Relâchement étiquetage des produits

Avec la crise sanitaire liée au Covid-19, certaines obligations de traçabilité ont été assouplies, et certains groupes agroalimentaires n'ont pas tardé à montrer un "relâchement" dans la fiabilité de l'étiquetage de leurs produits !

Pour Camille Dorioz, responsable de campagnes pour l'ONG Foodwatch qui lance une pétition pour réclamer plus de transparence pour l'étiquetage des produits, "il y a un manque de transparence" de la part de la grande distribution et "le consommateur doit être au courant de ces changements".

C'est un problème d'approvisionnement qui serait à l'origine du problème ?

Camille Dorioz. C'est clairement l'origine du problème et ce n'est pas le souci que l'on pointe. La réponse mise en place pour éviter toute pénurie est évidemment la bonne. La question que l'on pose c'est : "pourrait-on aller plus loin en termes de transparence pour le consommateur ?". Le consommateur doit être au courant de ces changements, qui d'habitude ne sont pas du tout tolérés, sont illégaux. Là, il y a une entorse à la règle avec des changements sur les produits. Les étiquettes ne disent pas clairement ce qu'il y a dans les produits ou l'origine des produits.

Ce que l'on réclame aujourd'hui c'est que les distributeurs de ces produits indiquent dans les rayons et sur leurs sites internet exactement ce que sont ces produits et quelles sont les erreurs qu'il y a dessus.

Est-ce qu'il y a eu un phénomène d'opportunité pour certaines entreprises ?

On ne peut pas le savoir, mais ce que l'on voit c'est qu'il y a un manque de transparence. Même sur le site des autorités où sont répertoriés tous ces changements. Une trentaine aujourd'hui, il y en aura peut-être plus au fur et à mesure. Mais ce que l'on voit sur ce site c'est que tout le monde ne joue pas le jeu. Il n'y a aucune justification, on ne comprend pas pourquoi il y a eu ces changements et on ne comprend pas parfois la durée dans laquelle ils vont avoir lieu. Parfois, certains disent qu'ils changeront l'origine du produit jusqu'à la fin de la crise. Pour nous ce ne sont pas des justifications ou des durées valables. 

Nous voyons aussi par exemple des produits comme des courgettes en bocaux qui vont être maintenant d'origine espagnole mais étiquetées d'origine française, et vendues durant les trois prochaines années. Donc pendant trois ans, le consommateur va pouvoir acheter des produits dans les rayons qui seront étiquetés "origine France", alors qu'en fait ce sera de l'origine espagnole. Ce que l'on dit c'est que nous avons le temps maintenant, mettons cette information dans les rayons, sur les sites internet pour informer le consommateur.

Vous dites que s'il n'y a pas cette transparence, il peut y avoir anguille sous roche ?

Il peut y avoir anguille sous roche, et surtout la transparence est nécessaire. Le consommateur veut faire le choix de l'origine France, des œufs de plein air et même s'il faut éviter les pénuries, il faut qu'il ait conscience dans son acte d'achat. Nous avons eu un contact avec Picard qui était derrière de l'ail qui n'était plus d'origine France, mais d'origine espagnole. Ils nous ont contacté et assuré qu'ils mettraient en place un étiquetage en rayon et sur leur site internet pour informer le consommateur. Ce sont les premiers à s'engager très clairement envers Foodwatch et envers les consommateurs dans cette affaire-là. Et nous attendons des autres distributeurs qu'ils fassent pareil.

franceinfo

Vues : 46

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 20 mai 2020 à 6:59
Commentaire de JF@ le 20 mai 2020 à 6:59

JF@

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation