La 26e édition de la Semaine du goût, qui défend le mieux-manger, s’engage cette année dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, tout en conservant les « ateliers » et « leçons » de goût qui ont fait sa popularité depuis un quart de siècle !

Du 12 au 18 octobre, des « tables du goût anti-gaspillage » seront organisées pour sensibiliser au gaspillage alimentaire. Un cahier des charges a été élaboré par l’élu de Courbevoie Arash Derambarsh, grand militant de la cause anti-gaspillage et initiateur d'une pétition contre le gaspillage alimentaire. Les chefs qui organisent ces tables du goût devront n’acheter que des produits entiers (poissons, volailles, fruits et légumes), utiliser toutes les parties, privilégier le bio, ne mettre qu’un menu à la carte, etc.

Selon la FAO , le gaspillage alimentaire dans les pays industrialisés représente 222 millions de tonnes par an, soit presque l’équivalent de la production alimentaire nette de l’Afrique sub-saharienne (230 millions de tonnes par an), rappellent les organisateurs de la Semaine du goût. La quantité de nourriture jetée par les producteurs, distributeurs et consommateurs des pays dits « riches » pourrait nourrir sept fois la population souffrant de faim dans le monde, soulignent-ils.

D'autres événements liés au mieux-manger ponctueront cette semaine. La Rencontre nationale des Chefs de Demain, avec près de 500 futures toques, sera dédiée cette année à la cuisine « responsable et raisonnée », en adéquation avec la Conférence sur le climat à Paris en décembre. Le lycée hôtelier Guillaume Tirel à Paris accueillera le 16 octobre cette 4e Rencontre.

Pour le grand public, les « ateliers du goût » sont organisés sur des marchés, dans des collectivités locales, des associations, des musées, ou chez de simples particuliers passionnés.

LesEchos

Vues : 42

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 13 octobre 2015 à 8:26

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation