Pollution par désodorisants d'intérieur

Contrairement à l'idée que l'on pourrait s'en faire, les désodorisants aux huiles essentielles peuvent contenir des ingrédients indésirables !

Et parfois même en grand nombre. C'est en tout cas le cri d'alarme de 60 Millions de consommateurs dans son numéro de juin. "Nombre de ces produits polluent l'air intérieur et exposent les voies respiratoires et la peau à des molécules allergisantes et irritantes" écrit ainsi le magazine sur son site Internet.

Test à l'appui –60 Millions de consommateurs a passé au crible 12 aérosols et sprays ainsi que 5 diffuseurs passifs–, le magazine s'inquiète de la présence "pas systématiquement affichée" de substances potentiellement allergisantes dans certains de ces produits. Limonène, géraniol ou encore linalool sont particulièrement retrouvés dans les échantillons. Certains produits émettent aussi des "composés organiques volatils (COV) en quantités parfois élevées" ajoute 60 Millions de consommateurs. "Nous n'avons pas été surpris de retrouver des allergisants mais nous avons été surpris par les quantités de COV alors qu'il n'y a pas de combustion" explique Victoire N'Sondé, journaliste à 60 Millions de consommateurs et co-signatrice de l'article.


Deux produits se distinguent par un nombre important d'ingrédients indésirables: un spray aérien Puressentiel et un spray assainissant aux huiles essentielles Baccide. Tous deux en comptaient 23. Le magazine épingle notamment Puressentiel qui "bat des records en substances parfumantes allergisantes libérées dans l'air avec des émissions qui atteignent 2.900 microgrammes (µg)/m3 en limonène et 1.200 µg/m3 en linalool". A l'inverse, 60 Millions de consommateurs accorde un bon point à un spray Etamine du Lys : "zéro allergisant en inhalation, et un des sprays les moins polluants de l'essai" note le magazine. "C'est un article alarmiste qui ne correspond ni à la réalité scientifique, ni à la réalité sociétale" s'indigne Jean-Marc Giroux, docteur en pharmacie, président de Cosmed et coordinateur du Consortium huiles essentielles, dont Puressentiel est notamment adhérent. Il souligne l'importance d'une utilisation "dans le cadre normal" et rappelle qu'en termes de pharmacovigilance pour les huiles essentielles, "près de 100% des signalements sont liés à des mésusages".

Autre problème de l'article de 60 Millions de consommateurs selon lui : "Dans leur tableau, il y a des désodorisants comparés à des biocides". Les biocides ? Des produits destinés à lutter contre des organismes nuisibles soumis à une réglementation spécifique. D'où le conseil de Jean-Marc Giroux pour choisir son désodorisant : "Il faut déjà regarder si c'est bien le produit dont on a besoin puis vérifier qu'il contient des huiles essentielles, et pas des "extraits d'huiles essentielles", et pas d'autres ingrédients hormis de l'alcool.

Enfin, la mention HEBD pour "Huile essentielle botaniquement définie" est gage de qualité.

Xandry

Vues : 143

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 27 mai 2018 à 7:20
Commentaire de JF@ le 27 mai 2018 à 7:17

JF@

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation