Solène Goujon a repris ces terres il y a trois ans, avec un objectif : les convertir au bio !

La jeune agricultrice de Loire-Atlantique cultive du blé tendre qu'elle transforme en pain. Un projet qu'elle a monté en comptant sur les aides de l'État. "C'est 300 euros par hectare et par an pour des cultures", précise-t-elle, soit 2.200 euros pour Solène. Une somme qu'elle n'a tout simplement jamais perçu depuis 2016. Une situation qui concerne plusieurs dizaines de milliers d'agriculteurs bio dans toute la France.

Guillaume Riou est l'un d'entre eux. Pour lui le retard des aides, c'est 28.000 euros de manque à gagner. Alors avec deux autres agriculteurs, il a décidé d'assigner l'État en justice pour ces retards de paiement de subventions européennes.

Samedi 23 février, Guillaume Riou a pu rencontrer Emmanuel Macron au salon de l'agriculture. Le chef de l’État, qui lui a promis un règlement rapide de la situation, avait déjà évoqué de "gros dysfonctionnements administratifs" en France pour le versement des aides agricoles, liés à des "problèmes informatiques et techniques".

https://r.mailing8.agirpourlenvironnement.org/mk/mr/1RilV48XG--u7iC...

Vues : 95

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 25 février 2019 à 5:23
Commentaire de JF@ le 25 février 2019 à 5:22

JF@

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation