Promesses santé pas bonnes à avaler

Des infusions détox, des margarines qui stabilisent votre taux de cholestérol, des décoctions "anticancer" ou encore des granulés qui aident à trouver le sommeil : Les supermarchés regorgent de ces produits dont les étiquettes vantent les vertus pour notre bien-être et notre santé !

Des mérites très hypothétiques, la plupart de ces affirmations reposent en réalité sur du vent, dénonce Foodwatch, qui épingle ce jeudi 21 mars une vingtaine de produits. "Les rayons des supermarchés ont un peu ces airs de foire, comme au temps où des charlatans vendaient du haut de leur roulotte leurs élixirs aux vertus miraculeuses", souligne l'ONG, dans un communiqué. Dans le viseur de Foodwatch, on retrouve des produits de marques bien connues comme Lipton, La Tisanière, Tropicana, Innocent, Ricola, Fitness (Nestlé), Gerblé, Fruit d’Or... Toutes promettent monts et merveilles aux consommateurs : la ligne, le "bien-être du foie", et bien-sûr la "détox". Le tout, sans le moindre fondement scientifique.

Parmi ces marques, Elephant, qui appartient au géant de l'agroalimentaire Unilever, brille par son insolence en osant commercialiser une infusion baptisée "Détox, pas d’intox". Certes, ce produit contient bel et bien de la Reine des près, une plante censée avoir des vertus drainantes et d’élimination. Mais cette allégation n'a fait l'objet d'aucune validation par les autorités, et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait même contesté ses vertus pour la santé en rendant un avis négatif à son sujet en 2010. Autrement dit, Elephant affirme sur l'emballage que sa promesse santé n'est pas une intox... alors qu'il s'agit bel et bien d'une intox.

Pour dénoncer cette promesse qui fleure bon une forme de "healthwashing", et qui est emblématique des pratiques de nombre d'industriels, Foodwatch lance donc une pétition ciblant cette infusion. "En tant que leader du marché, Unilever doit montrer l'exemple, en arrêtant d'utiliser une allégation pas encore validée et en retirant la mention "Détox, pas d'intox". Mais Elephant, insiste Foodwatch, n'est une exception : il est fréquent que les allégations santé mises en avant par les industriels sur certains de leurs produits se révèlent être en réalité de fausses promesses. Car le plus souvent, elles n’ont tout simplement jamais été validées par les autorités.

Ce rôle revient en principe à la Commission européenne. Mais selon l'ONG, plus de 2.000 allégations santé sont actuellement en attente de validation (ou non) depuis 2012. "Pendant ce temps, le flou profite aux industriels, qui sont autorisés à les utiliser", s'indigne l'association. Enfin, l'ONG pointe du doigt les allégations santé telles que "antioxydant", "vitalité" ou "énergie", qui sont présentes sur des produits souvent beaucoup trop sucrés, affichant un nutriscore D - sur une échelle qui va jusqu’à E.

"Il est aujourd'hui possible de faire passer des produits pour très sains alors qu'ils sont en réalité très sucrés", fait remarquer Mégane Ghorbani.

Billard

Vues : 51

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 24 mars 2019 à 7:10
Commentaire de JF@ le 24 mars 2019 à 7:10

JF@

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation