Sphyrna drone de surface pour cachalots

La forme est celle d’une pirogue polynésienne, avec un balancier typique de ces embarcations, relié à la coque, pour en assurer la stabilité. Mais la comparaison s’arrête là. Il n’y a aucune place pour un potentiel rameur : le sphyrna est un drone civil de surface !

Un petit concentré de technologies de 17 m de long sur 4,10 m de large, transocéanique, « capable de traverser des océans en totale autonomie, alimenté par ses panneaux solaires et une petite éolienne », précise Fabien de Varenne, le fondateur de Sea Proven, société mayennaise qui a conçu l’engin. A bord, ou plutôt sur son ponton, le Sphyrna pourra emporter jusqu’à une tonne de matériel de mesures et d’acquisitions de données. Reste à savoir à quoi exactement ce drone pourra servir ? A la science. Et, pour commencer, à écouter les cachalots et les ziphius cavirostris (les baleines à bec) qui croisent en mer Méditerranée.

Ce sera sa première mission, officiellement lancée ce mercredi à Monaco mais qui se déroulera du 15 juillet au 31 août prochain, au large de Toulon et dans une partie de Pelagos, le sanctuaire pour mammifères marins en Méditerranée. Sphyrna naviguera dans cette zone équipée de quatre hydrophones, des micros immergés et destinés à écouter tout ce qui passe sous l’eau. Le premier objectif de cette étude acoustique sera de mieux cerner le comportement de ces cétacés grands plongeurs. Comment ils chassent donc, mais aussi comment ils se déplacent, à quelle fréquence ils remontent à la surface. « En comprenant mieux leur comportement, nous aurons aussi une connaissance plus fine de la vie dans l’océan profond, poursuit Hervé Glotin. Encore une fois, nous ne savons pas grand-chose de ce qui se trame à 300 mètres de profondeurs. »

Et puis il y a cette énigme tenace sur la présence des cachalots au large de Toulon, zone très fréquentée des bateaux de croisières, des tankers et autres mastodontes des mers. Et dans leur sillage, la question de la pollution sonore auquel les cachalots sont très sensibles.

« Malgré tout, on estime à 400 le nombre de cachalots évoluant régulièrement dans cette zone, rappelle Hervé Glotin. Ils sont sans doute plus robustes qu’on ne l’imaginait aux bruits extérieurs. » La première mission de Sphyrna cherchera tout de même à étudier le phénomène. « Nous pourrons grâce aux enregistrements savoir si les cachalots et baleines à bec fuient ou non une zone de chasse lorsqu’un bateau y entre, détaille Hervé Glotin. A l’inverse, l’étude nous permettra peut-être de déterminer les coins de chasse privilégiés par ces cétacés au large de Toulon et dans le sanctuaire Pélagos, et ainsi émettre des recommandations aux bateaux pour qu’ils baissent leur vitesse dans ces secteurs. »

Pouliquen

Vues : 51

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 12 juillet 2018 à 6:49
Commentaire de JF@ le 12 juillet 2018 à 6:38

JF@

Activité la plus récente

Événement publié par Alexandre Sokolovitch
Miniature

Les Renc'Arts de la Chaux à Eco-hameau de la Ferme de la Chaux

28 juillet 2018 à 14 au 29 juillet 2018 à 2
Rencontres conviviales, festives et artistiques, des initiatives et des associations créatrices…Plus
Il y a 11 heures
Icône de profilcatherine, Fanny Matton et Marine Skolka se sont joints à Colibris
Il y a 15 heures
Podgorski David a répondu à la discussion Recherche d'un projet d'installation en habitat partagé de Chloé Nicolas du groupe COLIBRIS 73.
"Bonjour, Cherchez-vous toujours à vivre en habitat partagé ? Si oui, nous souhaitons…"
Il y a 15 heures
Billets de Asenty Fetrer
Il y a 18 heures

© 2018   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation