Histoire de colibri : investir l'espace public à Rennes !

Pierre Strub, colibri rennais impliqué sur son territoire, nous livre son histoire de colibri.


- Comment es-tu arrivé dans le Mouvement Colibris ?
Avant de connaître Colibris, j'ai découvert Pierre Rabhi, par des videos sur internet, et dans le film "Solutions locales pour un désordre global" de Coline Serreau. J'aime le bon sens et la simplicité qui se dégagent de sa pensée.
Dans le même temps, des rencontres avec des amis m'ont orienté vers Colibris.
Je souhaitais m'impliquer localement et concrètement, j'ai donc rejoint, sur le réseau social des colibris, le groupe TNT Pays de Rennes.
Nous avons organisé des ciné-actions autour du film "Solutions locales". C'est pour moi un outil réellement opérant. Il fait appel aux témoignages des personnes qui s'investissent sur le terrain. Il est porteur de ce concret dont manquent beaucoup de débats trop théoriques. Il permet de faire un pas de plus et incite à l'engagement.

Je me suis aussi impliqué dans l'opération "Tous candidats / Inside Out" du 31 mars. Cela a été un moment vraiment fédérateur. Nous avons pu échanger, mettre en commun des idées.



- Avant, étais-tu déjà sensibilisé aux thématiques écologiques et humanistes ?

Des choses étaient déjà présentes, mais je n'étais pas impliqué dans le milieu associatif, et je n'avais pas de conscience politique. Il y a cinq ans environ, j'ai été sensibilisé aux questions d'éducation populaire, de démocratie, par le site de la Scop le Pavé.

Au-delà de ces aspects très théoriques, j'avais besoin de concret. J'ai découvert le Théâtre Forum, par la compagnie AlterEgo. Les ateliers permettent de faire advenir le débat, de faire émerger la parole et des solutions. Des expériences d'intelligence collective en somme !

J'ai très envie de continuer dans cette voie, et le Forum Ouvert est un outil très intéressant. Nous envisageons d'en organiser un sur le territoire rennais dès que possible !


- Quelles sont tes actions, à l'échelle individuelle ou collective, pour contribuer à créer un monde plus écologique et plus humain ?
A l'échelle individuelle, j'essaie de changer ma manière de faire les courses : plus de supermarché !
Je diffuse aussi au maximum ce que je peux découvrir comme informations dans les médias libres et indépendants. Je fais part de mes réflexions à mes amis, par mail ou dans le blog que propose Médiapart.
J'apprends le maraîchage bio dans une ferme pédagogique associative, La Clotière, dans les environs de Rennes. On échange coups de main et formation.
Plus collectivement, j'ai initié un projet de quartier : le "Collectif Thapad'arc" (en référence aux quartiers Thabor, Maurepas et Jeanne d'Arc, de Rennes). C'est un groupe de partage de matériel, de services et de savoir-faire. Il fonctionne de façon libre et gratuite, sans monnaie, ni points.

Au démarrage, j'ai passé des petites annonces dans les commerces, pour rechercher des personnes intéressées à y réfléchir : "Si tu as des projets, trouve des gens, pas de l'argent" ! Rapidement, un petit noyau de gens du quartier (voisins et professionnels sociaux) s'est constitué.

Nous essayons de nous rencontrer le plus possible, en moyenne une fois par mois, pour la convivialité, mais aussi pour favoriser la confiance, indispensable pour les activités de partage de notre groupe. Le weekend dernier, nous avons organisé un pic-nic et un atelier de réparation de vélos !
En dehors de ces rencontres, nous communiquons avec un réseau social rennais, La Ruche.
Outre la teneur de nos échanges, l'intérêt réside aussi dans la façon dont les personnes intéragissent, coopérent.

Nous avons été bien épaulés par la municipalité. Nous avons rencontré des personnes attentives, à l'écoute, qui nous ont apporté leur aide, notamment logistique : prêt de salles, impression de tracts, d'affiches.
Quand on a des projets locaux, c'est important de se rapprocher des professionnels qui agissent déjà à ce niveau : associations, centres sociaux, direction de quartier...


- La prochaine étape ?
La prochaine étape sera de mettre en place un GASE (groupement d'achat solidaire et éthique), afin de se fournir collectivement auprès de producteurs locaux et responsables.

- Merci Pierre ! Bonne continuation !

Vues : 1111

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Sylvie Leymonie Bazin le 17 mai 2012 à 17:57

Pour un devenir hors du commun. Pour faire les choses bien, " le riche travaille à amasser des biens et lorsqu'il s'arrête c'est pour se rassasier de plaisirs, le pauvre travaille n'ayant pas de quoi vivre et dès qu'il s'arrête, il tombe dans la misère " ( L'Ecclésiastique 31.3- 31.4)

Pour rétablir la royauté de chaque l'individu dépouillé de ses énergies créatives, pour tous ces gens qui ont mis leurs confiances dans leurs mains et perdent espoir face à l'oppression de chefs établis qui par leurs choix économiques inverses et désastreux nous orientent et  nous conduisent vers la faim de l'homme et l'anéantissement de  son environnement

Commentaire de Maman Crochet le 16 mai 2012 à 20:22

Merci pour ce témoignage très motivant!

Activité la plus récente

Icône de profilSTRUBY evelyne, Isabelle Alexandre, JULIE GIRONDE et 4 se sont joints à Colibris
Il y a 2 minutes
Stéphane Paillet s'est joint au groupe de François Rouillay
Miniature

Coordination nationale Incroyables Comestibles France

Espace d'information et d'échange pour la démarche citoyenne des incroyables comestibles en France…Plus
Il y a 4 minutes
Événements publiés par Dojo Shiseikan
Il y a 2 heures
Événement mis à jour par Dojo Shiseikan
Miniature

Stages jujitsu et nature (24 au 28 mai 2017) à Laboule

24 mai 2017 à 14 au 28 mai 2017 à 11
Il y a 2 heures

© 2017   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation