En ce samedi matin, je sursaute en lisant les premières lignes de la Lettre des Colibris : 

"Les périodes pré-électorales sont souvent pour nous des moments de malaise. Des débats en décalage avec la réalité, des programmes des candidats qui reflètent leur aveuglement, ou leur déni des vrais enjeux."

Une phrase qui met tous les candidats et tous les politiques dans le même sac, sans distinction. Si je comprends bien, le FN, l'UMP, le PS ou EELV, c'est la même chose ? Cela a des relents du "tous pourris" qui a fait la fortune des partis populistes, FN en tête. 

Alors oui, notre démocratie représentative a montré ses limites. Oui, on est en droit de douter de la sincérité de nos élites politiques. Et oui, il est indispensable de construire des contre-pouvoirs et même des pouvoirs citoyens, et les Colibris y contribuent, et c'est tant mieux. 

Mais on n'a pas le droit de mettre tous les politiques dans le même sac. Et on n'a pas le droit d'oublier qu'il y a des militants politiques sincères, animés de la volonté de changer la société pour le meilleur, tout comme les Colibris. Et il y a même certains de ces militants qui sont des Colibris !

Alors oui, je suis militant EELV, et je suis un Colibri. Et j'ai travaillé dur pour construire un programme de propositions pour un 11e arrondissement de Paris plus écologique, plus solidaire et plus démocratique. Parce que je crois que la transformation de notre société doit AUSSI passer par l'action politique, pour les citoyens et par les citoyens. 

Vous savez quel parti va gagner les élections municipales ? Celui des abstentionnistes. C'est à dire celui des citoyens qui ont renoncé à croire que la politique puisse contribuer à changer nos vies. Mais la politique, c'est nous ! Investissons les partis politiques qui sont les plus proches de nos idées et s'ils sont imparfaits, faisons-les changer ! Mais ce n'est pas en renonçant à la politique ou en dénigrant la politique que l'on fera avancer les choses.

Par ailleurs, je peux comprendre qu'un mouvement comme les Colibris ne prenne pas officiellement position pour tel ou tel parti, afin de respecter les idées de chacun de ses membres. Mais une phrase comme celle qui m'a fait sursauté ce matin n'est pas une phrase politiquement neutre. C'est une phrase populiste qui appelle au mépris du politique et à l'abstentionnisme. Et je le regrette. 

Vues : 133

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Abeille Libellule le 20 février 2014 à 7:03

Bonjour,

J'ose venir donner mon opinion… pour engager la discussion…
Tout ceci pour moi n'est que du discours, discours couru par les défenseurs des partis.
Dans les partis, il y a les militants de base, ils défendent de belles idées, ils y croient, ils font vivre le parti dans lequel ils militent. Ensuite, les décisions, de valider, ou mettre en place le projet exprimé, voir même rédigé, élaboré par les militants de base, sont prises par les dirigeants du parti, et souvent très loin du projet d'origine. 
Surtout, j'ai trop souvent remarqué que la préparation aux élections prend beaucoup de temps aux partis. Les tactiques électoralistes sont l'activité favorite des dirigeants des partis.
Finalement, seules des stratégies de pouvoir et de compétition sont de mises. 
Aussi, s'il faut changer de l'intérieur un parti alors qu'on y adhère pas, pourquoi se rendre complice de ce que certain appelle leur politique.
Je préfère distinguer la politique, celle qui nous est donné en spectacle actuellement instrumentalisée par le vote, de celle de "certains colibris", peut-être abstentionnistes, mais plus cohérents avec leurs convictions : rejeter ce système.
S'il est question de démocratie, qu'en reste-t-il? 
On a vu que finalement les décisionnaires n'hésitent pas, lorsque le résultat dit "démocratique" d'une élection ne correspond pas à leur projet, à changer ce résultat… Voir le résultat du non au traité européen. En quoi la remise en question du résultat de ce vote a été l'expression de notre avis??
En quoi la politique du PS est différente de celle de l'UMP? Que ce soit sur le plan économique, social, environnemental, l"immigration, l'armement, la finance, l"éducation, … ???
Oui, je cite ces deux partis, parce que ce sont eux qui sont élus, et que les autres ne sont pas au pouvoir.
Dans le système actuel seul le pouvoir peut décider des politiques menées, ou, des "colibris" posent des petits actes qui peut-être feront changer la façon de concevoir la politique.
Commentaire de Pierre JAPHET le 19 février 2014 à 23:43

Gregory,

J'apprécie beaucoup que vous ayez pris le temps de cette réponse, claire et pertinente. Et que vous compreniez ma réaction. Il me semble effectivement important que le message des Colibris ne soit pas mal interprété. Et de ce point de vue, certaines réactions à mon billet sur les pages Facebook de Pierre Rabhi et des Colibris font un peu peur...même si elles ne sont pas, j'en suis sûr, représentatives de l'opinion des Colibris.

Merci également à Nathalie MT pour son soutien. Je me sens moins seul ;-)

Bien cordialement,

Pierre

Commentaire de Greg le 19 février 2014 à 18:23

Pierre,
Je comprends votre réaction, et je suis bien désolé que vous ayez pu identifier cette phrase comme populiste, incitant à penser : "tous pourris". Maladresse de notre part, car ce n'était pas l'intention.
Mais, travaillant tous les jours à montrer qu'une autre société, plus écologique et plus humaine, est, non seulement possible, mais aussi en cours de construction, nous sommes toujours tristes de voir le décalage entre nos constats, nos propositions, et ce qui apparaît dans les médias et les programmes politiques.
Nous évoquions un paysage général, en gommant en effet les disparités des partis et de leur vision. Mais c'était juste un point d'entrée sur la suite du texte, et à savoir que l'action politique se trouve sur plusieurs plans.
Nous ne dénigrons pas l'action politique. Nous encourageons une nouvelle posture citoyenne, plus responsable. "Faire de la politique en actes", pour reprendre la formule de Pierre Rabhi. Par l'action individuelle, ou collective au sein de la société civile, chacun de nous contribue à transformer la société.
Le vote, bien sûr, fait partie de notre responsabilité. Et votre réaction m'a fait prendre conscience qu'il manquait certainement ce volet dans notre texte. Nous sommes convaincus que nous devons nous impliquer dans la démocratie existante, si imparfaite soit-elle. Elle engendre des devoirs, notamment celui du vote. Chacun doit être souverain, et ne doit pas laisser les autres décider à sa place. C'est aussi par respect pour ceux qui, dans de nombreux endroits du monde, n'ont pas ce droit.
Nous communiquerons davantage sur cet aspect dans les semaines à venir.

Cordialement,

Gregory David
Chargé de communication / Colibris

Commentaire de Nathalie MT le 18 février 2014 à 22:15

Je suis tout à fait d'accord avec votre commentaire. En tant que militante active pour le respect de tous, élue, citoyenne fortement impliquée dans la vie locale et associative, je trouve ce genre de phrase plus dangereuse qu'utile...et représente un paradoxe, car comment faire partie d'une société, avoir la volonté de la modifier en profondeur, voir porter des valeurs humanistes, sans prendre part à son fonctionnement afin d'essayer d'en faire bouger les lignes...

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation