Euderus set contrôle l'esprit de 7 guêpes

Découverte en 2017, l’espèce de guêpe Euderus set est capable contrôler le comportement des hôtes qu'elle parasite. Une étude a récemment révélé qu’elle peut ainsi contrôler l’esprit de sept espèces de guêpes différentes !


Selon une précédente étude réalisée en 2017 qui décrivait l'espèce nouvellement découverte, Euderus Set se développe d'une manière très particulière, propre aux parasites qui se servent de leur hôte pour survivre sans réciprocité, ce qui peut parfois être mortel pour ce dernier. C'est le cas de Bassettia pallida, une des espèces de guêpes parasitées par E. set. Bassettia pallida est elle aussi une espèce parasite, qui dégrade les feuilles des chênes en creusant une cavité dans laquelle elle va établir son cocon.

En temps normal, les larves restent dans l'abri le temps d'être assez matures pour en sortir, après quoi elles grignotent la feuille pour se libérer. Mais il se peut qu'Euderus set en décide autrement. Cette dernière identifie les cocons et pond un œuf à l'intérieur même de la larve déjà établie dont elle commence progressivement à influencer le comportement, ou à contrôler l'esprit. La larve infectée entame ainsi le processus de sortie du cocon sous les ordres d'Euderus set qui lui demande d'adopter une technique bien surprenante. Elle va en effet devoir creuser un trou assez large pour pouvoir passer sa tête, mais assez étroit pour ne pas parvenir à libérer le reste de son corps. Son hôte étant devenue immobile, la larve parasite parvient, elle, à sortir par la tête de sa victime dont elle fait son repas au passage.

Une guêpe capable de contrôler non pas une ni deux mais sept espèces différentes
Bassettia pallida est loin d'être la seule espèce susceptible d'être attaquée, puisqu'au moins sept espèces ont été découvertes comme étant "compatibles" avec Euderus. Après avoir pu étudier 23.000 guêpes issues d'une centaine d'espèces reparties en 5 genres distincts qui parasitent 10 espèces de chênes différentes, l'équipe de biologistes a remarqué que sept d'entre elles pouvaient être victimes d'Euderus.

C'est la première fois qu'est découvert un parasite si peu spécialisé. En effet, non seulement le parasitisme de manière générale exige que le parasite soit fortement compatible avec l'hôte, mais "l'hyper-manipulation", ou la pratique de contrôler le comportement ajoute une complexité qui laissait penser que Euderus set ne pouvait dominer qu'une seule espèce. Le parasitisme est une pratique qui requiert un haut degré de spécialisation pour que le parasite puisse maximiser son emprise sur son hôte, ce qui n'arrête donc pas Euderus dont les victimes proviennent de groupes très divers.

Bien que ces espèces soient très différentes, deux points communs sont retenus comme étant les critères que les candidates doivent remplir pour être infectées : pas de dard ni de "fourrure". Ces attraits phénotypiques cités permettraient donc aux guêpes de se défendre, expliquant pourquoi celles qui en sont dépourvues deviennent des cibles privilégiées. Cependant, les cocons sont plus susceptibles d'apporter des indications quant aux points communs de ces hôtes variés. En effet, ceux-ci sont quasiment identiques dans toutes ces espèces, possédant une ou plusieurs propriétés qui les rendent vulnérables à Euderus set.

CHAPUIS

Vues : 39

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 3 octobre 2019 à 7:25
Commentaire de JF@ le 3 octobre 2019 à 7:25

JF@

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation