L’homéopathie fait toujours débat

Cette année, il se poursuit !

Ce vendredi 28 juin, la Commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS) rend son avis définitif sur le déremboursement de l’homéopathie.

Que trouve-t-on réellement dans un granule homéopathique ? Depuis 1965, les ingrédients et les dosages des médicaments homéopathiques sont répertoriés dans la “Pharmacopée française”, le recueil réglementaire des professionnels de la santé. Les informations délivrées dans cet ouvrage se basent sur les recherches de Samuel Hahnemann, créateur de l’homéopathie.

En France, pour fabriquer un granule homéopathique, les laboratoires et les pharmacies utilisent la dilution “centésimale hahnemannienne”, du nom de son créateur. Après avoir laissé macérer trois semaines la substance active (il peut s’agir de plantes le plus souvent, mais aussi de venins ou encore de minéraux), les laboratoires et les pharmaciens réalisent la dilution. Cette étape se décompose en plusieurs parties. “La déconcentration se passe en deux temps : d’une part la dilution de centièmes en centièmes qui est suivie d’une agitation”, détaille au HuffPost Albert-Claude Quemoun, docteur en pharmacie. La substance active est diluée dans du solvant le nombre de fois indiqué dans la “Pharmacopée française”. C’est aussi renseigné sur les tubes de granules. Il s’agit du chiffre suivi des initiales “CH”.

“7 CH”, signifie qu’une goutte de la préparation a été diluée dans 99 gouttes d’alcool. Une goutte de ce premier mélange a ensuite été ajoutée dans 99 gouttes de solvant et ainsi de suite juqu’à 7. Cette composition a ensuite été agitée puis les granules ont été baignés dedans.

En ce qui concerne les granules, ils sont en général composés de lactose et de sucre.

ROCHE

Vues : 53

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 29 juin 2019 à 6:30
Commentaire de JF@ le 29 juin 2019 à 6:29

JF@

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation