Un ouvrier est décédé vendredi après-midi à la centrale accidentée Fukushima Daiichi après un incident lors de travaux sur le site, a annoncé la compagnie gérante Tokyo Electric Power (Tepco) !

 

Un travailleur a été enseveli sous des sédiments lors de travaux d'excavation près d'une zone destinée à l'entreposage de détritus, a expliqué un porte-parole de Tepco, Masayuki Ono, lors d'une conférence de presse. Il a été transporté à l'hôpital où son décès a été confirmé, a-t-il ajouté, précisant que c'était la première fois depuis l'accident atomique du 11 mars 2011 qu'un ouvrier meurt en cours de travaux sur le site.

 

Cet ouvrier effectuait des préparatifs pour l'entreposage de détritus. Il était à l'intérieur d'un trou quand il a été enseveli par de la terre, selon les premières explications. Il a été conduit inconscient dans une salle de soins d'urgence puis dans un hôpital d'Iwaki, une des villes les plus proches hors de la zone évacuée, à plusieurs dizaines de kilomètres. Les services de police sont en train d'enquêter sur place et d'interroger les témoins, a aussi précisé M. Ono. Nous n'avons pas pour le moment d'autres informations à donner, s'est-il excusé. Il ne s'agit pas d'un employé de Tepco mais d'un ouvrier quinquagénaire travaillant pour une autre société.

 

Quelque 3.000 personnes de centaines d'entreprises oeuvrent chaque jour à la centrale Fukushima Daiichi, ravagée le 11 mars 2011 par un gigantesque tsunami.

 

AFP

 

Vues : 69

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 29 mars 2014 à 15:25

...
Des travailleurs de la centrale accidentée de Fukushima ont fait savoir leur colère après le décès vendredi de l'un des leurs, blâmant l'absence de moyens de secours rapides pour venir à l'aide de blessés.

L'un d'eux, qui se fait appeler TS-san, s'est énervé sur internet dès qu'il a appris la mort de son collègue sur le site de la centrale. «C'est insupportable, combien de fois faudra-t-il que cela arrive ?», a-t-il écrit. «Ce qui est le plus tragique, ce n'est pas tant que le démantèlement coûte cher, que les travaux n'avancent guère, qu'il y ait de l'eau contaminée, non, ce qui est le plus tragique, c'est qu'on ne sauve pas la vie de ceux qui oeuvrent là», a-t-il ajouté.

Un ouvrier est décédé vendredi après-midi à Fukushima Daiichi après la chute de terre et de béton dans le trou d'une profondeur de deux mètres environ dans lequel il se trouvait pour renforcer les fondations d'un bâtiment.

«Il a été transporté inconscient à l'hôpital où son décès a été confirmé», a expliqué Tepco. Mais pour TS-san et d'autres, les moyens de secours affectés sont insuffisants. Et les mêmes de réclamer l'emploi d'un hélicoptère médicalisé. Lors de l'accident de vendredi, le blessé, un quinquagénaire, a été transporté par ambulance dans un hôpital à plus de 40 kilomètres de la centrale isolée dans une zone désertée. Il a fallu plus d'une heure de route pour atteindre l'établissement où son décès a été confirmé. Il s'était alors écoulé plus de trois heures depuis l'accident.

«Quand ce genre d'accident mortel arrive, que dire ? Tristesse, colère, abattement», témoigne aussi Happy, un vétéran qui oeuvre à Fukushima depuis avant le tsunami du 11 mars 2011. D'autres décès d'ouvriers avaient eu lieu auparavant, mais pas nécessairement sur le site et pas à cause d'un problème matériel lié à leur activité à ce moment-là.
...

Commentaire de JF@ le 28 mars 2014 à 12:56

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation