NOTRE PREMIÈRE FUSION AU MONDE: LES ODEURS

"Manifeste pour la Terre et l'Humanisme" de Pierre Rabhi (p 58)
"Il nous faudra pourtant réhabiliter l'enchantement perdu si nous voulons échapper à l'incarcération de l'esprit et de l'imaginaire."
"La poétique de la rêverie" de Gaston Bachelard (1960) - 4ème

"Les images visuelles sont si nettes, elles forment si naturellement des tableaux qui résument la vie, qu'elles ont un privilège de facile évocation dans nos souvenirs d'enfance. Mais qui voudrait pénétrer dans la zone de l'enfance indéterminée, dans l'enfance à la fois sans noms propres et sans histoire, serait sans doute aidé par le retour des grands souvenirs vagues, tels que sont les souvenirs des odeurs d'autrefois. Les odeurs! premier témoignage de notre fusion au monde. Ces souvenirs (...), on les retrouve en fermant les yeux. On a fermé les yeux jadis pour en savourer la profondeur. On a fermé les yeux, donc tout de suite on a rêvé un peu. En rêvant bien, en rêvant simplement dans une rêverie tranquille, on va les retrouver. Dans le passé comme dans le présent, une odeur aimée est le centre d'une intimité. Il est des mémoires fidèles à cette intimité.(...)
Les chambres de la maison perdue, les couloirs, la cave et le grenier sont des gîtes pour les odeurs fidèles, des odeurs que le rêveur sait n'appartenir qu'à lui.(...)
Quel étonnement alors quand dans une lecture, une odeur singulière nous est communiquée, restituée dans la mémoire des temps perdus. Une saison, une saison personnelle tient dans cette odeur singulière.

"dans l'arôme amer et poisseux des bourgeons"

Qu' on cherche un peu: chacun trouvera dans sa mémoire l'odeur d'un bourgeon du printemps. Pour moi, l'arôme du printemps était dans le bourgeon du peuplier. Ah! jeunes rêveurs, écrasez entre vos doigts le bourgeon poisseux du peuplier, goûtez à cette pâte onctueuse et amère et vous aurez des souvenirs pour toute la vie.
L'odeur dans sa première expansion est ainsi une racine du monde, une vérité d'enfance. L'odeur nous donne les univers d'enfance en expansion. Quand les poètes nous font entrer dans ce domaine des odeurs évanouies, ils nous donnent des poèmes d'une grande simplicité. (...)

"L'accord des buis amers et des oeillets musqués"

Ces unions de deux odeurs appartiennent au passé. C'est dans la mémoire que se fait le mélange. (...) Tout un univers évanoui est gardé par une odeur. (...)
Quand en lisant les poètes, on découvre que toute une enfance est évoquée par le souvenir d'un parfum isolé, on comprend que l'odeur, dans une enfance, dans une vie, est, si l'on ose dire, un détail immense. Ce rien ajouté au tout travaille l'être même du rêveur. (...)
Dans les jours de bonheur, le monde est comestible. Et quand les grandes odeurs qui préparaient les festins me reviennent en mémoire, il me semble, en baudelairien que je fus, que "je mange des souvenirs". L'envie me prend soudain de collectionner chez les poètes tous les pains chauds. Comme ils m'aideraient à donner au souvenir les grandes odeurs de la fête recommencée, d'une vie qu'on reprendrait en jurant reconnaissance pour les premiers bonheurs.

Vues : 210

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Activité la plus récente

GAWELIK Katy a publié un statut
"Lutter contre malbouffe surconsommation Périco Légasse >…"
Il y a 1 heure
Billet de JF@
Il y a 2 heures
Icône de profilMarine Valette, BRANCHEREAU, Jaunr et 5 se sont joints à Colibris
Il y a 3 heures
Événements publiés par Valérie BOISNEAU
Il y a 20 heures

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation