Le miel est loué pour ses qualités, mais la première d'entre elles est tout simplement son fort contenu énergétique et très digeste !

 

On s'est demandé comment notre espèce Homo avait pu développer son gros cerveau. Il ne faut pas oublier que notre précieux organe consomme une quantité assez faramineuse d'énergie, même lorsqu'il est censé ne rien faire (sommeil) : pas loin d'un quart de votre énergie. En gros, c'est un peu comme si vous laissiez tourner votre PC de bureau toute la journée chez vous, même quand vous n'êtes pas devant. Pour ce faire, il faut donc pas mal d'énergie. On a pointé du doigt la consommation de viande, mais ce n'est pas assez et il est plus facile de consommer du miel que de la viande (chasse...). Or, on retrouve du miel un peu partout.

 

Une des tribus que l'on regarde de près, car ses membres vivent comme les chasseurs-cueilleurs d'antan, est celle des Ache. Le miel est pour eux la deuxième nourriture la plus importante, après celle ramenée par la chasse. Cela représente environ un bon millier de calories par jour. Au Congo, les pygmées de la tribu Efe en consomment à hauteur de 80 % de la totalité des calories de la journée, mais seulement 15 % chez les Hadza en Tanzanie.

 

Certains animaux sont tellement « fanas » de miel, qu'il existe une variété d'oiseaux qui a trouvé un « deal » (on parle de « mutualisme » en biologie) avec ces amateurs de miel, dont les humains, et que l'on nomme « honeyguide » (« l'indicateur de ruches » : cet « indic' » pointe la ruche en chantant pour qu'on le suive ; il ne le fait pas gratuitement, car sa récompense est qu'il mangera les larves et la cire après le passage de l'animal. Si l'on regarde du côté de nos cousins les primates, il faut bien avouer que ces derniers ont un grand penchant pour le miel et n'hésitent pas justement à utiliser leur intelligence pour arriver à leur fin (comme utiliser un bâton). Plus les primates sont devenus intelligents, plus ils ont dû développer des outils raffinés pour l'extraction (comme, après l'invention et la maîtrise du feu, l'enfumage).

 

Le miel n'a pas tout fait dans l'histoire : il y a probablement une combinaison d'éléments nutritifs qui nous ont permis d' « assumer » la contrainte de notre gros cerveau sur notre consommation. Une hypothèse intéressante aussi est que l'invention du feu et donc de la cuisson nous a aidés à digérer plus efficacement.

 

http://www.smithsonianmag.com/science-nature/humans-the-honey-hunte...

 

Vues : 55

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 31 mars 2014 à 8:36

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation