Comment se fait-il que les êtres humains, qui sont très informés sur ce qu'il se passe depuis longtemps, n'ont pas le cerveau équipé pour réagir efficacement aux informations sur l'état de la Terre, le réchauffement climatique ? Pourquoi n'agit-on pas ? 

La réponse à cette question est difficile. Il y a un élément que j'aime bien mais qui n'explique rien : c'est une expression qui est beaucoup utilisée au Québec. Cela s'appelle le PFH. Vous savez ce que c'est ? Eh bien, c'est le putain de facteur humain. C'est ce qui fait que sachant tout cela, on ne passe pas de ce qu'on sait à ce que cela implique, répond Hubert Reeves.

Pourquoi ? Les raisons sont multiples et les psychologues nous les expliqueront ou pas. Il reste qu'il y a cette résistance pour les humains de regarder les choses en face, précise l'auteur de Poussières d'étoiles (éd. Seuil). Comme disait Chirac : 'Notre maison brûle et nous regardons ailleurs'. Et pourquoi regardons-nous ailleurs quand la maison brûle ? Je ne sais pas.

Notre devoir est de rendre évidents les faits, poursuit le vulgarisateur scientifique. Il faut dire exactement ce qu'il en est, la vérité, sans jamais exagérer dans un sens ou dans l'autre. Et il faut aussi ne pas décourager. L'attitude la plus dangereuse est celle de celui qui dit 'C'est foutu ! Il n'y a plus rien à faire'. Quand on dit 'C'est foutu !'... c'est foutu !

franceinfo

Vues : 393

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 16 mars 2019 à 7:20
Commentaire de JF@ le 16 mars 2019 à 7:17

JF@

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation