Message aux hommes de pouvoir, sur le fil du rasoir

"Hey boss" est une des chansons d'un album qui sortira en 2012. Je l'ai écrite et composée pour le festival de l'économie d'Annecy dont la première édition a eu lieu en 2010. Elle est une des chansons d'un répertoire écologiste et décroissant que je mets à disposition des organisateurs de festivals, de congrès, conférences... Certaines chansons sont dispo gratuitement en audio ou vidéo sur les sites :

YouTube : http://www.youtube.com/watch?v=d_UpQAvlBVw
Myspace : http://www.myspace.com/hervemagnin

Moi.coM : http://magnin.herve.free.fr/monactu.php

 

Hey boss, big big boss

 

Je me sens un peu à l’étroit dans ma limousine 

Faudrait pas manquer de sang-froid en sortant de l’usine

Je suis franchisé. Sans franchise, je délocalise

Tout ça c’est la faute à la crise qui nous paralyse

J’aimerais savoir

Si on me respecte ou si on me craint

J’aimerais savoir

Si on m’aime ou si on convoite mes biens

J’aimerais savoir 

Face au miroir

 

Hey boss, big big boss

Pour quoi, pour qui tu bosses?

Hey boss, roi du négoce

Tu délaisses ta femme, tes gosses

Hey boss, y a comme un os

Tu sais plus où t’habites

Hey boss, spéculateur précoce

Vas-y mollo ! Tu jouis trop vite

 

Je m’accroche comme un morpion aux bourses du monde

Sur le CAC 40, je pose mes pions comm' on pose une bombe

Je suis plein aux as, ça agace ; j’ai les atouts en mains

Mais face à ma glace, je grimace en singeant l’humain

J’aimerais savoir

Dealer, négocier, avec ma morale

J’aimerais savoir

ultra-libérer l’ultra-libéral

J’aimerais savoir

Face au miroir 

 

Hey boss, big big boss

Pour quoi, pour qui tu bosses?

Hey boss, roi du négoce

Tu délaisses ta femme, tes gosses

Hey boss, y a comme un os

Tu sais plus où t’habites

Hey boss, spéculateur précoce

Vas-y mollo ! Tu jouis trop vite

 

 

J’ai fait repeindre en vert la façade, ça fait écolo

Elle se vend bien mieux ma salade, je fais mon boulot

J’ai fait repeindre en blanc mon argent, dans un paradis

Où des gens arrangeants, obligeants, ont salué ma comédie

J’aimerais savoir 

Comment font les autres avec leur conscience

J’aimerais savoir

Encore un peu baigner dans l’insouciance

J’aimerais savoir 

Face au miroir

 

Hey boss, big big boss

Pour quoi, pour qui tu bosses?

Hey boss, roi du négoce

Tu délaisses ta femme, tes gosses

Hey boss, y a comme un os

Tu sais plus où t’habites

Hey boss, spéculateur précoce

Vas-y mollo ! Tu jouis trop vite

 

Une main fermée possède la chose ; elle ne lâche pas

Le poing serré et l’âme close… et voilà qu’on marche au pas !

Une main ouverte caresse l’instant, elle ne retient pas le temps

Qui comme le sable s’écoule et file entre les doigts les plus agiles

J’aimerais savoir

La petite voix qui me dérange

J’aimerais savoir

Si c’est à moi qu’elle chante « Change ! »

J’aimerais savoir 

Face au miroir

 

Hey boss, big big boss

Pour quoi, pour qui tu bosses?

Hey boss, roi du négoce

Tu délaisses ta femme, tes gosses

Hey boss, y a comme un os

Tu sais plus où tu vis

Hey boss, spéculateur précoce

Tu n’investis pas sur ta vie

Réfléchis-y !

 

Hey boss, big big boss

 

 

 

 

 

Vues : 71

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation