Lettre ouverte à mes amies femmes...

Bonjour. Oui, c’est à toi la femme à qui je m’adresse. A ton corps de chair qui enveloppe cette inconnue. Qui es tu ? Souvent tu t’es posé cette question, n’est-ce-pas ?  Tu sens au fond de toi, cette grandeur qui cherche à s’exprimer, tu as tellement envie de donner de l’amour et en même temps d’être aimée. Alors pourquoi ta vie n’est pas à la hauteur de ce merveilleux que tu portes dans tes entrailles ? Parfois, la pensée de pouvoir faire autrement, de vivre autrement traverse ton esprit, et puis prise dans le tourbillon de la routine professionnelle, prisonnière des conditionnements, sacrifiée à tous ceux qui t’entourent, tu oublies et renonces, en pensant que c’est un doux leurre (douleur) qui t’a traversé.

Mais aujourd’hui la pensée martèle ta tête, sans relâche, tes mâchoires serrées te font mal jour et nuit. Tu n’en peux plus d’avancer dans la direction fausse, sans pouvoir exprimer cette force Vénusienne qui est tienne. Le nouveau doit se produire, le fruit doit être cueilli, offert et partagé.

Comment le faire ? Comment le mettre en place ? Où et comment ?

Tu désires parler de cette envie qui te tenaille à d’autres femmes identiques à toi. Tu cherches avec qui tu pourrais partager le Secret.

Quelques noms viennent sur tes lèvres. Oui, peut-être il ya quelque chose à faire ensemble. Tu n’es pas seule. D’autres femmes ressentent le même désir de porter en lumière ce qui les habite au plus profond de leurs entrailles.

Chacune aura quelque chose de différent à découvrir et à donner en partage, mais toutes sont mues par le même langage. Le langage de la Vie, celle que nous ne vivons pas encore, celle qui demande à être vécue au plus vite, le temps presse. Le Temps est là. C’est la Bonne Heure, c’est le bonheur.

 

C’est donc toi que j’appelle, si tu m’entends…. Car moi j’ai été appelé, un jour, plusieurs jours, plusieurs fois, à plusieurs endroits différents. Et la représentation de la Femme, celle qui nous porte toutes en son Cœur, m’a dit de cœur à cœur, des mots que l’on n’entend pas avec les oreilles. Ça ressemblait à cela : « un jour tu parleras de Moi ! , oui tu parleras de Moi …»

Ah ? Qu’est-ce-que cela veut dire ? Je ne comprenais pas…. J’avais un peu peur de ce que j’aurai à faire plus tard…. Puis le contact intime s’est produit encore et encore, télépathiquement, dans une église, dans la nature, dans l’eau, en méditation, en prière, en pleurs, en souffrance, en résistance….

 

Elle, la grande Mère, habite de plus en plus mes pensées, mais aussi de plus en plus mon corps…. C’est elle j’en suis sûre qui me remémore dans mon corps des choses que j’avais bien enterrées.. pour ne plus y penser…. Parce que c’était insupportable la façon dont j’avais traité mon corps de femme dans le passé, dans cette vie et dans d’autres vies antérieures.  Alors je me culpabilisais, en silence, sans l’avoué…. Je me taisais pour à jamais oublier….

Mais, son Amour m’invite à revisiter mes zones d’ombre, non pas pour me condamner, mais pour m’apprendre à me pardonner. Oui, tout ce que tu as cru mal faire, je t’invite à le regarder d’un œil nouveau. Déterre la hache de guerre que tu as initiée contre toi-même, et regarde avec amour et compassion ce que tu croyais être mauvais. Ce n’était que le résultat de facteurs tellement nombreux, imbriqués les uns dans les autres, aux causes multiples que tu ne peux en porter seule la responsabilité. Le temps est venu de te libérer de ces chaînes, en le faisant, tu aides les autres femmes à se libérer aussi, car le même cordon ombilical toutes nous réunies.

 

Et toi, mon amie, que dirais-tu de ta vie de femme ? de ta condition de vie ? As-tu quelque chose à partager ?

 

Merci, avec Amour,

Rosaria.

 

Vues : 127

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation