Pacte de la Transition

REGIONALES 2015

Liste :


Contact :

TRANSITION ENERGETIQUE

Transition car notre système actuel met en danger notre propre avenir. Personne ne conteste plus le réchauffement et dérèglements climatiques, la surexploitation des ressources, insécurité alimentaire, pollutions qui s’accumulent dans l’air, l’eau et la terre, appauvrissement des terres nourricières, disparition des paysans.

Nous sommes les témoins et acteurs de cet écocide. Les générations futures, l’humanité, la vie telle qu’on l’a connue est en danger. La nature a subi des détériorations sans précédent.

La nature ne peut pas être dupée.

On voit où nous mène ce modèle, d’où le mot transition pour créer un nouveau modèle, pour construire un avenir viable, beau, bon et juste.

Sans avidité du pouvoir, sans peur ni violence, nous servons des valeurs où les biens communs et la terre ont un caractère sacré.

Notre planète est un milieu fini, ses ressources sont limités et ne peuvent satisfaire ad vitam eternam l’avidité de milliards d’être humain. On voit où nous mène ce modèle. D’où le mot transition pour créer un nouveau modèle, pour construire un avenir viable, un autre paradigme.

Quelles actions concrètes mettre en œuvre sur notre territoire pour prendre en main notre avenir

Etat des lieux

Nos besoins essentiels à satisfaire : santé, logement, éducation, alimentation…

Les crises économiques, financières et sociales se conjuguent avec la crise écologique.

La croissance économique peut être infinie mais pas la croissance écologique.

La terre et l’Humanité gravement menacées, le désastre de l’agriculture chimique et industrielle avec l’usage massif d’engrais chimiques, de pesticides et de semences hybrides et la mécanisation excessive, a porté gravement atteinte à la terre nourricière et à la culture paysanne. Ne pouvant produire sans détruire, l’humanité s’expose à des famines sans précédent.

Diagnostic

La France représente 1,9 % de la consommation d’énergie finale dans le monde, 13,9 % de l’EU
Secteurs en 2011 : Transport : 32%, Industrie :21% ,Résidentiel Tertiaire : 44% , Agriculture : 3% cf. SOeS 2011

GES Français : Transports : 26%, Agriculture sylviculture : 20 %, Résidentiel tertiaire 19 %, Industrie manufacturière 18 %, Industrie de l’énergie : 13%, Déchets : 4 % cf. CITEPA 2012

1/6 de l’humanité n’a pas accès à l’eau potable

795 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, 3,1 millions d'enfants de – de 5 ans meurent chaque année. cf. fr.wfp.org 2015

Le monde consomme en 6 semaines autant de pétrole qu’il en consommait en 1 an en 1950 cf. w3 worldwatch.org

Les ressources vivantes ont déclinés de 40% entre 1970 et 2000 cf. UNESCO et 70% des espèces végétales sont en cours d’extinctions.

Les animaux d’élevages conventionnel sont en partie nourris avec du soja importé d’Amérique du Sud, à 80 % OGM.

100 kg d’engrais équivaut à 10 000 KM en voiture. Cf. SOLAGRO

Les espèces marines sont en dangers, surpêche, les prises accessoires, la pollution chimique et sonore, la destruction de l’habitat et la collision avec les navires. A titre d’exemple 300 000 cétacés disparaissent.

Massacre de la biodiversité, l’édition 2013 de l’UICN indique que 30 % des espèces étudiées sont menacées. Parmi ces espèces 41% des amphibiens, 13% des oiseaux,31 % des requins et des raies, 33% des coraux, 34% des conifères et 25 % des mammifères sont menacés d’extinction au niveau mondial.

A titres d’exemples en Afrique plus de 12 000 éléphants disparaissent chaque année, 97 % de tigres en moins 93 % de leur territoire supprimé, la déforestation massive supprime la biodiversité. Il ne reste plus que 1 600 pandas dans le monde et 250 jaguars dans la forêt tropicale Atlantique, dont 50 en âge de procréer.

Le dauphin de chine, disparu, Le tigre de Tasmanie, disparu, la grenouille du Costa Rica disparue, le Bouquetin et Ours des Pyrénées, disparus, le Canard d’Oustalet, disparu, la Moule bivalve de l’Adour, disparue.

A l’échelle de temps humaine, c’est pour toujours qu’une espèce animale ou végétale disparaît. La réduction du patrimoine naturel sur le plan éthique est inacceptable. Inacceptable également les incidences écologiques et économiques. L’écologie scientifique dans son approche pluridisciplinaire prouve tous les services rendus par la biodiversité. La diversité génétique, la diversité des espèces, l’équilibre des systèmes écologiques et la fonctionnalité des écosystèmes dans leur diversité est notre support de vie entre compétition, coopération et symbiose. Cf. Gilles Bœuf

75 % de nos cultures dépendent des pollinisateurs, pourtant les abeilles sont en voie de disparition. Une des causes majeures du déclin est l’agriculture industrielle. Le modèle agricole dominant, mis en place dans les années 50, est fondé sur une agriculture mécanisée, intensive, gourmande en intrants chimiques toxique ayant recours aux manipulations génétiques et en énergie fossiles.
Les conséquences environnementales et sanitaires sont effroyables.
Les pesticides dans nos champs et nos assiettes ont des conséquences néfastes du point de vue environnemental et sanitaire. Aucune information n’est directement communiquée aux consommateurs.
Si j’empoisonne la terre, je vais trouver en moi le poison et développer la maladie. Nous sommes relier à ce qui nous nourris. Cf. Pierre Rabhi

Le paysan a un rôle essentiel car c’est lui qui va nourrir le corps humain. Le paysan prend soin de sa terre parce qu’elle est vivante. Si la terre est saine la plante va collecter les substances les plus nobles dans la terre. Lorsque je vais manger cette plante elle va me transmettre à son tour les substances les plus nobles. Donc je vais être connecté aux puissances de la vie.

L’approvisionnement de cantines avec les produits AB contribuent à la structuration de filières locales, génératrices de développement économique et plus efficiente.

La Qualité de l’Alimentation : dans l’acte de se nourrir, une conscience nouvelle s’éveille.
- Qu’y a-t-il dans l’assiette
- Quel goût à le repas
- Quel effet je ressens quand j’ai fini de manger

Il est 20 fois moins couteux à la collectivité d’éviter la pollution de l’eau en soutenant l’AB , plutôt que de se contenter de traiter l’eau polluée. Cf. FNAB
L’empreinte écologique est acceptable en AB, plus de 50 % des fermes AB pratiquent la vente en circuits court. Cf. AGRESTE. La bio crée de l’emploi en zone rurale.
Pour manger sain, la solution est de manger des produits bio et locaux. Cf. UIPP
L’ Agriculture Biologique est le mode de production agricole le plus contrôlé de France. Cf. gouv.fr

La qualité des paysages et la préservation des ressources naturelles sont profitables à la qualité de vie des habitants.

La transition énergétique est le passage d’une société fondée sur la consommation abondante d’énergies fossiles, à une société plus sobre et plus écologique. Ce nouveau modèle est plus juste, porteur d’emploi et d’activités économiques. Cf. Ministère de l’écologie du dd et de l’énergie.

Décisions

Laisser à nos enfants une terre dans un aussi bon état qu’elle l’était, que quand nous sommes arrivés.

Veiller à la préservation des richesses du territoire : forêts, zones humides, lutte contre l’érosion des sols…

Créer les conditions pour basculer d’une agriculture d’exploitation, polluante et émettrice de GES à une agriculture écologique respectueuse de l’environnement, réductrice de GES et créatrice d’emplois.

Notre pays s’est engagé à réduire sa consommation d’énergie et ses émissions de GES de 20 % d’ici 2020 et de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 % à 50 % d’ici 2025. DNTE

Formalisation d’un plan d’actions, pour chaque périmètre.

Actions

Conscients-tes de la nécessité absolue d’agir contre le changement climatique et pour la transition écologique et énergétique, si nous sommes élus-es NOTRE LISTE S’ENGAGE À :

Urbanisme :

  • Réviser les documents d’urbanismes :
    a) Maintenir les zones A, pour ne pas artificialiser davantage d’espaces naturels et agricoles et à utiliser au besoin le Droit de Préemption afin de conserver, voire de convertir en bio les terres agricoles.
    b) Intégrer une trame verte et bleu.
    c) Contribuer au développement de l’agroécologie
    d) Intégrer au PLU un cahier Développement Durable

  • Favoriser la plantation d’arbustes d’espèces comestibles.

  • Etudier la tarification progressive de l’eau.

Education :

  • Améliorer la gestion des bio-déchets

  • Promouvoir l’éducation à l’environnement dans les temps scolaires, périscolaires et de loisirs.

Faire connaitre aux chefs d’établissements la politique environnementale de la région et en retour leur demander d’être tenu informé du projet d’établissement appelé plus communément la feuille de route. En retour, diffuser au grand public la feuille de route des chefs d’établissements.

Sensibiliser et informer dans les établissements scolaires les vertus de l’écologie : mise en place d'ateliers d'éducation « bio » types poulaillers, ruchers, jardins, vergers…

Agriculture :

  • Économiser l’espace, préserver et développer le foncier agricole biologique

  • Développer des circuits courts de proximité

  • Notifier et inclure dans les marchés publics un critère de valeur pour les attributions aux produits bio et locaux, à titre d’exemple avec l’empreinte écologique ou l’énergie grise.

Les circuits courts de proximité sont des modalités de commercialisation de produits agricoles

répondant à deux caractéristiques : le nombre d’intermédiaires entre le producteur et

le consommateur (vente directe ou un seul intermédiaire), et d’autre part l’ancrage territorial de

la transaction.

Développer les circuits courts c’est réduire les transports, valoriser les ressources locales, encourager le développement du territoire et de l’emploi local.

A faire preuve d’exemplarité en ce qui concerne la restauration collective. Ainsi ils seront approvisionnés dès le début du mandat en produit bio et locaux, en visant à terme le 100 %.

Transport :

  • Prévoir l'accessibilité pour tous les usagers et faciliter les déplacements à pied et à vélo.

  • Prévoir la gratuité ou une participation libre ou un tarif faible c'est en même temps s'assurer d'une meilleure utilisation des transports en commun.

  • Favoriser le covoiturage par la mise en place de sites gratuits.

  • A réaliser des aménagements continus et sécurisés, à poser des glissières de sécurité le long des accotements en rase campagne.

Energie :

  • Réaliser un audit énergétique de l’ensemble des bâtiments et à initier la rénovation très performante de ces bâtiments

  • Suivre et optimiser les consommations énergétiques

  • Enclencher la réhabilitation énergétique du patrimoine bâti public

  • Souscrire à ENERCOOP pour une électricité 100% renouvelable

La triptyque NEGAWAT : réduire les consommations énergétiques, améliorer l’efficacité énergétique, développer les énergies renouvelables.

La Participation Citoyenne

  • Créer un observatoire des engagements de campagne.

  • Créer des Commissions extra-régionales, composée des volontaires parmi des citoyens tirées au sort. Après formation technique et délibération ceux-ci formuleraient des recommandations.

  • Impulser et soutenir la mise en place de jardins partagés.

  • Aider matériellement les créateur de monnaie complémentaire locale.

Vues : 83

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation