Très cher Pierre

 

Compte tenu de la grande estime, de l’affection même que j’ai pour toi, je m’autorise plus facilement à formuler une critique personnelle à ton égard.

 

La critique étant au reproche ce que l’erreur est à la faute, c’est avec beaucoup de bienveillance que je pointe mon doigt sur ce qui est peut-être un défaut chez toi. Je tente de justifier mon apparente insolence.

 

Tu dénonces sans excès les travers de l’excès. Tu prônes avec justesse la modération. Jusque-là, tout va bien. Alors voilà, j’aimerais que tu modères ton excessive modestie.

Nous avons tous un immense besoin de lucidité quant à nos capacités.

 

Les animaux de la forêt se croient tellement impuissants qu’ils fuient sans lutter contre l’incendie dévastateur. Certes, le colibri aimerait croire en la force collective. Mais il se reconnaît aussi de facto deux pouvoirs individuels. Celui d’aller courageusement puiser une goutte d’eau et la cracher sur les flammes. Et celui, en prenant la parole, de renvoyer explicitement chacun à sa responsabilité.

Je pousse la métaphore plus loin. Si les colibris sont convaincus qu’ils ne peuvent prendre qu’une seule goutte dans leur bec, alors ils ne puiseront qu’une seule goutte à la rivière. Mais qui dit que leur bec ne peut pas contenir une plus grande quantité d’eau ? Se peut-il que cette croyance soit injustifiée ? Se peut-il que ce complexe soit conditionné par une doctrine qui impose depuis des siècles un déni de ce qu’il y a de plus beau en soi ? J’affirme que oui.

 

La mésestime de soi est le fruit d’une idée simpliste de l’humilité et/ou d'une idée humiliante de la simplicité. Rien à voir donc avec la belle sobriété que tu proposes et incarnes. Il faut se sentir riche au-dedans pour se désencombrer des futilités extérieures.

 

Fort heureusement, il existe des oiseaux de bonne augure qui comme toi, ont une grande gueule. Si ton bec peut contenir une tonne d’eau pouvant sauver un hectare de forêt ou refroidir une centrale nucléaire, alors tu es moins un colibri qu’un canadair. Cela ne t’empêche pas d’avoir un cœur de petit oiseau et une âme de poète.

 

Dans son discours d’investiture à la présidence de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela a ouvert sa grande et belle gueule d’aigle noir pour dire ceci : « Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. C'est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus. Nous nous posons la question : « Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ? ». En fait, qui êtes-vous pour ne pas l'être ? Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde. […] Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous. Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus ; elle est en chacun de nous et, au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même. En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres.

 

Que tu aimes cela ou pas Pierre, tu es un leader. Tu es aussi un modèle pour beaucoup. Je te crois bien assez sage pour ne pas répondre aux sirènes du culte de la personnalité. Bien au contraire, peux-tu faire l’effort s’il te plaît, de devenir exemplaire en matière d’estime publique de soi. Je doute que tu risques de verser dans la vantardise. C’est justement parce que tu ne peux incarner ces caricatures que tu pourrais devenir un messager fort et doux qui promeut la confiance en soi. Ne crains pas de paraître moins grand en humilité en te montrant grand en lucidité. Cela te demandera probablement un effort d’impudeur. Je ne te demande pas de te la péter. J’exècre l’excès autant que toi.

 

Tu pourrais par exemple dire aux gens que tu t’aimes et que c’est aussi par amour pour toi-même que tu prends si bien soin de notre Terre. Rendre publique une juste auto-estime de toi, te rendrait très crédible pour inciter les colibris à prendre conscience de leurs propres capacités. Nos projets, nos audaces, nos ambitions sont le reflet de ce que nous nous croyons capables ou pas d’accomplir. Nous savons toi et moi qu’il y a urgence à tirer le meilleur de chacun, à faire éclore les intelligences individuelles et collectives.

 

Il y a un altruisme dogmatique qui n’est qu’une leçon superficielle et moraliste. Le véritable amour n’a aucune raison de s’exclure soi-même. T’aimes-tu de tout cœur, grand Pierre ? Je te le souhaite parce que tu es ô combien aimable et que je t’aime.

 

Je te salue fraternellement,

 

Grand Hervé

 

Vues : 1381

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Gabriel Meunier le 11 décembre 2013 à 7:02

oui

je suis convaincu qu'il peut y avoir des excès de modestie...qui se révèlent paralisants

Par ailleurs je me suis permis d'utiliser l'extrait de discours de N Mandella pour clore une texte "Royaume des cieux ?"  qui illustre une expo photo qui se met en place pour 2014  "La tête dans les nuages, et les pieds sur terre" à l'Abbatiale de Saint Chef (38)   galerimaginaire.org

Commentaire de ostaltv le 21 avril 2011 à 11:58

pfffff ahahaha

 

Commentaire de Hervé Magnin le 7 avril 2011 à 12:32
Nous voilà bien en phase, Jacques. Le PFH est potentiellement aussi handicapant que transcendant. Quand on voit la puissance dégagée par les ressources des humains au service de l'avidité, je n'ai pas de mal à imaginer ce que ça donne quand c'est au service de l'amour du Vivant. Ces forces constructives sont déjà à l'œuvre. On pourrait douter qu'elles existent car elles sont noyées dans un combat aujourd'hui très déséquilibré. Mais cet équilibre est foutument branlant. Poursuivons notre œuvre réparatrice, résiliente !
Commentaire de Jacques 84290 le 7 avril 2011 à 12:18
Je suis entièrement d’accord avec tes propos car j’ai également abouti à la même conclusion car je pense effectivement qu’on est souvent identifié à un personnage qu’on n’est peut-être pas et que vouloir « Changer » c’est incontestablement prendre le risque de déplaire. Pour trouver la force intérieure solide il faut premièrement « accepter » de s’aimer soi même afin de pouvoir également aimer les autres sans artifice en essayant de dompter ce PFH tellement handicapant. Mais comme tous les handicaps, si nous l’acceptons et arrivons à le dépasser, il peut alors effectivement devenir un précieux outil contre la vanité du paradigme actuel.
Commentaire de Hervé Magnin le 7 avril 2011 à 11:08

Merci Jacques pour ton message plein de sagesse et de fraternité.

 

Nous nous influençons tous les uns les autres. Pierre exerce une influence sur ceux qui sont réceptifs à son message. De même, nos gouttes d'oiseaux s'écoulent dans l'âme de Pierre et le nourrissent. Si tant est que mon message lui parvienne, il jugera lui-même de la pertinence de ma suggestion. Si la graine est bonne, le terrain fertile, l'eau radio-inactive, ça pousse. Je n'ai pas l'attente fébrile d'un "donneur de leçon". Je ne pense pas avoir l'arrogance de défier un homme aussi exemplaire. Je joue simplement le jeu de l'influence que chaque être humain, chaque oiseau peut exercer sur d'autres par le partage.

 

Je pense que nous sommes des individus perpétuellement à l'école de la vie. On ne peut guère demander aux autres de changer si on ne change pas soi-même, or il reste toujours quelque chose à changer. Les premières étapes du changement ne sont pas confortables. Mon expérience de comportementaliste me démontre depuis vingt ans que l’aisance et la spontanéité ne viennent qu’après une plus ou moins longue période d’expérimentation des comportements nouveaux. Dans un premier temps, l’homme nouveau ne se reconnaît pas lui-même dans ses nouvelles attitudes car il s’est depuis longtemps identifié à un personnage qu’il n’est peut-être pas. Les autres peuvent apprécier ce personnage. Il est alors tentant de se figer dans la complaisance et l’image rassurante que les autres nous renvoient. Changer, c’est aussi prendre le risque de déplaire. Il faut une grande force intérieure, une base solide pour oser surprendre dans la perspective d’être soi, en dépit de ce que les autres aimeraient que nous restions.

 

D’abord, nous apparaissons, puis nous paraissons, puis nous paressons, rechignant à sortir du paraître. Plusieurs couches de masques nous tiennent à distance de notre être véritable. Avant d’être, nous cédons tous aux pulsions narcissiques du paraître. Voilà pourquoi nous sommes des êtres en devenir. On ne naît pas soi ; on le devient peu à peu si et seulement si on passe le seuil de l’école permanente de l’être.

 

Je ne connais pas notre leader personnellement mais je le devine assez humble pour toujours remettre l'ouvrage sur le métier. J'ignore si mon propos sur l’estime de soi, le concerne véritablement. J'émets. Qui reçoit ? Toi, d'abord. Merci d'avoir réagi. D'autres bientôt, peut-être. Ce propos, je le tiens depuis longtemps déjà. J'ai écrit plusieurs livres sur le sujet de l'estime de soi. Le plus explicite est "C'est décidé, je m'aime".

 

A la fin de ton mail, tu évoques avec justesse les scories de la susceptibilité. C’est un fruit du même arbre. Cette hypersensibilité narcissique est la partie émergée de l’iceberg d’une mésestime de soi. J'ai aussi écrit sur ce thème qui pollue considérablement les relations. Nos susceptibilités ralentissent ou font avorter de bien beaux projets. Certains colibris pointent du doigt cet empêcheur qu'ils nomment le PFH. Ce Putain de Facteur Humain ne peut devenir un Précieux FH que si chacun fait sa part.

 

Faire sa part pour un colibri, ce n'est pas seulement verser une goutte d'eau sur Fukushima. C'est d'abord et avant tout, passer encore et encore dans le creuset alchimique et socratique du "travail sur soi".
Commentaire de Jacques 84290 le 7 avril 2011 à 0:25
« C'est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus » Nelson Mandela
Eh Oui ! notre lumière est culpabilisante tandis que notre obscurité nous permet de dormir en paix.
Comme tu dis Pierre Rabhi est un leader malgré lui car son message mais surtout sa personnalité inspire le respect et une grande affection à son égard.
J’ai particulièrement apprécié ta lettre, ton analyse et tes propos respectueusement mesurés.
Cependant, malgré l’urgence d’ouvrir plus grandement nos gueules, peut-on demander à Pierre d’avoir une attitude différente lors de ses prises de paroles sans risquer justement d’obscurcir la lueur de son regard de Sage ?
Je pose seulement la question !
Pourquoi aimons-nous unanimement notre Pierre ?
Est-ce son message où sa personne ?
Probablement les deux en synergie ….
J’ai parfaitement compris que tu ne demandes pas à Pierre d’être différent mais seulement de passer à la vitesse supérieure pour dynamiser les capacités que nous gardons modestement en nous…..
je crois qu’il n’appartient cas lui de prendre cette décision et que ta lettre peut éventuellement l’inciter à franchir le pas.
Mais notre Pierre fait déjà, avec son style et son cœur, énormément pour la cause des Colibris
Peut-il aisément s’exprimer différemment sans perdre en qualité de ce qu’il incarne ?
Je pense que Pierre, contrairement à beaucoup d’hommes publics, n’est pas un « comédien » jouant un rôle mais qu’il est simplement lui-même avec sa ligne de pensé et sa personnalité.
Si pierre doit changer quelques chose cela doit être fait le cadre d’une évolution normale sans forcer sa nature…….

Fraternellement Jacques,

PS : j’ai suivi la prise de bec et le froissement d’ailes avec MARISKAIA.
Je pense qu’il s’agit probablement plus d’un malentendu qu’un désaccord profond.
C’est encore les limites des échanges virtuels et de l’écriture qui nous joue des tours !
Essayez de vous rencontrer physiquement et de partager un café pour enfin arriver à battre des ailes à l’unisson car pendant que l’on se disperse en susceptibilité, la forêt brule !

Activité la plus récente

Billet de ColibrisNath

DE ritimo - Les intérêts économiques derrière la destruction de l’Amazonie

On y lit ... " Contrairement à ce qu’a dit le ministre de l’Environnement, Ricardo Salles, selon…Plus
Il y a 2 minutes
ColibrisNath a répondu à la discussion Evénements / pétitions / campagnes de ColibrisNath du groupe Femmes d'ici et d'alleurs.
"CAMPAGNE DE CROWDFUNDING POUR LA CÉLÉBRATION DE LA RÉSISTANCE DES FEMMES…"
Il y a 19 minutes
ColibrisNath a répondu à la discussion Evénements / pétitions / campagnes de ColibrisNath du groupe Femmes d'ici et d'alleurs.
"CAMPAGNE DE CROWDFUNDING POUR LA CÉLÉBRATION DE LA RÉSISTANCE DES FEMMES…"
Il y a 24 minutes
CHEREAU a publié un statut
"Famille propose corps de ferme partagé non sco Tarn Cherche familles non sco pour partager le lieu en location Mail : sevjanel@hotmail.com"
Il y a 4 heures

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation