Éoliennes sur les îles du Finistère

Difficile de parler de transition énergétique quand on s’éclaire et qu’on se chauffe au fioul !

Les îles du Finistère le savent bien et réclament depuis des années l’autorisation d’investir dans l’éolien. Ils viennent de l’obtenir. Mercredi, le Sénat a voté deux amendements autorisant les îles à utiliser le vent pour produire leur électricité, bravant ainsi la loi Littoral. Un soulagement. « Nous savons qu’il y a un potentiel. Cette décision, nous l’attendions », commente Dominique Salvert, maire de l’île de Sein. Habité par moins de 200 personnes en hiver, ce petit bout de terre situé au large de la célèbre pointe du Raz a enclenché sa transition énergétique il y a plusieurs années et espère être indépendant en 2030. « Nous avons d’abord isolé nos bâtiments communaux et sensibilisé la population, avant d’installer 1.000 m² de panneaux photovoltaïques sur les toits de nos bâtiments », énumère le maire.

En quelques années, la consommation de la population a baissé de 20 %. « Les jours de beau temps comme mercredi, on a pu éteindre les groupes électrogènes pendant dix heures », poursuit le maire. Son île n’est pas la seule à avoir enclenché le mouvement. A Ouessant ou à Molène, la dynamique est la même. « Cette dérogation à la loi Littoral, encadrée, nous semble pleinement justifiée si l’on veut que ces îles restent des lieux de vie », avait déclaré le sénateur écologiste du Morbihan Joël Labbé, qui a porté le projet avec d’autres élus bretons. Sur l’île de Sein, deux petites éoliennes de 12 mètres de haut ont déjà été installées, mais il était impossible de grimper plus haut. « Ce qu’il nous faut, c’est un mix énergétique. Nous avons étudié la possibilité d’installer un mât de 30 mètres. Nous attendions cette décision », poursuit le maire Dominique Salvert.

Y aura-t-il des opposants à ces installations ? Difficile à dire. Pour l’heure, seul le ministre de la cohésion territoriale Jacques Mézard a donné un avis défavorable. « Ces amendements montrent bien qu’il y a toujours une bonne raison de vouloir une dérogation. Si on les prenait toutes en compte, il n’y aurait plus de loi Littoral ».

AFP

Vues : 54

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 21 juillet 2018 à 6:58
Commentaire de JF@ le 21 juillet 2018 à 6:54

JF@

© 2018   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation