Le mammifère le plus braconné au monde !

Le pangolin, menacé d’extinction en raison de ses écailles qui en font un animal unique au monde mais également la source de tous les trafics, vient de voir son horizon se dégager !

Mercredi 28 septembre, les 183 Etats membres de la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction (Cites), réunis pour douze jours à Johannesbourg (Afrique du Sud), ont décidé de lui accorder le plus haut degré de protection : le fourmilier a été inscrit à l’annexe I de la Cites, qui interdit le commerce international des espèces menacées d’extinction, au lieu de l’annexe II où il était jusqu’à présent relégué – qui autorise, en le réglementant, le commerce des espèces vulnérables.

« C’est un immense succès et une rare bonne nouvelle pour l’une des espèces les plus menacées au monde, s’est réjouie dans un communiqué Ginette Hemley, la chef de la délégation du Fonds mondial pour la nature (WWF). Cette protection totale écarte toute question relative à leur commerce légal et rendra la tâche plus difficile aux trafiquants qui seront plus lourdement sanctionnés. » Mais d’avertir : « La lutte ne s’achève pas ici. Les pays parties à la Cites doivent maintenant se mobilier pour que la décision soit appliquée. » « D’ici dix ans, tous les pangolins pourraient être rayés de la carte », avait ainsi prévenu la délégation du Nigeria qui soumettait cette résolution au vote de la Cites.

Ces animaux étranges, jusque-là dans l’ombre d’autres espèces braconnées plus « emblématiques » comme les éléphants ou les rhinocéros, restent méconnus du grand public et des chercheurs, incapables de donner une estimation de leur population mondiale. Les experts préviennent malgré tout que leur disparition modifierait l’écosystème des forêts tropicales, en augmentant les populations de fourmis et de termites dont ils se nourrissent avec leur interminable langue – aussi longue que leur corps. Reste une certitude : les pangolins, tous classés sur la liste rouge des espèces menacées d’extinction en 2014, font l’objet d’un véritable massacre. Plus d’un million d’entre eux ont été chassés et capturés au cours de la dernière décennie, rappelle le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), et ce « en dépit d’un embargo sur le commerce international des quatre espèces de pangolin asiatique » entré en vigueur en 2000. En 2007, la Chine avait quelque peu régulé le commerce de ses écailles, qui ne peuvent plus être utilisées que dans certains hôpitaux et pour la fabrication de médicaments brevetés. Mais le commerce illégal se poursuit.

Tous les mois, les douanes de pays asiatiques, mais aussi françaises ou américaines, découvrent des centaines de peaux de pangolins, des tonnes de viande ou des kilos d’écailles dans des bagages ou des camions. Dernière saisie en date : fin août, 657 fourmiliers congelés, dissimulés dans les congélateurs d’une maison, ont trouvés par la police indonésienne sur l’île de Java. Ces animaux, qui proviennent principalement de Malaisie, d’Indonésie et du Vietnam en Asie, et du Nigeria et du Cameroun en Afrique, sont essentiellement destinés aux tables chinoises et vietnamiennes.

Leur chair considérée comme délicate, mais aussi leurs os et leurs organes, y sont très prisés. Selon les défenseurs des pangolins, des restaurateurs peuvent dépenser jusqu’à 1 750 euros par animal pour en proposer à leurs clients. Des guérisseurs prêtent aussi à ses écailles en kératine – la même matière que la corne de rhinocéros ou les ongles humains –ainsi qu’à son sang des vertus thérapeutiques ou aphrodisiaques – infondées, faut-il le rappeler. Enfin, dans certaines cultures traditionnelles africaines, l’animal est connu pour éloigner le mauvais œil. Solitaire et vulnérable, le pangolin est une proie facile pour les braconniers. L’animal, qui pèse entre 2 et 35 kilos et mesure entre 30 et 80 cm selon l’espèce, se roule en boule quand il est menacé : les contrebandiers n’ont alors plus qu’à le ramasser et l’enfermer dans un sac.

En Afrique et en Asie, les trafics de pangolins empruntent les mêmes routes que ceux de cornes de rhinocéros ou de peau, d’organes et d’os de fauves, également au menu de la Cites jusqu’au 5 octobre.

GARRIC

Vues : 114

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 30 septembre 2016 à 8:16
Commentaire de JF@ le 30 septembre 2016 à 8:15

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation