JON KABAT-ZINN: "Je vais essayer d'appliquer à un plus vaste domaine quelque chose que la perspective médicale bouddhiste peut offrir à l'Occident. Cela pourrait combler quelques-uns des besoins les plus profonds et les plus cruciaux des gens qui souffrent dans ce monde, mais qui, pour une raison ou une autre, ne sont pas intéressés par le bouddhisme ou par un autre système de croyance. Ils ne se sentent pas concernés par l'Eveil, mais sont très motivés par le soulagement de la souffrance, en particulier de la leur. La question est celle-ci: existe-t-il une sagesse, propre au bouddhisme, qui ne risque pas d'être déformée ou endommagée si on la rend accessible à des gens qui souffrent? Peut-elle les aider à devenir plus complets en tant qu'êtres humains, moins dispersés et moins enclins à contribuer continuellement à leur propre souffrance?

Mon entraînement, si faible soit-il, s'est déroulé dans les traditions Theravada et Zen. Le programme que je m'apprête à décrire rend compte d'un éventail de différentes techniques méditatives que j'ai personnellement essayé d'introduire dans un programme médical occidental classique. Dans ce contexte, si j'étais arrivé le crâne rasé, avec des robes et un chapelet et en chantant en tibétain, en sanscrit ou en coréen, je ne serais pas allé bien loin avec la plupart des gens, quelle que soit la qualité de l'enseignement en lui-même. Cela n'aurait été ni la manière la plus efficace ni la plus habile pour introduire une quelconque sagesse ou une pratique essentielle qui soit accessible. De nos jours, les gens ont une idée de la méditation, mais ils en ont une vision très incomplète. Nous voulons leur enseigner que la méditation ne consiste pas à vider l'esprit, mais plutôt à voir les choses telles qu'elles sont et à vivre avec les choses telles qu'elles sont.

Il y a une valeur de la méditation bouddhiste dont nous ne savons presque rien dans notre vie quotidienne occidentale: la qualité de tranquillité. Il est manifeste que nous nous agitons beaucoup, en Occident. Les Américains sont devenus très experts en cet art. Nous sommes en permanence dans le faire, puis nous nous effondrons épuisés sur un lit, et nous nous réveillons le lendemain pour faire plus, en courant davantage.Il n'est pas nécessaire d'avoir une grande profondeur de vue pour noter que le plus souvent, nous ne connaissons pas celui qui fait tant de choses. Très fréquemment, nous nous sentons coupés de notre propre expérience et de nos sentiments. Nous sommes menés par l'esprit, par les pensées, par des attentes, parla peur , par le désir d'obtenir autre chose. Si vous souhaitez toujours être quelque part ailleurs,c'est que vous n'êtes jamais là ou vous vous trouvez, et donc que vous n'êtes pas pleinement  vivant. Vous n'êtes pas davantage capable de remédier aux pressions et aux difficultés qui surviennent quand votre esprit est inattentif et présent seulement à moitié. Dans des situations stressantes ou menaçantes, vos réactions seront fortement conditionnées et automatisées. A cause des brumes épaisses de votre esprit, vous ne disposerez pas des niveaux plus profonds d'intelligence et de sagesse qui naissent d'une vision claire et complète de la situation.

C'est également vrai pour le corps. Comme nous en discutions auparavant, beaucoup de gens ne sont pas sensibles à leur corps à un niveau profond avant que quelque chose aille mal. Ils sont alors bouleversés et se ruent chez un spécialiste qui est censé tout arranger, mais qui, bien souvent , n'en a pas le pouvoir.La médecine occidentale a enregistré des progrès  considérables au cours des vingt dernières années, mais la plupart d'entre eux concernent le diagnostic. Celui-ci vous renseigne sur le problème, mais ne le règle pas nécessairement. Il y a peu de guérison dans la médecine occidentale.

Nous avons pensé qu'il serait merveilleux de créer un service sur les bases d'une formation à l'attention au sein d'un centre médical occidental, car l'hôpital est réellement un aimant pour la souffrance. Cela nous semblait un habile moyen pour introduire les notions de tranquillité, de vision claire , d'attention, ainsi que le passage d'une agitation permanente vers une existence plus centrée intérieurement. si nous pouvions offrir aux patients quelque chose comme un complément à leur traitement médical, cela pourrait peut-être les aider à évoluer et à guérir d'une manière que le traitement médical en lui même ne peut leur procurer. Le programme pourrait aussi aider les patients à se conformer à leur traitement, ce qui est le plus difficile lorsque l'esprit est agité et désire que les choses soient différentes de ce qu'elles sont."

( à suivre dans " Quand l'esprit dialogue avec le corps" 

Vues : 38

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation