jeudi 7 juin 2012 à 19h30


Projection-débat « La Ganga »

documentaire de Lisandro Costa (89', Argentine)

Proposée par Le collectif Pico y Pala

Projection suivie d'un débat avec

  • Raquel Neyra (Tierra y Libertad) et
  • Gregory Lassalle (journaliste et membre du collectif Guatemala).

Synopsis :

L'économie d'extraction fait des ravages en Amérique Latine. Depuis le début des années 2000, des compagnies minières viennent faire sauter des montagnes avec la bénédiction des gouvernements nationaux. Sans vergogne, elles pillent les ressources naturelles, polluent l'environnement et exploitent les populations afin d'extraire de l'or au plus bas coût possible.

Face à ce qu'ils considèrent à juste titre comme une nouvelle forme de colonisation, des comités locaux de mobilisation se sont constitués. Depuis une dizaine d'années, les gens se forment, s'informent et s'organisent pour lutter contre une économie folle, dévastatrice.

En savoir plus :

http://www.doculaganga.blogspot.fr/
http://www.lelieudit.com

[PDF] 

Sous le darshan de Ganga Cahier de production d'un projet ...

 [PDF] 

Un poème en images sur « le » fleuve de l'Inde, Ganga, la mère, eau primordiale d'où viennent et où retournent toutes choses. « Eau-Ganga » signifie étymologiquement en sanskrit : « ce qui coule vite ». Le mot indique le mouvement de la vie, il parle aussi du mouvement vers la mort. Dans la civilisation indienne : « la vie vient de l'eau et retourne à l'eau », elle incarne une matière essentielle. Une scène montre en particulier ce pouvoir de l'eau. Une vieille femme recueille, tout en formulant des prières, l'eau dans un vase et la verse dans le Gange. Elle renouvelle sans cesse ce geste. Elle mime le passage de la vie et de la mort, elle procède à l'acte purificateur. Grand Prix du Festival du cinéma du réel 1986.

 

PDF] 

Sous le darshan de Ganga Cahier de production d'un projet ...

 [PDF] 

Un poème en images sur « le » fleuve de l'Inde, Ganga, la mère, eau primordiale d'où viennent et où retournent toutes choses. « Eau-Ganga » signifie étymologiquement en sanskrit : « ce qui coule vite ». Le mot indique le mouvement de la vie, il parle aussi du mouvement vers la mort. Dans la civilisation indienne : « la vie vient de l'eau et retourne à l'eau », elle incarne une matière essentielle. Une [PDF] scène montre en particulier ce pouvoir de l'eau. Une vieille femme recueille, tout en formulant des prières, l'eau dans un vase et la verse dans le Gange. Elle renouvelle sans cesse ce geste. Elle mime le passage de la vie et de la mort, elle procède à l'acte purificateur. Grand Prix du Festival du cinéma du réel 1986.

 

pico y pala

Un collectif de diffusion du cinéma engagé latino-américain.

Nous sous-titrons les films, les archivons, et organisons des projections-débats, pour mettre en lumière des problématiques politiques et sociales d'Amérique latine, tout aussi bien d'actualité en France, et donner à voir une autre utilisation de l'outil cinématographique, en dehors des circuits commerciaux.

Nous soutenons les cinéastes et les mouvements sociaux, par le biais de la vente de films et de caisses de soutien.

 

"Jusqu'ici, tout va bien." - indigné révolté

Vues : 109

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation