JEUNESSE

 

 

JEUNESSE    OH  JEUNESSE

 

 

Comme un éclair tu m’as ébloui !

mais tu es passée sans dommage pour autrui.

 

Quarante coups vont sonner et je suis encore à me demander,

si les 19 printemps de ma fille ne sont pas là pour me rappeler,

mes tendres années.

 

 

JEUNESSE OH JEUNESSE – je ne  t’ai pas complètement perdue,

Car mes tendres années je les ai revécues avec toi ma petite fille,

Je les ai retrouvées et même doublement puisque nous étions deux.

 

 

JEUNESSE  OH  JEUNESSE – si on le veut vraiment tu reste,

Et tu nous accompagne tout au long de cette vie,

Qui vaut vraiment la peine si on aime et on ri !

De la voir passer avec peine et nostalgie de ne pouvoir avoir deux

vies

 

 

 

FLORA

Vues : 215

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation