"(...) Trente années se sont écoulées depuis la première mise en garde du club de Rome (1968 - attention ! les ressources ne sont pas inépuisables) jusqu’aux années 1990 où la quasi-totalité des gouvernements reconnaît enfin la justesse de cette lapalissade.

Que de temps perdu ! mais comme dirait Fred Vargas : « on s’est quand même bien amusé ! ».

Désormais, alors que la réalité s’impose avec rigueur, le capitalisme nous sort un lapin blanc de son chapeau noir et nous exhorte encore à y croire. Un petit coup de Ripolin vert sur le lapin et c’est une croissance durable qui assurera le maintien de notre prospérité économique. « Je ne vois pas où est le problème » assure notre président ou encore « Allez voir parler de décroissance aux chômeurs » ou aussi « Allez donc dire aux pays pauvres que la croissance c’est du passé ».

Plus de libre-arbitre dans notre comportement

Devant tant de mauvaise foi, il faut respirer profondément et faire appel à nos ressources les plus enfouies pour convoquer notre non-violente sagesse et notre détermination à mener un combat politique.

A aucun moment, ce système ne sollicitera le citoyen à consommer moins. Dans le meilleur des cas, il lui sera demandé de consommer mieux, c’est à dire de façon moins polluante mais uniquement pour pouvoir consommer plus. (Désormais, grâce à l’A 380 qui, comme chacun sait, offre un meilleur ratio consommation/passager, il nous sera possible d’aller nombreux encourager le handballeur Thierry Henry lors de la coupe du monde de football en Afrique du Sud.).

D’ailleurs, comment faire pour consommer moins lorsque l’on gagne beaucoup ? ( par rapport à la moyenne mondiale) la voilà bien la quadrature du cercle !

Allez, j’ose une hérésie économique : travaillons moins, mais travaillons tous. Si la responsabilité de ceux qui nous gouvernent est grande face à l’avenir désastreux qu’ils nous préparent, la nôtre ne l’est pas moins devant les générations futures à qui nous n’avons fait qu’emprunter cette Terre.

Plus de fierté à donner du sens à nos vies
(...)
Désormais, notre rôle consistera à dénoncer cette imposture. La tâche est suffisamment ardue pour mobiliser non seulement notre énergie mais aussi notre fierté d’être humain.

Il ne faut pas craindre de s’affirmer militant pour l’édification d’une société qui donnera une part plus importante à la réalisation de l’Homme.

Désencombrons nos vies !

« Modifier ses habitudes est l’une des vraies grandes libertés qui nous est laissé » Fabrice Nicolino (Bidoche)

Aussi ce proverbe zen : « La richesse d’un homme s’apprécie aux choses dont il est capable de se passer ».

Le terme « sobriété heureuse » martelé par Pierre Rabhi ne manque pas de saveur en cette période de fêtes où, par exemple, des milliers de téléphones portables en état de marche vont partir à la poubelle pour laisser place à une nouvelle génération de portables avec des fonctions supplémentaires absolument IN-DIS-PEN-SABLES (et tout cela ‘parce que je le vaux bien’ !).

La première des insurrections, celle que l’on peut réaliser à l’instant, c’est décoloniser notre esprit de la pensée unique ‘consumériste’ que véhicule le système pour notre plus grand malheur.

L’échec du sommet de Copenhague ne doit pas seulement nous motiver pour faire pression collectivement sur les autorités politiques mais il doit toucher aussi notre amour propre là où ça fait mal : « Même si l’humanité court à la tragédie, ce sera sans moi ».

Si chacun rentre dans sa coquille, celle-ci se brisera un jour sous le poids de l’aliénation et de la servilité au système.

Au contraire, « Toute conscience qui s’éveille et agit a déjà triomphé de la fatalité » Pierre Rabhi – Manifeste pour la Terre et l’Humanisme.

Forts de cette maxime, il nous incombe de déclarer 2010 Année insurrectionnelle."


Source : Courriel à Reporterre.(http://www.reporterre.net/spip.php?article847)
L’auteur : René Grappe est président de l’APIC 25

Vues : 81

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation