La Californie vient de se doter d’une ambitieuse législation sur le climat, l’une des plus progressistes aux Etats-Unis, même si une offensive menée par de grands groupes pétroliers a empêché l’adoption de mesures drastiques sur la consommation pétrolière !

Mercredi, Jerry Brown, le gouverneur de Californie, a signé des mesures pour doubler les économies d’énergie des bâtiments et pour que la moitié de l’électricité générée dans son Etat provienne d’énergies renouvelables d’ici à 2030. Jeudi, il a également ratifié d’autres textes législatifs, destinés à « aider à protéger et à renforcer les communautés de Californie les plus défavorisées, qui restent les plus susceptibles de souffrir du changement climatique », selon un communiqué, en leur donnant un accès plus facile à l’énergie solaire notamment.

Le plus grand Etat américain « montre au monde par l’innovation la façon dont nous pouvons mener la transition » énergétique, s’est félicité dans un communiqué Kevin de Leon, le président du Sénat californien et l’un des artisans de cette loi. Plus tôt cette année, M. Brown avait émis une directive pour réduire, d’ici à 2030, les gaz à effet de serre en Californie de 40 % par rapport à leur niveau de 1990. « L’objectif le plus ambitieux d’Amérique du Nord », selon un communiqué du bureau du gouverneur. Les défenseurs de l’environnement, bien que saluant le passage des mesures, ont critiqué l’élimination du texte final des objectifs de réduction de consommation pétrolière. « La Californie vient de passer une loi historique sur le climat, mais les gros groupes pétroliers ont empêché qu’elle le soit plus encore », a commenté l’association Greenpeace sur Twitter.

M. de Leon a admis lui-même que les promoteurs de cette loi n’avaient pas réussi « à dissiper l’écran de fumée de millions de dollars déployé par un seul groupe d’intérêt ». « Nous avons amendé la loi SB 350 en enlevant la section sur les produits pétroliers », a-t-il aussi reconnu. Le texte comprenait initialement des mesures pour réduire la consommation d’essence ou de gazole dans l’automobile jusqu’à 50 % dans les quinze prochaines années, à rendre le fioul de chauffage moins polluant et à réduire les émissions de méthane et d’autres polluants industriels, largement générés par l’extraction pétrolière.

« Nous n’allons pas lever le pied de l’accélérateur en ce qui concerne l’impact des produits pétroliers [sur le climat] qui restent les principaux créateurs d’effet de serre », a assuré M. de Leon lors d’une conférence de presse. « Aucune entreprise n’a envie de voir son activité coupée de 50 % », a renchéri lors de la conférence le gouverneur Brown, qui s’engage à poursuivre ces objectifs par des décisions exécutives si les textes ne passent pas au Congrès.

AFP

Vues : 43

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 10 octobre 2015 à 8:11

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation