La Ville de Genève a mis les bouchées doubles cette année pour célébrer la Journée de la Terre !

Invité d’honneur et fil rouge de la manifestation, le célèbre défenseur de la nature et cauchemar de l’industrie chimique, Pierre Rabhi a créé l’événement. Avant d’inaugurer officiellement les festivités sur la plaine de Plainpalais en fin d’après-midi, son premier rendez-vous, annoncé hors protocole, était avec des élèves genevois, autour d’un potager urbain.

Le Français, d’origine algérienne arrive vers 14h30' à l’école primaire de Trembley, entouré des huiles du Parti écologiste suisse et de la maire de Genève Esther Alder. «Y’a Pierre Rabhi», s’écrient en chœur plusieurs enfants, lâchant pelles et arrosoirs pour courir vers ce visiteur attendu. «On a vu ses films en classe, sur son enfance triste et sa manière de planter des légumes», lâche Alexia 10 ans. La frêle silhouette du cultivateur ardéchois se fond dans le groupe de jeunes assaillants, cherchant tous à figurer en bonne place sur la photo souvenir. L’homme se laisse emporter par l’enthousiasme et la petite troupe, très fière de présenter son hôtel à insectes.

La suite se passe autour des carrés de potagers, créés en 2012 dans cette école. «On a préparé des capucines, de la mélisse et de la camomille, détaille un garçon ravi de rencontrer un maître. On va les planter avec Pierre Rabhi, il va montrer comment bien faire.» Le chantre de la culture biologique et de la permaculture manie la truelle comme personne. Les enfants l’imitent avec application. Esther Alder plante aussi quelques pousses, sous les yeux attentifs d’une vingtaine enfants agglutinés. L’ancien ouvrier agricole répond volontiers aux questions et félicite les responsables pour la démarche. «J’espère que la Ville encouragera toutes les écoles à développer ce type d’initiatives participatives et collectives.» Des termes phares de son combat. «Ces jeunes sont l’avenir et c’est par ce type d’actions qu’on les sensibilisera et les amènera à respecter l’environnement.»

Pour Bernard Sommer, directeur de l’école, la démarche va au-delà des légumes. «Le potager c’est l’apprentissage du vivre ensemble, de la solidarité et du partage, détaille-t-il. Les élèves se sont appropriés ces jardins et les entretiennent ensemble, avec zèle.»

Réunis ensuite dans la bibliothèque autour de Pierre Rabhi, les enfants le pressent de questions. «Vous allez sauver la terre ?» «Quand est-ce que vous avez eu l’idée de sauver le monde ?» s’interroge Noémie. «Il y a 50 ans, lorsque j’étais ouvrier agricole, j’ai compris que cultiver à l’aide de produits chimiques finirait par détruire la planète.» «Comment vous allez sauver la terre ?» «Je n’ai pas cette prétention, mais en respectant la terre on préserve la vie. L’eau, l’air, la terre, les végétaux, les animaux et les humains, tout est nature. Vous êtes la nature.»

TDG

Vues : 78

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 24 avril 2016 à 13:31
Commentaire de Men Darna le 24 avril 2016 à 13:10

Je connais Pierre. Coup de foudre fraternel en 2007. Nous étions encore proches jusqu'au dernier festival Camino à Tournefeuille, en 2009, où il a fait 1 courte prestation dans le "Procès de l'Argent Roi" de l'autre pote, François Plassard. Après, il est devenue une telle star que pour le saluer lorsqu'il est de passage quelque part, il fallait s'adresser plutôt à son attachée de presse...Pierre 1 ami, oui. 1 idole, non !

Mais moi ok pour 1 papauté composée des couleurs arc en ciel : y aurait-il 1 place pour 1 papesse rouge de rage non violente, Docteur ?

Commentaire de JF@ le 24 avril 2016 à 12:12
Commentaire de JF@ le 24 avril 2016 à 12:01
Commentaire de Men Darna le 24 avril 2016 à 10:43

Pierre devrait monter 1 équipe gagnante avec François, le pape blanc. Leur notoriété réunie, ça en fera 1 paquet indigeste pour les multinationales écocideurs...

Commentaire de JF@ le 24 avril 2016 à 8:16
Commentaire de JF@ le 24 avril 2016 à 8:16

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation