Philippe Wahl, PDG du groupe La Poste, s'est exprimé sur les éventuelles transformations des métiers des facteurs !

Il n'aime pas trop qu'on le contredise, Philippe Wahl. Le PDG de La Poste est en mode enthousiaste et sûr de son fait, ce vendredi matin. Peut-être est-ce dû à la présence d'Edouard Philippe. Attendant de discourir devant les présidents des Départements français, à Marseille, le Premier ministre écoute la table ronde qui s'achève. "En dix ans, explique Philippe Wahl au micro, notre activité courrier a diminué de 45 %. Nous ne voulons pas diminuer le nombre de passages. Mais si nos facteurs ne changent pas de métier, ils n'en auront plus. Dans quinze ans, le courrier aura disparu. La numérisation de la société, mais aussi son vieillissement, sont des opportunités pour nous tourner vers les services à la personne à domicile ou l'aide sociale".

Dans l'amphithéâtre plein, les élus ruraux, nombreux, hochent de la tête, sourient ironiquement. Régulièrement, ils voient dans leur village des bureaux de Poste fermer, ou supplantés par des maisons de services publics. Parfois, c'est le commerçant de la place qui fait office de guichet. "Mais comment vous formez ceux dont ce n'est pas le métier ? Ça ne s'improvise pas les services d'aide à la personne!" intervient, agacé, Claude Léonard, président LR du Département de la Meuse. Philippe Wahl ne ralentit pas son rythme et tacle. "Vous parlez comme le syndicat Sud chez nous". Pendant que l'élu s'étrangle d'un "je suis exactement à l'opposé", le PDG de La Poste enchaîne. "Nous sommes déjà dans l'invention d'une nouvelle Poste. Depuis 2011 et la création de la Banque postale, nous avons formé à ces nouveaux métiers des gens qui avaient été embauchés comme facteurs lettres. On a d'ailleurs signé un accord social au sein du groupe pour des formations continues jusqu'en 2020."

Sans détour, le discours ne génère pas franchement les vivas de la foule d'élus locaux. À Claude Léonard qui craint "une concurrence déloyale de La Poste à l'égard des associations d'aides à domicile déjà fragiles", Philippe Wahl rétorque encore "travailler en partenariat avec elles. La révolution numérique donnera de la place pour tout le monde." Les postiers ont déjà commencé à muter de toute façon. Sachant que l'augmentation du nombre de colis ne compensera pas la chute vertigineuse du courrier, ils sont invités à se tourner vers la "silver économie". Depuis le printemps, les familles peuvent souscrire le service "veiller sur mes parents". Des expérimentations sont en cours, comme le recyclage du papier dans les entreprises ou l'organisation du code de la route. Le facteur ne devrait plus passer, en 2020, que la moitié de son temps à distribuer. Quitte à délaisser certaines zones, craignent les élus ruraux.

Dans le Var, La Poste expérimente sa première ligne de livraison par drones.

Tonneau

Vues : 70

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 24 octobre 2017 à 6:39
Commentaire de JF@ le 24 octobre 2017 à 6:37

JF@

© 2017   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation