ALIMENTS SOUVERAINETÉ EN EUROPE MAINTENANT !

Nyeleni Europe 2011 : Forum européen pour la souveraineté alimentaire

Nyeleni Europe 2011 : Forum européen pour la souveraineté alimentaire

Krems, 21 aout

Les Européens sont aujourd'hui l'expérience des premières politiques d'ajustement structurel que les gouvernements imposent sur leurs populations qui, jusqu'à présent, ont été imposées sur les peuples dans d'autres régions, en particulier le Sud Global. Ceci avec le seul intérêt de sauver le capitalisme et ceux qui en bénéficient (banques privées, groupes d'investissement et les sociétés transnationales). Tous les panneaux sont que dans un proche avenir ces politiques antisociales deviendra plus sévère et plus vaste. La premières générales mobilisations pour dénoncer l'économique et les systèmes de gouvernance qui nous ont amenés à ce point ont commencé et nous offrons - de façon créative et énergétiquement – la réponse des mouvements sociaux européens pour affronter le modèle de l'agriculture mondiale qui est le reflet exact du système capitaliste qui l'a créée.

Les systèmes alimentaires ont été réduites à un modèle d'agriculture industrialisée contrôlé par quelques sociétés transnationales alimentaire avec un petit groupe de détaillants énormes. C'est un modèle conçu pour générer des profits et donc complètement ne parvient pas à répondre à ses obligations. Au lieu d'être consacré à la production de nourriture qui est saine et abordable et gens de prestations, il se concentre plus sur la production de matières premières telles que les agrocarburants, les aliments pour animaux ou les plantations de la marchandise. D'une part, elle a causé la perte énorme des exploitations agricoles et les gens qui vivent de ces exploitations, tandis que d'autre part, elle favorise une diète qui est nocif pour la santé et qui contient insuffisante fruits, des légumes et des céréales.

Ce modèle industriel de production dépend de finis des combustibles fossiles et des intrants chimiques ; ne reconnaît pas les limitations de ressources telles que la terre ou de l'eau ; est responsable des pertes drastiques de la fertilité du sol et de la biodiversité ; contribue aux changements climatiques ; forces des milliers de personnes en emplois sans la reconnaissance de leurs droits les plus fondamentaux ; et mène à l'aggravation des conditions de travail pour les agriculteurs et les travailleurs migrants particulière. Il nous en outre s'éloigne d'une relation respectueuse et durable avec la nature. Exploiter et le traitement de la terre de cette façon sont la cause fondamentale de la pauvreté rurale et de la faim pour plus d'un milliard de personnes dans le monde (comme maintenant dans la corne de l'Afrique). En outre, il provoque une migration forcée, tout en créant un surplus d'aliments industriels, qui finissent par être gaspillés ou sous-évaluées sur les marchés à l'intérieur et à l'extérieur de l'Europe, détruisant la production locale.

Cette situation est le résultat d'alimentaire, financières, commerciale et l'énergie politiques, qui ont été imposer nos gouvernements, l'UE (notamment par le biais de sa politique agricole commune), les institutions multilatérales et financières ainsi que les sociétés transnationales. Les exemples les politiques de dérégulation et la libéralisation des marchés agricoles et de la spéculation sur les aliments.

Changer la direction de ce système dysfonctionnel alimentaire ne sera possible grâce à une réorientation complète des aliments et des politiques agricoles et des pratiques. Il est vital pour la refonte du système alimentaire fondé sur les principes de la souveraineté alimentaire, notamment en Europe et de le faire maintenant.

En conséquence, plus de 400 personnes de 34 pays européens de l'Atlantique à l'Oural et le Caucase, de l'Arctique pour les représentants de la Méditerranée, ainsi qu'internationales de divers mouvements sociaux et des organisations de la société civile, rencontre du 16 au 21 août à Krems, en Autriche, à prendre un pas en avant dans le développement d'un mouvement européen pour la souveraineté alimentaire. Nous tablons sur les fondations de la déclaration de Nyéléni 2007 : Forum pour la souveraineté alimentaire, qui réaffirme le cadre international pour la souveraineté alimentaire - le droit des peuples à définir démocratiquement leur propre nourriture et les systèmes agricoles sans nuire aux autres personnes ou l'environnement.

Nombreuses expériences et pratiques existent déjà ici et maintenant, aux niveaux locales, régionales et européens, qui sont basées sur la souveraineté alimentaire et qui démontrent comment elle peut être appliquée.

Nous sommes des personnes qui partagent des valeurs fondées sur les droits de l'homme. Nous voulons la libre circulation des personnes et pas de libre circulation des capitaux et de marchandises qui contribue à la destruction des moyens de subsistance et donc les forces beaucoup migrer. Notre objectif est de coopération et solidarité, par opposition à la concurrence. Nous nous engageons à reconquérir notre démocratie : tout le monde devrait participer à toutes les questions d'intérêt public et de politique publique faisant, décider collectivement comment nous organisons nos systèmes alimentaires. Cela nécessite la construction de systèmes démocratiques et processus, sans violence, entreprise influencent et fondée sur l'égalité des droits et de l'égalité des sexes, qui mènera aussi à l'abolition du patriarcat.

Beaucoup d'entre nous sont des jeunes qui représentent l'avenir de notre société et de nos luttes. Nous ferons en sorte que notre énergie et notre créativité faire notre mouvement plus forte. Pour ce faire, nous devons être capables de participer à fournir de la nourriture et à intégrer dans toutes les décisions et les structures.

Nous sommes convaincus que la souveraineté alimentaire n'est pas seulement un pas en avant vers un changement dans notre alimentation et les systèmes agricoles, mais c'est aussi une première étape vers un changement plus large dans nos sociétés. Pour cela, nous nous engageons à lutter pour :

Changer comment les aliments est produit et consommé

Nous travaillons vers les systèmes de production alimentaire résilients, qui alimentaire sain et sécuritaire pour tous les peuples d'Europe, tout en préservant la biodiversité et des ressources naturelles et assurer le bien-être des animaux. Pour cela, les modèles écologiques de production et de la pêche, mais aussi une multitude de petits exploitants agricoles, les jardiniers et les petits pêcheurs, qui produisent de la nourriture locale comme l'épine dorsale du système alimentaire. Nous luttons contre l'utilisation des OGM et croître et récupérer une large diversité de variétés non GM de graines et de races de bétail dans ces systèmes. Nous faisons la promotion durables et diverses formes de la culture alimentaire, en particulier la consommation d'aliments locaux et saisonniers de haute qualité et sans nourriture hautement transformé. Il s'agit d'une faible consommation de produits de viande et des animaux, qui devrait seulement être produites localement à l'aide de locaux non GM feed. Nous sommes engagés à re-embracing et à promouvoir la connaissance de cuisine et de la transformation alimentaire par le biais de l'éducation et le partage des compétences.

Changer comment la nourriture est distribuée

Nous travaillons vers la décentralisation des chaînes alimentaires, promouvoir des marchés diversifiés, basés sur la solidarité et des prix équitables et les chaînes d'approvisionnement court et l'intensification des relations entre les producteurs et les consommateurs dans les réseaux alimentaires locales pour contrer l'expansion et puissance des supermarchés. Nous voulons fournir les blocs de construction pour les personnes à développer leurs propres systèmes de distribution de nourriture et de permettre aux agriculteurs de produire et de traiter les aliments pour leurs collectivités. Cela exige des règles de sécurité alimentaire favorable et infrastructure alimentaires locaux pour les petits exploitants. Nous travaillons également à s'assurer que les aliments que nous produisons atteint tous les gens dans la société, y compris les personnes ayant peu ou pas de revenu.

Valoriser et l'amélioration des conditions sociales et travail dans les systèmes de l'alimentation et l'agriculture

Nous luttons contre l'exploitation et la dégradation des conditions de travail et sociales et pour les droits de toutes les femmes et les hommes qui fournissent de la nourriture ainsi que ceux des travailleurs saisonniers et migrants, travailleurs dans le traitement, le secteur de la distribution et la vente au détail et d'autres. Nous travaillons envers les politiques publiques qui respectent les droits sociaux, de définir des normes élevées et de subordonner le financement public à leur mise en œuvre. La société doit donner une plus grande valeur pour le rôle de producteurs d'aliments et de travailleurs dans notre société. Pour nous, cela comprend les salaires de vie décents. Nous visons à créer des alliances larges parmi toutes les personnes qui travaillent dans le système alimentaire.

Reconquérir le droit de nos communes.

Nous opposer et luttent contre la marchandisation, financiarisation et le brevetage de nos communes, telles que : des terres ; des agriculteurs, des semences traditionnelles et reproductibles ; races et fish stocks de bétail ; arbres et des forêts ; eau. l'atmosphère. et les connaissances. L'accès à ceux-ci ne devrait pas être déterminée par les marchés et de l'argent. En utilisant les ressources communes, nous devons nous assurer la réalisation des droits de l'homme et l'égalité des sexes et que la société comme un ensemble de prestations. Nous remercions également notre responsabilité d'utiliser nos communes de manière durable, tout en respectant les droits de la Terre mère. Nos communes devraient être gérés par l'intermédiaire de collectif, démocratique et le contrôle de la communauté.

Changer les politiques publiques qui régissent nos aliments et les systèmes agricoles

Our struggle includes changing public policies and governance structures that rule our food systems – from the local to the national, European and global levels – and to delegitimise corporate power. Public policies must be coherent, complementary and promote and protect food systems and food cultures. They must: be based on the right to food; eradicate hunger and poverty; ensure the fulfilment of basic human needs; and contribute to Climate Justice – in Europe and globally. We need legal frameworks that: guarantee stable and fair prices for food producers; promote environmentally-friendly agriculture; internalise external costs into food prices; and implement land reform. These policies would result in more farmers in Europe. Public policies must be designed with the help of publicly accountable research to achieve the objectives outlined above. They must ensure that speculation on food is banned and no harm is done to existing local or regional food systems and food cultures – either by dumping or by landgrabbing in Europe, particularly Eastern Europe, or the Global South. We work towards new agriculture, food, seed, energy and trade policies for Food Sovereignty in Europe which are internationally sound. In particular these must include: a different Common Agriculture and Food Policy; the removal of the EU Biofuels Directive; and global governance of international agricultural trade located in the FAO and not the WTO.

Nous appelons le peuple et les mouvements sociaux en Europe à s'engager, avec nous,
dans toutes nos luttes de prendre le contrôle de nos systèmes alimentaires et
Construire le mouvement pour la souveraineté alimentaire en Europe maintenant !

Vues : 57

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation