Fabienne Rubert est directrice de la communication du pôle éducation et référence du groupe Editis (Bordas, Nathan, le Robert...). Elle a été l'artisan du partenariat entre Nathan et Colibris pour l'utilisation du film "Solutions locales pour un désordre global" dans les manuels scolaires.
Elle nous raconte son histoire de colibri !

Comment avez-vous connu Colibris ?
Je connaissais les livres de Pierre Rabhi, et ses actions, notamment avec Terre et Humanisme, depuis très longtemps.
Et c'est tout naturellement que je me suis rapprochée du Mouvement Colibris à sa création. Quand j'ai rencontré Cyril Dion, j'ai eu l'impression que l'on se connaissait déjà !

Racontez-nous l'aventure avec "Solutions locales pour un désordre global" !
En 2009, j'ai participé au Forum ouvert organisé par Colibris à l'Académie Fratellini. J'ai rencontré Coline Serreau, dont j'appréciais les films et les valeurs féministes. Quand j'ai su qu'elle terminait un film documentaire sur l'agriculture, nous avons commencé, avec Cyril, à envisager une collaboration. Les programmes de géographie et de SVT ( Sciences de la Vie et de la Terre) de seconde devaient intégrer de nouveaux thèmes, comme la biologie des sols. L'occasion était belle !
"Solutions locales" m'a beaucoup touché. J'ai fait des découvertes, comme la conversion des outils de la guerre (tanks, gaz de combat, explosifs) en outils agricoles (tracteurs, pesticides, engrais). C'est un film qui ne se contente pas de dénoncer, mais qui ouvre des perspectives. Il est en cela très éducatif, car pour moi l'éducation c'est du "savoir", mais surtout du "faire".
Avant sa sortie, nous avons projeté le film aux auteurs des manuels, à plusieurs directeurs éditoriaux de Nathan, et à un inspecteur de l'Éducation nationale. Si la radicalité du film a suscité quelques inquiétudes, la présidente de Nathan et les auteurs ont, malgré cela, été convaincus de la pertinence de certaines approches. Nous avons donc travaillé à trouver les points de convergence du film avec les programmes. Sept extraits ont été sélectionnés, et intégrés aux manuels numériques de classe de seconde, afin d'être projetés en classe.
Ces livres ont été plébiscités par les professeurs, et sont de grands succès.
En parallèle, nous avons beaucoup communiqué sur la sortie du film, et nous avons invité 140.000 professeurs à voir le film.

Quels sont vos projets en cours ?
Nous avons mis en place un site interne collaboratif, qui permet à chacun de s'exprimer, et de participer aux orientations de l'entreprise. C'est ainsi que s'est engagée, en juin 2011, une démarche RSE (responsabilité sociétale de l'entreprise) à Editis. Toute la vie du livre est concernée : choix des matières premières, impression, traitement des déchets, etc.
Nous avons aussi un projet d'AMAP, et de Plan de Déplacement Entreprise.
Enfin, nous sommes très impatients de voir "une (R)évolution", le prochain film coproduit par Colibris !

Auriez-vous des conseils à donner aux colibris qui veulent faire leur part ?
Avant d'engager une action, il est pour moi essentiel d'écouter les besoins des personnes concernées.
Pour moi, l'humilité est une valeur fondamentale.

Vues : 537

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Anouchka Sorcière de l'Océan le 13 septembre 2011 à 12:06

Je viens de visionner le DVD Small is beautiful d'Agnes Fouilleux qui complète bien les propos du film de C Serreau.  Un autre regard à transmettre aux apprenants sans nul doute. 

Dites moi quels sont les références de ces manuels numériques que vous citez?

Bon temps, musiclament

Annik

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation