Notre Victor HUGO, en septembre 1849, monte de son pas lourd à la tribune du Congrès de la Paix, il affiche le doux sourire des prophètes, de ces sages ou de ces enfants qui ont une confiance inexorable dans l’avenir. Et que nous dit-il ? :
Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et Londres qu’entre Rouen et Amiens. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples. Un jour viendra où l’on verra les Etats-Unis d’Amérique et les Etats-Unis d’Europe se tendant la main par-dessus les mers, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts et leurs génies. Dans notre vieille Europe, l’Angleterre a fait le premier pas et par son exemple séculaire, elle a dit aux peuples, « vous êtes libres ! ». La France a fait le second pas et elle dit aux peuples, « vous êtes souverains ! ». Maintenant, faisons le troisième pas et ensemble, France, Angleterre, Belgique, Allemagne, Italie, Europe, disons aux peuples « Vous êtes frères » !

Le génial Camille FLAMMARION en 1879 dans « l’Astronomie Populaire » :
Il est impossible de considérer froidement cette réalité sans être frappé de l'étonnante et inexplicable illusion dans laquelle sommeille la majeure partie de l'humanité. Voilà un petit globe qui tourbillonne dans le vide infini ; autour de ce globule végète un milliard quatre cents millions de mites raisonneuses, sans savoir ni d'où elles viennent ni où elles vont, chacune d'elles, d'ailleurs, ne naissant que pour mourir assez vite ; et cette pauvre humanité a résolu le problème, non de vivre heureuse dans le soleil de la nature, mais de souffrir constamment par le corps et par l'esprit. Elle ne sort pas de son ignorance native, ne s'élève pas aux jouissances intellectuelles de l'art et de la science, et se tourmente perpétuellement d'ambitions chimériques. Étrange organisation sociale ! Elle s'est partagée en troupeaux livrés à des chefs, il envoie de temps en temps ses troupeaux, atteints d'une folie furieuse, se déchaîner les uns contre les autres, et l'hydre infâme de la Guerre moissonner les victimes, qui tombent comme les épis mûrs sur les campagnes ensanglantées : 40 millions d'hommes sont égorgés régulièrement chaque siècle pour maintenir le partage microscopique du petit globule en plusieurs fourmilières !...
Lorsque les hommes sauront ce que c'est que la Terre, et connaîtront la modeste situation de leur planète dans l'infini ; lorsqu'ils apprécieront mieux la grandeur et la beauté de la nature ; ils ne seront plus aussi fous, aussi matériels d'une part, aussi crédules d'autre part ; mais ils vivront en paix, dans l'étude féconde du Vrai, dans la contemplation du Beau, dans la pratique du Bien, dans le développement progressif de la raison, dans le noble exercice de facultés supérieures de l'intelligence.

Le grand géographe SCHRADER a dirigé la réalisation de l’atlas de géographie moderne du monde aux éditions Hachette paru en 1896. Dans son introduction, il nous dit :
La civilisation industrielle dont nous admirons l’épanouissement n’est donc qu’une étape et devra se transformer prochainement. Une loi inexorable, du reste, ne tardera pas à l’y obliger. Elle exploite trop avidement la Terre, ne songe qu’à l’avenir immédiat et arriverait à ruiner la planète elle-même. Dans cette fièvre de fabrication ou d’utilisation à outrance, en effet, on demande de toutes parts, au sol, des produits rapides et immédiatement vendables, et l’on détruit, sans réflexion, toute production spontanée, naturelle, surtout la végétation forestière trop lente à se renouveler…Le climat lui même…se détériore et se déséquilibre….
Ainsi, approche le moment où l’homme, voyant son avidité le mener à des désastres irrémédiables, sera obligé de se rapprocher de la nature….
Bien des faits prochains hâteront ce moment…
Notre monde actuel est en équilibre instable et son état actuel est transitoire…. L’homme use en ce moment ses nouvelles forces comme un enfant qui dissipe son bien, le croyant inépuisable. L’âge de raison viendra !… C’est de la terre que tout vient et c’est à elle que tout retourne…..C’est un genre humain appauvri qui sera chargé de réparer, sur une terre appauvrie, les fautes de notre imprévoyante génération…. De la source à l’embouchure du fleuve, chaque goutte d’eau devra être conduite par la volonté commune de ceux qui en vivront….. L’homme poursuivra la lutte afin d’aboutir, du combat pour la vie, point de départ du végétal ou de la brute, à l’alliance pour la vie, point d’arrivée de toute société consciente….

Vues : 57

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation