Le pouvoir de la GRENADE superaliment

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne se sont penchés sur la question : d'où viennent les propriétés anti-âge de la grenade ? Son taux élevé d'antioxydants ne peut expliquer à lui-seul le pouvoir de ce superaliment !

Ce mardi, les scientifiques rendent leurs conclusions dans la revue Nature Medecine. D'après l'étude, l'effet anti-vieillissement de la grenade provient d'une molécule contenue dans le fruit, transformée en eau de jouvence par les bactéries intestinales. Ces molécules, appelées ellagitanines, n'ont pas d'effet direct sur l'organisme. Ce n'est qu'une fois digérées par les microbes intestinaux qu'elles révèlent leur efficacité en se transformant en une nouvelle substance appelée urolithine A (UA).

Le rôle de l'UA est d'éliminer les mitochondries usagées. Ces petits générateurs d'énergies contenus dans nos cellules deviennent moins productives avec l'âge et ne sont plus éliminés correctement par l'organisme, ce qui déclenche une perte de tonus musculaire. L'UA permet donc, en rejetant les vieilles mitochondries, de rétablir le cycle naturel d'un organisme jeune, ce qui induit un meilleur rendement énergétique. D'après Patrick Aebisher, coauteur de l'étude et président de l'Ecole, "il s'agit de la seule molécule capable de relancer le mécanisme de nettoyage des mitochondries, c'est une substance entièrement naturelle mais son effet est puissant et mesurable".

Pour le mesurer, les scientifiques ont synthétisé l'UA afin de la mettre dans la nourriture des vers et des souris étudiés. Chez le ver C elegans, dont la durée de vie dépasse rarement les huit jours, l'exposition à l'urolithine A a prolongé sa vie de 45%. Chez les rongeurs, l'UA a permis une endurance à la course de 42% plus élevée que dans le groupe de référence, composé d'individus non exposés à la molécule. "Le fait que cela fonctionne chez deux espèces aussi éloignées nous laisse penser que cela fonctionne également chez l'homme, ce qui est le but final de nos recherches", avance un autre auteur de l'étude, Johan Aumerx. Des tests sont par ailleurs déjà en cours sur des personnes âgées souffrantes de maladies liées à des dégénérescences musculaires.

Cependant, nous ne sommes pas tous égaux face à la grenade. En effet, certaines personnes possèdent une flore intestinale favorisant la production d'UA, et d'autres n'en produisent que très peu. De plus, la fameuse molécule ne se trouve pas dans les savoureuses graines rouges de la grenade, mais dans sa coque. Pour bénéficier de ses vertus, il faudra donc en boire le jus.

lexpress

Vues : 148

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 13 juillet 2016 à 8:02
Commentaire de JF@ le 13 juillet 2016 à 8:02

Activité la plus récente

Événement publié par Mouginot Thibault
Miniature

Un festival positif au coeur de la Bourgogne à Parc Central Robert Schuman

12 septembre 2020 à 10 au 13 septembre 2020 à 23
Les 12 et 13 septembre 2020, l’association La vie des autres va lancer la première édition du…Plus
Il y a 3 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Recettes Spécial Confinement : la Polenta ->…"
Il y a 4 heures
Billet de JF@
Il y a 6 heures
Icône de profilMarissal, Thys Frédéric, COUSSON-ROCHET et 5 se sont joints à Colibris
Il y a 6 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation