mission doit être réduite à celle d'assurer la sécurité sur son territoire : police, armée justice.
  • La privatisation de toute l'économie, incluant la santé, l'éducation, la culture, la recherche etc... Seule condition pour que l'auto régulation des marchés puisse jouer par la loi de l'offre et de la demande.


Ces deux derniers points, déjà engagés depuis plus de 20 ans, poursuivent leur progression vers leur objectif final, masqués par force effets de manche, écrans de fumée et autre tour de passe-passe dont l'exercice semble être devenu la principale vocation du monde politique dominant.  Car il sait que le bon peuple, qui a lutté pour les obtenir, est attaché aux avancées sociales et aux services publiques qui ont fait de notre pays un modèle de société avancée. S'attaquer de front à ces acquis n'est pas  possible. Alors ?

 

  • On appauvrit sciemment la qualité du service public comme à la poste ou à la SNCF, afin que l'usager, las des queues interminables, des retards et autres désagréments appelle lui-même  de ses vœux le privé qui, sans nul doute, saura mieux faire que ces fonctionnaires justes bons à faire la grève.
  • On ouvre les marchés  à la  concurrence et lorsque le citoyen ne succombe pas au chant des sirènes du privé, comme c'est le cas pour l'électricité, on augmente les tarifs du public pour qu'à terme il ne soit plus compétitif
  • On réforme régulièrement les retraites en clamant haut et fort que c'est pour défendre le système par répartition, mais en veillant bien à ce que cela se traduise à terme par une telle dégradation des pensions que le citoyen (qui le pourra) ne pourra éviter de se constituer un complément par capitalisation
  • On  rogne un peu plus chaque année la liste des médicaments remboursés, on augmente les cotisations, on ferme des lits d'hôpitaux, on supprime les services "non rentables" (car vous devez avoir une maladie rentable)...  bref, tranche par tranche on dégrade le système public afin que le privé profite de l'espace et draine vers lui la population qui peut payer et que s'installe par la force des choses cette médecine à deux (ou trois) vitesses que l'on se faisait un devoir de ne pas adopter.
  • Mais tout cela n'allait pas assez vite. La réaction populaire  était encore trop à craindre.  Alors il est une privatisation qui est passée sous le manteau. Celle de la monnaie. Hier émise gratuitement par la Banque de France elle l'est maintenant par les banques privées. La différence ? Une dette colossale qui ponctionne chaque année au seul titre de l'intérêt l'équivalent de l'impôt sur le revenu. Cet impôt (richesse publique, part de la richesse produite par chacun) et dont la fonction est justement de financer les investissements et services pour le bien commun, est détourné et va enrichir ceux qui nous ont fait la grâce de prêter à notre Nation la monnaie qu'il lui revenait d'émettre elle-même légitimement et gratuitement. La dette ! quel merveilleux outil d'asservissement! Comment le peuple pourrait-il encore réclamer quelque chose quand il sait les caisses vides? Voulant sauver ce qui reste, Il se résignera à un baroud d'honneur dans la rue ou à engueuler son poste de télévision.

Et ainsi nous retrouverons-nous dans 10 ou 15 ans à accepter (ou subir résignés) la situation qui aurait conduit à une révolution à l'origine. Est ce cela que nous voulons ?

Dans le simulacre de démocratie dont nous bénéficions encore malgré tout, une petite porte est ouverte et,  si nous sommes assez nombreux pour la franchir, les choses peuvent changer.  Voici comment faire (je vous relaye ci après le message que j'ai reçu)

""""""""""""""
Une pétition lancée par le journal POLITIS.
L'article 11 de la Constitution ayant été révisé en 2008, il y a moyen de contraindre le Président de la République de proposer un référendum sur les retraites, à condition que ce référendum soit proposé par 1/5 des parlementaires, eux-mêmes soutenus par 1/10 des électeurs (nous). Pour mémoire, même si la réforme des retraites devait être adoptée par le Sénat et l'Assemblée Nationale, tout n'est pas perdu, la loi peut ne pas être appliquée. Il est encore temps de tout mettre en œuvre pour s'opposer à cette réforme des retraites. Voici donc le lien pour signer cet appel
http://www.referendumretraites.org/
""""""""""""""
1/10e des électeurs, ça fait du monde ! Pas vrai ? Et la tentation sera grande de se dire : ¨ca ne marchera pas.
Si l'on part de ce principe, alors nous pouvons êtres certains de nous retrouver dans 10 ou 15 ans là où nous n'avons pas envie d'être.
Si ce que je viens de partager avec vous a du sens pour vous, signez et invitez tous vos contacts sur votre carnet d'adresse à faire de même et à faire suivre aussi. Vous pouvez utiliser ce texte si vous le souhaitez, même le signer de votre nom, l'essentiel est d'atteindre cet objectif qui, non seulement permettrait de reconsidérer la question de la retraite, mais deviendrait aussi un signe fabuleux d'engagement de la population pour l'expression d'une vraie démocratie.

Amicalement
Philippe Derudder

Vues : 66

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Mirelune le 30 décembre 2010 à 10:29
Je suis tout à fait d'accord avec cette analyse et sur ce sujet des retraites, qui touche chacun, les conditions du réferendum seront sûrement remplies. Je fais circuler la pétition comme une goutte d'eau croît en l'océan !
Commentaire de CAMPANA BRUNO le 21 décembre 2010 à 22:04

je vous conseille aussi cette lecture :  http://blog.agone.org/post/2010/12/06/La-grande-manip

Commentaire de MARISKAIA le 21 décembre 2010 à 20:45

"Voyons, pouvez-vous m'expliquer pourquoi notre système de retraite par répartition a pu être mis en œuvre au sortir de la guerre, à une époque où le pays était ruiné et pourquoi on le déclare en faillite à la nôtre alors que la richesse nationale traduite dans le PIB est infiniment plus élevée".

voir également et entre autres billets de blogs;  l'appel du conseil national de la résistance, toujours vivant:

http://colibris.ning.com/video/paroles-des-anciens

et les textes:

http://colibris.ning.com/profiles/blogs/diriger-cest-conduire-un

http://colibris.ning.com/profiles/blogs/halte-au-feu-article-du-monde

CRÉONS DES LIENS !... il n'est jamais trop tard.

Merci.

 


Activité la plus récente

Icône de profilGASS Didier, Mélodie HAISMANN, Sabine Castède et 1 se sont joints à Colibris
Il y a 3 heures
ColibrisNath a commenté le groupe Santé / souffrances au travail de ColibrisNath.
" Sur le site de la cité des sciences, des ressources sur la souffrance au travail…"
Il y a 5 heures
cervantes s'est joint au groupe de Séverine Durmaz
Miniature

Colibris Avignon

Bienvenue dans le groupe local des Colibris à Avignon !…Plus
Il y a 13 heures
cervantes s'est joint au groupe de CREAVIGNON
Miniature

CREAVIGNON

CREAVIGNON:association qui regroupe les personnes de sensibilité écologique dans une vaste région…Plus
Il y a 13 heures

© 2017   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation